Une rencontre au Qatar entre les dirigeants du Rwanda et de la République démocratique du Congo (RDC) lundi a été reportée alors que Doha et Washington tentent de faciliter la médiation entre les deux parties.

Selon Africa Intelligence , l’État du Golfe mobilise des efforts de médiation entre Kigali et Kinshasa « depuis des semaines » pour tenter de rapprocher le dirigeant rwandais Paul Kagame et le dirigeant congolais Félix Tshisekedi dans un contexte de tensions croissantes.

La rencontre vise à revenir sur l’accord de Luanda, signé entre les deux pays l’année dernière suite à la médiation du président angolais Joao Lourenço.

Des responsables de l’Angola, du Burundi et du Kenya auraient également été invités à la réunion de Doha. Malgré la présence de la délégation du Rwanda et de l’Union africaine actuellement à Doha, l’absence de Tshisekedi a forcé le report de la réunion, a déclaré dimanche le correspondant de Radio France Internationale, Pascal Mulegwa .

Les États-Unis félicitent le Qatar pour avoir facilité avec succès l’accord de paix avec le Tchad

Les tensions entre le Rwanda et la RDC ont augmenté depuis l’année dernière, les deux pays lançant des accusations de soutien aux rebelles des deux côtés.

Cherchant à rétablir le calme, le médiateur de poids du Qatar et l’allié des États-Unis ont mené des discussions pour faire un pas vers la paix en RDC.

La question a été discutée dimanche entre le ministre des Affaires étrangères du Qatar, le cheikh Mohammed bin Abdulrahman Al Thani, et le secrétaire d’État américain Antony Blinken.

 « Le Qatar veut se rendre indispensable en tant que rassembleur de parties en différents  – il fournit au Qatar un levier en Europe et en particulier aux États-Unis », a déclaré le Dr Andreas Krieg, professeur adjoint à la School of Security Studies de King’s. College London, a déclaré à Doha News.

Samedi, l’émir cheikh Tamim bin Hamad Al Thani du Qatar et le dirigeant kényan William Ruto ont également échangé un appel téléphonique.

Selon une déclaration d’Amiri Diwan , l’appel s’est concentré sur les relations bilatérales et les questions d’intérêt commun, bien qu’aucun effort de médiation n’ait été mentionné dans la déclaration.

Bien qu’elle n’ait pas encore été annoncée publiquement par les autorités de Doha, la dernière tentative de médiation s’ajouterait au bilan de l’État du Golfe en matière de résolution de conflits dans différentes parties du monde.

« C’est un autre exemple du Qatar offrant ses bons offices pour rassembler les parties afin de se positionner comme un nœud important dans la gestion des crises internationales et la diplomatie internationale », a déclaré le Dr Krieg.

Le Qatar a joué un rôle central dans la signature de l’accord de paix sur le Tchad à Doha en août dernier après des mois de pourparlers entre plus de 50 parties. L’accord a été considéré comme une étape clé dans la facilitation d’élections longtemps retardées après une période de troubles politiques.

Commentant le rôle potentiel de médiation du Qatar entre le Rwanda et la RDC, le Dr Krieg a souligné « l’intérêt de l’Etat du Golfe pour la stabilité en Afrique centrale et orientale qui est devenue une zone de croissance » pour son réseau et sa diplomatie.

« Le Qatar est le partenaire le plus important du Rwanda dans le Golfe, l’émir qatari ayant de très bonnes relations personnelles avec le président rwandais. Cela en soi semble causer un certain malaise en RDC car ils considèrent que le Qatar est potentiellement trop proche du Rwanda pour en faire un acteur impartial sur la question », a ajouté le Dr Krieg.

Tensions Rwanda-RDC

La partie orientale de la RDC a connu une recrudescence de la violence depuis l’année dernière après que des affrontements ont éclaté entre les troupes et les rebelles du M23, qui ont capturé la ville stratégique de Kiwanja.

Washington et Kinshasa ont déclaré que le M23 était soutenu par Kagame, bien qu’il ait nié ces affirmations.

Les combats intenses en RDC ont forcé des dizaines de milliers de Congolais à fuir vers les pays voisins, dont le Rwanda, qui a vu 72 000 traverser la frontière du pays en novembre, selon les chiffres partagés par les Nations Unies.

Le même mois a vu un massacre au cours duquel au moins 131 civils ont été tués suite à la recrudescence des violences en octobre. L’ONU a blâmé les rebelles du M23 pour les meurtres à la suite d’une enquête préliminaire menée par sa mission de maintien de la paix.

D’autre part, le Rwanda a reproché à la RDC d’avoir prétendument soutenu les Forces démocratiques de libération du Rwanda (FDLR), un groupe rebelle impliqué dans le génocide rwandais de 1994.

Plusieurs tentatives de médiation ont eu lieu pour parvenir à une accalmie des combats, notamment l’accord de Luanda, bien que les tensions aient continué à mijoter entre les pays voisins.

Doha News

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *