yossi_cohen_Tshisekedi

Mélanger politique et business avec espionnage : au fur et à mesure de sa montée en puissance, Yossi Cohen a tissé des liens étroits avec la famille Netanyahu et une poignée de milliardaires comme Dan Gertler qui a fait  fortune dans l’exploitation minière et la vente d’armes.

 Ancien consul honoraire de la RDC en Israël, Gertler a été l’un des principaux fournisseurs de fonds et d’armes au président congolais Laurent-Désiré Kabila (1997-2001) puis son fils Joseph Kabila (2001-2019), depuis la fin années 1990. Il a acquis des participations importantes dans les mines du pays, en particulier dans les diamants et cobalt. En 2010, Dan Gertler a également racheté des blocs pétroliers prometteurs, situés sur et autour du lac Albert, au large desquels côté ougandais, plus d’un milliard de barils ont été découverts depuis 2006.

Cependant, depuis les élections de fin 2018 en RDC et l’élection du Félix Tshisekedi en tant que président, l’étoile de Dan Gertler s’est largement fanée. En mai 2018, les États-Unis lui ont également imposé des sanctions individuelles, ainsi qu’à  ses entreprises.

Washington l’a accusé d’avoir fait fortune sur des transactions minières et pétrolières opaques. L’ambassadeur américain Hammer a encouragé Félix Tshisekedi à mettre fin au règne de Dan Gertler en RDC en saisissant ses sociétés.

Le ministre congolais des hydrocarbures Didier Budimbu et sa collègue de la justice Rose Mutombo Kiese étaient à Paris courant septembre afin de rencontrer des juristes capables de lancer des poursuites judiciaires contre les sociétés actives en RDC appartenant au magnat des mines et du pétrole, l’Israélien Dan Gertler.  Le duo de ministres s’est notamment longuement entretenu avec l’avocat et ancien juge Olivier Pardo (cabinet Oplus), qui a accepté de s’occuper de ce dossier explosif avec sa consœur et arbitragiste Nathalie Makowski (ex-White & Case LLP).

Connections de Dan Gertler avec L’ex chef du Mossad Cohen

Dan Gertler est très influent dans des cercles israéliens, ultra-orthodoxes juifs financièrement puissants . Il est aussi très proche de la communauté du renseignement de son pays grâce à Yossi Cohen.

 Bloomberg News a rapporté que des pressions avaient été exercées sur les responsables de l’administration Trump l’année dernière par l’ex  chef du Mossad Yossi Cohen et l’ambassadeur d’Israël aux États-Unis Ron Dermer pour lever les sanctions contre Dan Gertler, le milliardaire israélien soupçonné de « corruption » par les États-Unis, les Britanniques et les Suisses  liés à ses intérêts diamantifères en République démocratique du Congo.

Cohen déclaré « persona non grata » en RDC par Tshisekedi

Bloomberg a également rapporté que Cohen s’était rendu à deux reprises en RDC en 2019 dans un avion privé pour rencontrer son ancien président, Joseph Kabila, sans en informer le président congolais Félix Tshisekedi. Lorsque Tshisekedi l’a découvert, il a dit à Cohen qu’il n’était plus le bienvenu en RDC pour de telles réunions.

Les visites de Cohen au Congo étaient inhabituelles. Son prédécesseur, Tamir Pardo, a passé cinq ans à la tête du Mossad et s’est rendu une fois en Afrique, sans jamais mettre les pieds dans le pays, où Israël n’a pas d’ambassade.

Cohen n’a pas informé le président congolais Félix Tshisekedi de ses rencontres avec Kabila à l’avance, selon deux des conseillers de Félix.

Un ancien haut responsable du Mossad a exprimé son étonnement  lors d’une   réunion. « C’est une histoire étrange et à première vue, elle semble inacceptable. Pourquoi rencontrer un ancien président à l’insu du président actuel ? Je ne me souviens pas d’un cas comme celui-ci, dans lequel un chef du Mossad a agi au nom d’un homme d’affaires en particulier. Dans le passé, il y a eu des cas où le Mossad a obtenu l’aide de toutes sortes d’entreprises et d’hommes d’affaires. Mais les hommes d’affaires sont censés nous aider, pas nous les aidons. »

En fin de compte, l’administration Trump a annulé certaines des sanctions contre Gertler, lui permettant de payer l’argent qu’il devait à divers Israéliens, dont apparemment son avocat, Boaz Ben Zur, qui représente également le Premier ministre Benjamin Netanyahu. Les sanctions ont été récemment rétablies par l’administration Biden.

Jusqu’en 1996, le grand public ne connaissait pas le nom du chef du Mossad. Les médias rapportaient sur lui et le chef du service de sécurité du Shin Bet en utilisant uniquement la première lettre de leurs prénoms. Même après la fin de l’interdiction, les dirigeants du Mossad ont gardé un profil public bas. Des opérations secrètes ont été attribuées à l’organisation par les seuls médias étrangers.

Sous Cohen, cela avait  changé. Il fait fréquemment des apparitions lors d’événements très médiatisés, comme les cérémonies marquant le déménagement de l’ambassade des États-Unis à Jérusalem et la signature des accords d’Abraham. Le Mossad lui-même a obtenu une exposition médiatique beaucoup plus importante. L’exemple le plus frappant est la contrebande de documents nucléaires iraniens vers Israël il y a trois ans, une opération qui a été révélée par Netanyahu lors d’une conférence de presse télévisée.

Il est difficile pour le grand public de savoir exactement ce qui se passe au Mossad, mais Cohen a obtenu généralement des notes élevées pour ses performances, en particulier pour les opérations que le Mossad a menées pendant son mandat. Dans le même temps, un examen attentif des huit années au cours desquelles le nom de Cohen a été connu du public montre une série de cas dans lesquels il a été lié à des magnats ou à des hommes d’affaires. Son nom a également été associé à des différends commerciaux qui n’ont rien à voir avec son rôle au Mossad.

Les hauts responsables de la sécurité développent souvent des liens avec des magnats et des hommes d’affaires après avoir quitté la fonction publique. Cohen, cependant, a cultivé des liens alors qu’il était encore à son travail. Ses relations les plus importantes sont avec le producteur et homme d’affaires hollywoodien Arnon Milchan et l’investisseur australien James Packer. Milchan est impliqué dans l’affaire 1000, dans laquelle Netanyahu est accusé de fraude et d’abus de confiance pour avoir accepté des cadeaux de Milchan d’une valeur d’environ 700 000 shekels (environ 210 000 dollars).

Les  relations  Cohen – Netanyahu

Cohen, 59 ans, a grandi dans une famille sioniste religieuse à Jérusalem. Il a rejoint le Mossad en 1982 après son service militaire, commençant sa carrière par le recrutement et la gestion d’espions. Plus tard, il a dirigé le bureau du Mossad dans un pays européen au début des années 2000. En 2006, il a été nommé à la tête de Tzomet, qui recrute et exploite des agents sur le terrain, et après cinq ans a été nommé chef adjoint du Mossad. En 2013, il a été nommé président du Conseil national de sécurité, date à laquelle son nom est devenu public pour la première fois. Depuis janvier 2016, il était le 12e directeur du Mossad.

Le frère de Cohen, Haim, ancien cadre supérieur du groupe IDB et cadre de longue date des services financiers, est marié à Zehavit Cohen, associé directeur de la société de capital-investissement Apax Partners Israel. Mais les relations d’affaires de Yossi Cohen vont au-delà de la famille. Ceux qui connaissent l’ex- chef du Mossad disent qu’il a toujours apprécié la compagnie des magnats.

« Quand il était chef de branche, tout le monde avait le sentiment qu’il était bien connecté », explique une source. « Au Mossad, vous avez l’occasion de vous lier d’amitié avec des hommes d’affaires internationaux. Ils pourraient vous demander pourquoi vous rencontrez Milchan, et vous pouvez dire que c’était parce qu’il avait aidé le Mossad, et c’est comme ça avec d’autres hommes d’affaires.

La relation la plus proche de Cohen semble être avec Netanyahu. Début mars, dans une interview avec Ayala Hasson sur Channel 13, Netanyahu a déclaré que s’il formait le prochain gouvernement, il attribuerait un rôle à Cohen, qui termine son mandat au Mossad en juin. Beaucoup ont compris la remarque comme une promesse d’un poste ministériel à la télévision en direct et un indicateur de la fidélité de Cohen à Netanyahu. Cela ne peut cependant pas arriver, car selon la loi, les hauts fonctionnaires doivent attendre trois ans avant d’entrer dans la vie politique. Néanmoins, Netanyahu pourrait le nommer à un poste apolitique.

Cohen a été contraint de publier une déclaration officielle niant tout lien politique avec Netanyahu ou le Likoud . Pourtant, quelques jours plus tard, Walla News a rapporté que Cohen s’était rendu à Abou Dhabi pendant trois jours pour organiser une visite de Netanyahu que beaucoup considéraient comme un peu de théâtre politique avant les élections du 23 mars. (La visite, de toute façon, a été annulée.)

La relation entre Cohen et Netanyahu s’est formée lorsque Cohen a été nommé à la tête du NSC. Un ancien haut responsable de la défense a déclaré qu’au début de 2010, alors qu’il était chef adjoint du Mossad, Cohen a déclaré à ses collègues qu’il était intéressé par le poste du NSC, une ambition qui a semblé étrange à certains. Le NSC est considéré comme manquant d’influence, mais le responsable dit qu’il semble que Cohen l’ait vu comme un moyen de se rapprocher de Netanyahu, estimant que c’était la voie à suivre pour être nommé chef du Mossad. Le NSC opère au sein du Cabinet du Premier ministre et relève directement du Premier ministre.

La méfiance de Tshisekedi envers l’ex-premier ministre israélien

 Netanyahu alors premier ministre et le président de la RDC Tshisekedi ont eu l ‘intention commune d’approfondir la coopération dans les affaires économiques, l’agriculture, la lutte contre le coronavirus et d’autres domaines. Malgré que ce dernier a accepté l’ invitation de BiBi de visiter Israël à l’époque, le président congolais était trop « méfiant » de Netanyahu à cause de ses connections » hostiles ».

Kabila aurait  tenté de chercher du soutien à l’extérieur pour reprendre le pouvoir en RDC . Malgré ses dénégations, Zingman aurait rendu possible la rencontre à Abou Dhabi entre Kabila et certains hommes d’affaires israéliens, comme l’ancien de Tsahal, Shimon Shapira (ex-conseiller sécurité du désormais ancien premier ministre Benjamin Netanyahou). Félix Tshisekedi a maintenu la communication avec Benjamin Netanyahu pour « plaire à l’administration Trump    » connaissant les réseaux hostiles de la structure de Yossi Cohen. Avec la défaite de Benjamin Netanyahu et le remplacement de Yossi Cohen a la tête du Mossad, Félix Tshisekedi effectue paisiblement sa visite en « terre sainte ». Le Keren Kayemeth The Israel-Jewish National Fund a consacré jeudi un bosquet près de Jérusalem en l’honneur du président de la République du Congo Félix-Antoine Tshisekedi Tshilombo, en visite en Israël.

Condensé de Shuki Sadeh et de Coco Kabwika

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *