Mine_D'or_Mali

Barrick Gold, propriétaire du plus grand complexe minier d’or du Mali, Loulo-Gounkoto, a déclaré que ses mines dans le pays n’avaient « jusqu’à présent pas été affectées » par les sanctions imposées par la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest.

Le bloc régional de 15 États a imposé des sanctions économiques sévères et a déclaré qu’il fermerait également les frontières et romprait les relations diplomatiques, en réponse au retard du Mali dans la tenue d’élections à la suite d’un coup d’État militaire de 2020.

Barrick a déclaré que ses mines disposaient de stocks et de magasins suffisants pour continuer à fonctionner normalement, ajoutant toutefois que la situation était « très fluide » et qu’elle la surveillait de près.

Le Mali est l’un des plus grands producteurs d’or d’Afrique, l’exploitation minière contribuant à environ 10 % de son produit intérieur brut (PIB).

Des entreprises comme Barrick, B2Gold et Resolute Mining exploitent de grandes mines dans le pays tandis que de nombreuses petites entreprises y explorent l’or.

Hummingbird Resources, propriétaire de la mine d’or de Yanfolila, a déclaré qu’il évaluait les risques pour sa chaîne d’approvisionnement des sanctions économiques.

« Bien que tous les plans soient élaborés pour minimiser l’impact potentiel, il est trop tôt pour dire comment ces sanctions pourraient potentiellement affecter nos activités« , a déclaré Hummingbird dans un communiqué. Ses actions ont baissé de 5% à Londres.

Un porte-parole de Cora Gold, qui envisage de commencer la construction de sa mine d’or de Sanankoro au Mali cette année, a déclaré que le conseil surveillait la situation et que les opérations au Mali se poursuivent normalement.

B2Gold et Resolute n’ont pas immédiatement répondu aux demandes de commentaires sur l’impact possible des sanctions.

Helen Reid; édité par Jason Neely, Emelia Sithole-Matarise et William Maclean pour Reuters

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.