Par Umba Matombe

Quarante ans après l’indépendance et malgré sa richesse, l’Afrique Centrale continue de sombrer dans le chaos. Placé sous l’encadrement d’une dictature militaro-affairiste, le pétrole est géré dans le contexte du clientélisme, du népotisme et de la corruption. La compétition pour la conquête des réserves pétrolières attise des convoitises entre les multinationales occidentales.

L’affirmation contradictoire du néolibéralisme vient combiner à l’offensive des pays dominants . Dans le contexte du nouvel ordre mondial ; les USA est la seule puissance à présenter une stratégie militaire pour imposer son hégémonie à l’échelle du monde entier. La militarisation et les contradictions aigues à l’intérieur des puissances et entre elles produisent et reproduisent la violence et la guerre créent le risque des conflits militaires généralisés pour conquérir les matières premières.

L’exploitation des ressources pétrolières en Afrique continue de faire l’objet des conférences, séminaires et publications. Cette ressource géostratégique qui représenté 80à90% des exportations des pays producteurs de l’Afrique Centrale (CEMAC) est loin de combler toutes les attentes. Le pétrole a non seulement une place dominante dans l’économie de l’énergie, mais joue un rôle essentiel dans la croissance économique, dans la défense nationale comme dans la vie quotidienne.

Télécharger l'extrait