Le contenu « vulgaire ou violent » de certains passages de la Bible a conduit à son interdiction dans des écoles de l’Utah aux États-Unis, suite à une loi votée en 2022 qui permet d’interdire les ouvrages pornographiques ou indécents.

Des parents d’élèves du comté de Davis ont jugé que des récits de la Bible, tels que l’inceste, la prostitution et le viol, étaient inappropriés pour les écoliers et les collégiens, qui sont au nombre de 72 000.

Bien que la Bible soit toujours accessible dans les lycées, elle a été retirée des bibliothèques de l’enseignement primaire et secondaire. Le Missouri et le Texas avaient déjà pris des mesures similaires, mais temporaires, en 2022.

Le Livre de Mormon, une référence de l’Église de Jésus-Christ des saints des derniers jours, pourrait également faire l’objet d’une interdiction, bien que l’Utah soit considéré comme un domaine des mormons. Le porte-parole du district a confirmé qu’une demande de révision du livre avait été déposée, mais n’a pas précisé les raisons invoquées.

L’association Pen International, qui défend la liberté de la presse, critique l’indignation sélective des gens face à l’interdiction de la Bible dans les écoles.

Selon Kasey Meehan, en charge du programme Freedom to read, si les gens sont outrés par le bannissement de la Bible, ils devraient l’être encore plus par l’interdiction de tous les livres qui ont désormais disparu de nos écoles publiques.

Aimé Binda