Par Tankwey Mayakul

La RDC vient, en effet, en première place en Afrique centrale (avant le Cameroun – 115. 000 GWh) et sur le continent (avant le Madagascar – 320.000 GWh).

Le potentiel de la RDC se traduit par une puissance exploitable d’environs 100.000 MW dont près de la moitié (44.000 MW) est concentrée sur le seul site, d’Inga, ce qui fait de ce dernier le plus grand gisement d’énergie hydraulique au monde. L’énergie utilisable dissipée annuellement par les rapides et les chutes d’Inga s’élève à environ 370.000 GWh.

A ce jour, les aménagements hydroélectriques en exploitation en RDC et de puissance égale ou supérieure à 50kW, sont estimés à une quarantaine. Parmi ces aménagements, quinze sont gérés par la Société Nationale d’Electricité (SNEL) et un appartient à la communauté Economique des pays de Grands lacs (CPGL) avec une quote-part de 1/3 pour la République Démocratique du Congo.

Télécharger l'extrait