Le sénateur Robert Menendez fait face à des accusations de corruption après que le FBI ait perquisitionné son domicile et découvert qu’il avait reçu une Mercedes Benz Classe C, 13 pièces d’or et 566 000 $ d’enveloppes.

Élu en juillet 2022, sénateur de l’État du New Jersey. Vendredi dernier, la justice a ouvert une enquête pour corruption qui l’a contraint à démissionner immédiatement de son poste.

Il est poursuivi avec son épouse Nadine, toutes deux accusées d’avoir accepté des pots-de-vin. Menendez est soupçonné d’avoir été soudoyé à plusieurs reprises pour un loyer, du matériel, notamment des chaises d’exercice et du matériel d’exercice.

Il a été payé en échange de l’aide apportée à diverses personnes, notamment les coaccusés Wael Hana, José Uribe et Fred Daibes.

Le sénateur Menendez est également accusé d’avoir tenté d’interférer avec l’enquête sur les crimes présumés de Daibes en conseillant au président Biden de remplacer Philip Sellinger au poste de procureur général, car il pensait que son ami du New Jersey l’aiderait à résoudre les crimes de son ami présumé.

Soutien de la RDC et Paul Rusesabagina

Selon le gouvernement rwandais qui se réjouit de cette inculpation, Bob Menendez est l’un des premiers détracteurs de Paul Kagame. D’après Igihe un médias proche du gouvernement rwandais, le sénateur a été approché par l’administration Tshisekedi pour soutenir le gouvernement congolais contre le Rwanda.

Pour l’atteindre, l’administration Tshisekedi puisse atteindre avait fait appel à des sociétés de lobbying qui ont servi à infiltrer les transports. L’un d’eux est Ballard Partners.

Ballard Partners est payé 75 000 $ par mois par le RDC et Scribe Strategies and Advisors est payé 50 000 $ par mois. Ces agences s’efforcent de faire valoir le point de vue de la RDC auprès du Sénat américain et d’autres dirigeants.

L’un des associés Ballard approchés est Robert Menendez.

Aussi en juillet 2022, Bob Menendez avait écrit une lettre demandant à son pays les USA de suspendre sa coopération avec Rwanda et de cesser toute aide à ce pays car « ses dirigeants ont commis de nombreux crimes soutenus par l’arrestation illégale de Paul Rusesabagina, un citoyen américain».

S’il est reconnu coupable de ces accusations, il risque jusqu’à 45 ans de prison.

RGL