Par Sophonie MBOMA BELE-BELE

Dans les pays sous-développés et ceux économiquement émergents, l’urbanisation rapide des villes posent toujours d’énormes problèmes d’accès aux ressources vitales telle que l’eau potable, salubrité publique, l’alimentation sain, etc. c’est aspect est la conséquence de la pauvreté de la majorité des habitants de la mauvaise gouvernance de cités. En 1883, à Paris, le préfet poubelle demandait que les ordures ne puissent pas être sorties des logements avant cinq heures et demie du matin et qu’elles doivent être réparties en trois boites : une boite pour les papiers, une deuxième pour les matières putrescibles, et une troisième pour le verre et la fiente (excrément). Cette mesure fut accueille par une acclamation des concierges, le premier arrêté du préfet poubelle menaçait l’activité chiffonniers, le seconde celle des vidangeurs qui revendent les boues d’excrément et les déchets putrescibles aux maraichers. Avec les sociétés industrielles, le développement et technologie, les préoccupations sanitaires industrielles qui donnaient lieu aux pratiques de la propreté du corps se généralisent.

Télécharger l'extrait