Une duplicité de la politique américaine et une contradiction de la diplomatie Tshisekedi. En donnant tout aux américains, Félix Tshisekedi compte renverser l’alliance traditionnelle Rwanda – USA au profit de la RDC.Les blocs gaziers, pétroliers et le cobalt sont octroyés aux américains. En plein révision du contrat chinois de 6 milliards de dollars, le président congolais cède le cobalt et le cuivre aux américains en signant avec la Zambie l’accord sur l’industrie de batteries. En outre, comme l’a révélé Africa Intelligence, le gouvernement congolais renegocie en catimini le contrat passé avec le milliardaire israélien Dan Gertler pour éviter des sanctions américaines sur ses conseillers et satisfaire ainsi le secrétaire d’État américain Antony Blinken .

Le continent africain a longtemps été un terrain de jeu de pouvoir entre les puissances mondiales. L’abondance de ressources précieuses, associée à l’instabilité et à la pauvreté de la région, a attiré des superpuissances sur les terres africaines . La République démocratique du Congo en est un exemple riche en ressources naturelles telles que le cobalt, le pétrole, l’or et le cuivre. Il possède 70% des réserves mondiales de cobalt, qui sont utilisées dans la fabrication de nombreux produits tels que les batteries et les piles.

Nous avons discuté à plusieurs reprises de l’alliance entre les États-Unis, le Rwanda et le M23 pour tirer de la RDC de  ressources naturelles. Et maintenant, le président Félix Tshisekedi a conclu un pacte avec les États-Unis d’Amérique qui habilitera davantage Washington à  » piller » les ressources de la pauvre RDC.

Le lac Kivu, un lac américain?

Selon le ministère des Hydrocarbures de la République démocratique du Congo , le gouvernement a accordé des licences à trois blocs de gaz naturel dans le lac Kivu, à sa frontière orientale, une partie de la production devant commencer dès l’année prochaine. Le bloc Makelele a été attribué à RED, une filiale locale de Symbion Power basée aux États-Unis, a indiqué le ministère . Le bloc Idjwi est allé à une autre société américaine, Winds Exploration and Production LLC. Le bloc de Lwandjofu a été cédé à la société canadienne Alfajiri Energy.

Le ministre des Hydrocarbures Didier Budimbu a déclaré à Reuters qu’il espérait que le bloc Symbion Power commencerait à produire en 2024 en rattrapant le retard avec le Rwanda voisin.

Les Intérêts américains en RDC

Pour être clair, les États-Unis utilisent depuis longtemps des mandataires sous le couvert du M23 pour piller les ressources de la RDC. La menace des rebelles du M23, voyez-vous, encourage la contrebande de cobalt et d’autres ressources naturelles au Rwanda, qui soutient ces militants. En conséquence, les vastes richesses se retrouvent dans les territoires américains.

C’est un secret de polichinelle que les États-Unis ont maintes  fois tenté d’établir un contrôle total sur les ressources congolaises par le biais du Rwanda et de ses mandataires. Ignorer cette réalité et attribuer des contrats miniers à son adversaire américain qui  pillé le pays, relevé de la « stupidité » de la part du gouvernement de la RDC.

Mais ce n’est pas la première fois que le président Félix Tshisekedi met en péril les intérêts de sa nation. Nous avons déjà parlé de la montée en puissance de la société minière canadienne Ivanhoe Mines et de son influence croissante dans les couloirs du pouvoir de la République démocratique du Congo. La multinationale canadienne a amassé une énorme fortune en collaborant avec des responsables de la RDC .

Duplicité de la politique de Washington

Comme indiqué précédemment, John Kerry, l’envoyé américain pour le climat, a mis en garde contre les projets gaziers à long terme en Afrique. Il est donc paradoxal que les mêmes États-Unis qui ont soulevé des préoccupations environnementales en RDC soient maintenant impliqués dans les projets miniers et gaziers du pays. Cependant, l’hypocrisie est une caractéristique de la politique étrangère américaine. Washington ne s’est jamais préoccupé de la diminution des ressources de l’Afrique ou de la montée des problèmes environnementaux. Se préoccuper du changement climatique est un excellent outil de politique étrangère pour faire avancer les intérêts américains dans la région. Il met en lumière les préoccupations écologiques en RDC lorsqu’il correspond aux objectifs de Washington ; il ne parle plus de telles préoccupations puisque la dynamique a changé, et garder le silence est essentiel pour faire avancer les intérêts américains.

D’autre part, en aidant les États-Unis, un soutien clé du mouvement M23, le président de la RDC est sur le point de renverser tous les efforts déployés par des États africains comme le Kenya et l’Ouganda pour vaincre le M-23. Seul le temps dira à quel point il serait profitable pour Félix Tshisekedi de capituler face aux exigences américaines et de vendre son pays.

Néanmoins, l’incident récent est un indice puissant pour que les citoyens de la RDC comprennent qui est de leur côté et qui travaille contre leurs intérêts.

TFI Global avec Coco Kabwika

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *