Donald Trump a assuré samedi sur son réseau social Truth Social qu’il allait être «arrêté» mardi prochain et a appelé à des manifestations. L’ex-président des Etats-Unis parle d’une possible inculpation dans une affaire de paiement en 2016 visant à acheter le silence d’une actrice pornographique avec laquelle il aurait eu une liaison.

Le dernier appel à manifester de Donald Trump avait conduit le 6 janvier 2021 à l’assaut du Capitole à Washington. Samedi, l’ancien président des Etats-Unis a annoncé qu’il allait être arrêté ce mardi 21 mars et appelle donc à manifester.

Evoquant une «fuite» du parquet des procureurs de l’Etat de New York, pour le district de Manhattan, l’ancien président américain a écrit en lettres majuscules : «Le candidat du parti républicain très loin devant (ses rivaux à la primaire, ndlr) et ancien président des Etats-Unis d’Amérique va être arrêté mardi de la semaine prochaine. Manifestez, reprenez notre nation!».

Ce serait une première pour un ancien président américain. Aucun président américain, que ce soit durant un terme ou après, n’a fait face à des accusations criminelles.

Les forces policières de New York ont commencé à préparer des dispositifs de sécurité, craignant des dérapages au cas où Trump serait inculpé.

Les inquiétudes dépassent d’ailleurs les frontières de l’État de New York. David Aronberg, le procureur du comté de Palm Beach, en Floride, a déclaré entrevue à CNN samedi que des manifestations auraient lieu chez lui aussi si Trump était inculpé. On doit s’inquiéter de violences potentielles.

Le bureau du procureur du district de Manhattan n’a pour l’instant pas commenté ces affirmations.

Avec Cnews