Bonsoir, nous sommes le 22/09/2017 et il est 20 h 49.

Histoire du Congo pré colonial

L'histoire du Congo précolonial résume l'histoire des peuples de l'actuelle République démocratique du Congo, depuis l'apparition des premières traces humaines sur le territoire jusqu'à la période de colonisation Des outils de pierre de 1,8 million d’années ont été retrouvés au nord du lac Édouard. De 2000 av. J.-C. à 500 ap. J.-C., des vagues de migrations bantoues arrivèrent au Congo de la région de l’actuel Nigeria, en ces territoires jusqu’alors uniquement habités de populations pygmées. Les bantous s’installèrent d’abord sur les côtes et les plateaux du sud et de l’est et évitant la forêt dense. D’autres migrations de populations issues des régions du Darfour et de Kordofan au Soudan se produisirent au nord du Congo, ainsi que d’Afrique orientale, ajoutant une composante nilotique au mélange des groupes ethniques. Les Bantous apportèrent l’agriculture et les techniques de travail du fer d’Afrique occidentale dans cette région. Les Bantous mirent en place des États (Kongo, Kuba, Lunda).

Lire

L'heure de la colonisation

Le roi Léopold II prend possession du territoire en son nom propre sous le nom d’État Indépendant du Congo. Des expéditions d'exploration sont lancées, et les voies de communication développées. La maîtrise du territoire s'achève en 1894 pour l'essentiel avec la fin de la guerre contre les Arabo-Swahilis.

Lire…

Patrice Emery Lumumba

(né le 2 juillet 1925 à Onalua, Congo belge - et mort assassiné le 17 janvier 1961 au Katanga) est le premier Premier ministre de la République démocratique du Congo de juin à septembre 1960. Il est, avec Joseph Kasa-Vubu, l'une des principales figures de l'indépendance du Congo belge.

Lire…

Le Congo indepéndant

Joseph Kasavubu est président de la République du Congo tandis que Patrice Lumumba occupe les postes de Premier ministre et ministre de la Défense. Très rapidement, les relations avec la Belgique se tendent. Quelques jours après l'indépendance, les soldats de la Force Publique, foyer de la ségrégation raciale, se mutinent suite à la provocation de son commandant en chef, le général belge Emile Janssens7.

Lire…

l'Epoque contemporaine du Congo-Zaïre

Immédiatement après le coup d'État, Mobutu s'autoproclame président. En quelques années, Il vide de son contenu la constitution républicaine et crée une véritable dictature. Il se fait accorder ou s'octroie des pouvoirs exceptionnels : il cumule les fonctions de premier ministre, de chef de l'armée et de législateur. Il nomme les ministres. Le MPR (Mouvement populaire de la Révolution) est le parti-État auquel toute la population doit adhérer. Le régime de Mobutu est fondé sur l’autorité et le nationalisme, qui sont les secrets de sa longévité. D’entrée, Mobutu se présente comme le libérateur des Noirs, en nationalisant les mines (1966) et déboulonnant les statues coloniales dans la capitale Léopoldville rebaptisée Kinshasa la même année. Les Congolais qui viennent de sortir de l’époque coloniale sont alors très sensibles à cette propagande.

Lire…

A l'heure de la Révolution

Bien que le Zaïre soit rebaptisé République démocratique du Congo, le régime de Kabila s'avère aussi autoritaire que du temps de Mobutu. Le multipartisme est supprimé, une nouvelle constitution met le président à la tête des pouvoirs exécutifs, législatifs et judiciaire. Il est aussi le chef du seul parti autorisé (l'AFLD), de l'armée, de l'administration et de la diplomatie et choisit les ministres.

Lire…

A l'épreuve de la démocratie

En 2003, Kabila démarre une transition démocratique. Une nouvelle constitution est adoptée par referendum en 2005. L'année suivante, les premières élections libres depuis 1966 confirment Kabila à la tête du pays. Il remporte son deuxième mandat en décembre 2011, les observateurs nationaux et internationaux des élections jugeant toutefois les élections comme manquant de crédibilité et de transparence. Le pays reste troublé à l'est, dans le Kivu et en Ituri, par des bandes armées, des dissidents et des déserteurs.

Lire…