Tous ont trahi et trempé dans le marigot, la réplique populaire sera sans pitié

Article publié le 29 Avril 2017

marche_septembre

L’UDPS, du moins ce qui l’en reste, parait esseuler sur un terrain marécageux rempli des caïmans, où chacun essaie d’happer le plus beau morceau de viande gage d’une existence à venir dans une gâtine où la faim a été imposée comme modus vivendi afin de les maintenir sous un régime dépendant. Qui des chômeurs, des politiciens de carrière, des universitaires, professeurs, activistes, fonctionnaires, retraités, des affamés qui trouvent en la politique un moyen facile de s’enrichir à la technique des injures à cri-tête, pourvu qu’on soit attendu par le squattant du marigot.



Des politiciens des médias, parlant au nom du peuple, mais ne possédant aucune base populaire, ni compétence intellectuelle suffisante, à l’instar d’un guide éclairé au service de la collectivité.



Ces politiciens rocailleux et lépreux, sans idéal ni idéologie font désormais front commun avec le pouvoir de la Kabilie convaincu que, son roitelet est parti pour demeurer longtemps encore au pouvoir. Des canards boiteux, affamés et pauvres d’esprit qui rêvaient eux-aussi de goûter à l’élixir du pouvoir sont désormais lassés de l’inertie populaire et de la tournure des évènements post 19 décembre, accourent désormais au grand jour, comme des mendiants et voleurs dans la cour des Miracles. Cour qui les a toujours nourris en cachette.



Ils se croient investi de l’autorité sur le peuple, mais seront confondus par un réveil brusque et brutal, alors personne, personne alors, ne sera pardonné car de toute façon le blanchisseur n’est plus là, le sphinx étant mort pour du bon.



Curieux, que même ceux qui dénonçaient l’influence d’un père et son fils sur la période transitoire à venir, ceux-là qui étaient à l’origine des blocages durant les négociations de la CENCO, le MLC et sa suite, soient venus signer sans y mettre aucune réserve, confirmant les soupçons selon lesquelles, ils ont toujours été de mèche avec la Kabilie.



La fin de l’empire viendra au moment où tous seront en train de s’enivrer du goût du pouvoir, à l’instar des contemporains de Noé, qui furent surpris par le déluge. Dans l’histoire, un peuple arrive toujours au bout de son bourreau.









Mudjikolela

Aidez congovirtuel à couvrir ses activités pour ces trois ans à venir