Comment un Togolais redonne vie à Paris aux habits de seconde main en provenance d’Afrique

Les produits de secondes mains envoyés sur les marchés togolais par des boutiques de charité en Europe se voient offrir une seconde vie par un vendeur d’antiquités à Paris.

« Ils les envoient en Afrique et nous n’en avons pas besoin ici, comme les manteaux et les fourrures. Je le sélectionne avec mes gars, je le renvoie en Europe et nous le vendons « , dit Amah Ayivi.

Il s’agit en grande partie de stocks invendus de dons provenant de boutiques de bienfaisance, coûtant moins de 1 $ (0,81 £) chacun.

« La plupart du temps, les gens n’achètent pas ce que je veux, « , dit M. Ayivi.

Pourtant, certaines pièces se vendront jusqu’à 200 euros (220 $ ; 178 £) à son concept store dénommé Marché Noir, dans la capitale française.

La plupart des articles proviennent du Grand Marché de Hedzranawoe, une importante plaque tournante du commerce de vêtements usagés dans la capitale du Togo, Lomé.

M. Ayivi, qui vit en France depuis l’âge de 12 ans, a passé ses premières années au Togo, où il revient plusieurs fois par an pour acheter des stocks d’habits.

Il dit qu’il expédie à chaque fois quatre tonnes de vêtements en Europe.

« Sur le sol, on trouve toujours des trésors « , dit M. Ayivi.

« Le vêtement que j’achète, c’est surtout la veste d’ouvrier bleue parce que c’est quelque chose qu’on peut porter tout le temps. »

Les objets sont nettoyés, restaurés et parfois personnalisés avant d’être mis en vente à Paris.

Les clients disent qu’ils aiment les vêtements « uniques » et la « vision globale », dit M. Ayivi.

« Nous essayons avec style non pas d’éduquer, mais de montrer aux gens ce que vous pouvez faire avec ce que vous avez. Donne-le-moi et je te montrerai comment le porter sans en acheter un autre. »

Les consommateurs s’interrogent de plus en plus sur la durabilité de l’industrie de la mode – qui, selon les experts, est le deuxième plus grand pollueur d’eau au monde.

Le concept de M. Ayivi, qui consiste à reconditionner le chic africain à partir de produits européens rejetés, est peut-être un antidote à la mode rapide.

BBC

Related posts

Leave a Comment