Bonjour, nous sommes le 18/11/2019 et il est 00 h 45.

Breaking News

Le Racisme n'est pas une Exclusivité européenne mais mondiale

Le Racisme dans le monde et le cas Cécile Kyenge

En effet, nous avons cru que le monde s’était débarrassé du phénomène racisme après les camps de concentration juifs et le procès de Nuremberg. Erreur nous voici rattrapés par la réalité dont l’humanité a cru se débarrasser par la justice et la sensibilisation médiatique. Le racisme est bien là ! Plus fort que jamais. La Justice ne changera jamais la nature profonde de l’être humain, noir ou blanc.

L’humanité n’a pas à se voiler la face par des condamnations, est ici il n’est pas question de citer un pays ou un continent pouvant être traité de plus xénophobe que d’autres. C’est plutôt l’échec de l’humanité, de ses instruments sensés éduqués l’homme. L’Homme et sa société ont failli. Le racisme ou la xénophobie n’est pas une exclusivité européenne, mais elle est mondiale. Aujourd’hui les africains passent pour être des victimes, or ces mêmes africains qui viennent en Europe ont laissé dans leurs pays ce qu’on appelle le tribalisme, un fait plus dangereux que le racisme. Ainsi petit à petit ; le temps que la vie sociale s’améliore dans ces pays, alors l’humanité constatera ce phénomène auprès des africains. Cela dans sa forme la plus violente et sanguinaire.

Le racisme est ancré dans la nature, le phénomène est le résultat de l’échec de l’intellectualisme sur l’humanisme et la religion. C’est l’échec du capitalisme et libéralisme tous tournés vers l’intérêt et l’égoïsme.

Nous sommes tous égaux dans cette Terre, que nous soyons blanc, noir ou asiatique, métis, nous souffrons tous de même mots provoqué par nos éducations erronées et tournées vers l’intérêt ! La seule solution à ce phénomène est que l’Homme accepte sa situation actuelle, et lutte pour une amélioration et la protection de sa culture et éducation. Ainsi les rapports entre individus et nations seront désormais différents et moins conflictuels. L’homme doit se sédentariser et accepter sa situation actuelle. Cesser de convoiter la culture les richesses d’autrui. Mais lutter pour l’épanouissement culturel de son espace. La tyrannie ou les conflits politiques ne peuvent que constituer pour un moment le besoin d’immigrer pour un autre pays afin d’échapper à la tyrannie dans son pays. Mais cela ne doive pas servir de motif au réfugier de quitter définitivement son pays et de changer de nationalité. Même Jésus-Christ eût à s’échapper de la tyrannie d’Hérode mais ne resta pas pour autant définitivement en Afrique.

Le changement de nationalité constitue un crime contre la nature et la Providence ; si nous observons bien la vie des animaux alors comprendront pourquoi est-ce que ces derniers meurent quand ils changent leur milieu de vie.

Si nous comprenons cela, alors les relations entre Etats seront différents de ce qu’elles sont aujourd’hui, nous assisterons aussi moins aux phénomènes des contagions culturelles afin de préserver nos exceptions culturelles. Sinon c’est ne pas l’avenir de l’homme qui est menacée mais de la terre entière !

Ainsi le mot lui-même de racisme ne trouverait plus de fondement, mais sera vu comme une des épisodes obscurs de l’humanité. Le cas Cécile Kyenge est encore moindre que ce qui menace le rapport entre peuple.

Cécile KYENGE félicitation pour ta nomination au gouvernement italien, mais ait le courage de démissionner, vous êtes rattraper par la réalité européenne, un continent xénophobe comme dans les années fasciste. Hélas l'Europe n'est pas le seule continent où il y a la xénophobie, l'Afrique est aussi malheureusement xénophobe que nous appelons ici tribalisme. C’est la réalité! je pense que chacun doit rester uni dans son pays, et fier de l'être, tout en prônant le partage des traits culturels utiles, non pas du genre mariage pour tous, qui est une aberration. Les insultes envers KYENGE et non envers Balottelli doivent nous pousser à l'Union et à l'amour de nos pays! Loin de nous le changement de nationalité, car DIEU a voulu que nous naissions et ayons chacun une patrie.

RGL