Ivanhoe Mines  a inclus son plan de développement intégré 2023, y compris une étude de préfaisabilité (PFS) pour les phases 3 et 4 d’expansion de son complexe de cuivre Kamoa-Kakula en République démocratique du Congo. Une évaluation économique préliminaire (PEA) pour une extension de la durée de vie de la mine est également incluse.

Le complexe a produit 333 500 tonnes de cuivre en 2022, soit plus du double de sa production un an plus tôt. Le projet est détenu à 39,6% par Ivanhoe, 39,6% par Zijin Mining, 0,8% par Crystal River Global, et le solde (20%) par le gouvernement de la RDC.

Lorsque l’expansion de la phase 3 sera terminée en 2024, la production de cuivre atteindra en moyenne 620 000 t/a sur 10 ans à un coût décaissé de 1,22 $ le kilo. Cette phase comprend la construction d’un nouveau concentrateur de 5 millions de t/a situé à Kamoa.

Le remplacement de la turbine #5 de la centrale hydroélectrique est en cours. Le nouvel équipement fournira 178 MW supplémentaires d’électricité au réseau national et fournira de l’électricité pour la phase 3. Une fonderie de cuivre flash direct à blister de 500 000 t/a doit également être achevée d’ici la fin de l’année prochaine.

Neuf années supplémentaires s’ajoutent à la durée de vie de la mine, portant la production à 2060 au moins. Le capex de pré-production pour la phase 3 est de 3,04 milliards de dollars. Après la troisième phase d’expansion, le projet Kamoa-Kakula aura une valeur actuelle nette après impôt de 19,1 milliards de dollars à un taux d’actualisation de 8 %.

La phase 4 est prévue pour la fin de cette décennie et comprendra un autre concentrateur de 5 millions de t/a, également à Kamoa. Cela portera la capacité annuelle de traitement du minerai à 19,2 millions de tonnes et maintiendra la production de cuivre à environ 600 000 t/a pendant encore 10 ans.

Une nouvelle installation de stockage des résidus sera également mise en service d’ici 2040. Le coût de la phase 4 est estimé à 1,55 milliard de dollars. La VAN après impôt (8 %) de la phase 4 sera de 20,2 milliards de dollars.

D’ici 2050, Ivanhoe entend positionner Kamoa-Kakula comme le quatrième producteur mondial de cuivre avec des coûts dans le quartile le plus bas.

L’estimation des ressources publiée en 2022 pour les mines des régions de Kamoa et de Kakula comprenait 90 millions de tonnes mesurées avec une teneur de 3,13 % de cuivre, 1,3 milliard de tonnes indiquées à 2,70 % de cuivre et 310 millions de tonnes présumées à 1,68 % de cuivre.

Mining. Com