RDC: COVID-19 : LES HÔPITAUX DÉBORDÉS

Eteni Longondo

Face à l’augmentation exponentielle des cas positifs en Rdc, le Comité multisectoriel de riposte annonce bientôt des mesures plus drastiques.

Moyenne journalière oscillant désormais entre 230 et 250 cas, hôpitaux débordés, nombre de décès de Covid-19 en République démocratique du Congo. Ministre de la santé, Dr Eteni Longondo a tiré la sonnette d’alarme le mercredi 13 janvier, au cours de la réunion du Comité multisectoriel de riposte contre le coronavirus, présidée par le Premier ministre Sylvestre Ilunga Ilunkamba.

Au total, le cumul de cas enregistrés depuis la déclaration de l’épidémie au pays a franchi le cap de 20.000 cas positifs. Selon les dernières statistiques, le cumul remonte à 20.476 cas confirmés et un cas probable. Si 14.770 soignés ont trouvé la guérison, 626 personnes sont mortes de Covid-19, atteste le ministre congolais de la Santé. Par ailleurs, Dr Eteni Longondo a également déploré la situation actuelle dans les hôpitaux du pays, où il n’y a plus de places pour les malades atteints du Covid-19.

En définitive, constate-t-il, la deuxième vague de coronavirus est plus grave que la première. Aussi bien en RDC que sous d’autres cieux. Avec une moyenne nationale allant de 230 à 250 contaminations le jour. Un record jamais atteint jusque-là sur l’échiquier national.

DES CONGOLAIS ENCORE SCEPTIQUES

La situation épidémiologique actuelle s’avère donc inquiétante et préoccupante. D’où, s’interroge-t-on, va-t-on vers un reconfinement à large échelle ? La réponse va tomber incessamment. Car, aux dires du Comité multisectoriel de riposte contre le Covid-19, des mesures drastiques vont bientôt être annoncées pour panser l’hémorragie.

 » Vous savez les Congolais ne s’en rendent même pas compte ! Mais, je peux vous dire aujourd’hui que la deuxième vague est plus grave que la première. Nous avons discuté de modalités dans le cadre de la protection de la sante du peuple congolais. Nous avons pris un certain nombre des mesures qui seront annoncées après approbation par le chef de l’État « , a lâché Dr Eteni Longondo.

REPRISE PROCHAINE DES COURS

Dans la foulée des mesures préconisées par le Comité pour renforcer la prévention et briser la chaîne de contamination au coronavirus, la reprise des cours des élèves et des étudiants. Pour le Comité, l’année blanche n’est pas à l’ordre du jour tant à l’Enseignement primaire, secondaire et technique (EPST) qu’à l’Enseignement supérieur et universitaire (ESU). Il a précisé que tout serait mis en œuvre pour que les années académique et scolaire ne soient pas blanches.

Plusieurs mois après, les étudiants et plusieurs autres organisations académiques et scolaires ont fait volte-face, condamnant des réunions et desrassemblements de plusieurs personnes pour des raisons politiciennes. Aux quatre coins du pays, ils exigent la réouverture des activités scolaires et académiques,  » au cas où les mêmes mesures ne seraient pas appliquées pour les églises, les bars et autres réunions des acteurs politiques « .

RESPECT DES GESTES BARRIERES

Pour sa part, le Gouvernement de la République rassure que les activités académiques et scolaires seront bel et bien rouvertes. Il continue à appeler la population à observer strictement les mesures barrières pour lutter contre la Covid-19.

En attendant, les membres du Comité multisectoriel de riposte contre la Covid-19 réitèrent leur appel à la population à continuer à respecter l’observance stricte et correcte des gestes barrières (port correct du masque, distanciation physique, lavage régulier des mains, tousser dans le creux du bras ou dans un mouchoir en papier à jeter dans une poubelle…).

Ces gestes barrières ne sont pas respectés comme il se doit. Y compris la mesure de couvre-feu don’t l’application souffre de quelques failles, dues généralement aux difficultés de transport.

Au 13 janvier, la RDC a enregistré 476 nouveaux cas positifs confirmés de Covid-19, selon le bulletin du Comité multisectoriel de lutte contre le coronavirus dont 406 à Kinshasa parmi lesquels 275 cas de HJ Hospitals non enregistrés entre le 5 et 19 décembre 2020, 35 au Kongo Central, 24 au Haut-Katanga, 5 au Nord-Kivu, 3 au Kasaï-Central et 3 au Lualaba. Au total, 866 échantillons ont été testés positifs.

Selon ledit document, aucun décès n’a été rapporté. Par contre, 3 personnes ont été guéries pour la même journée.

Depuis le début de l’épidémie déclarée en RDC le 10 mars 2020, le cumul des cas est de 20 478 dont 20 476 cas confirmés et 1 cas probable. Au total, il y a eu 626 décès (625 cas confirmés et 1 cas probable) et 14 770 personnes guéries.

Vingt-deux sur 26 provinces sont touchées, avec comme épicentre Kinshasa.. Les provinces touchées sont Kinshasa : 16 223 cas ; Nord-Kivu : 1 251 cas ; Kongo Central : 1 249 cas ; Haut-Katanga : 560 cas ; Sud-Kivu: 445 cas ; Ituri : 224 cas; Lualaba : 176 cas ; Tshopo : 99 cas ; Haut-Uélé : 94 cas ; Equateur: 48 cas ; Nord-Ubangi : 40 cas ; Maniema : 17 cas ; Kasaï-Central: 15 cas ; Kwilu : 8 cas ; Sud-Ubangi: 7 cas ; Bas-Uélé : 6 cas ; Tanganyika : 6 cas ; Kasaï-Oriental: 4 cas ; Kasaï : 2 cas ; Kwango : 2 cas ; Tshuapa : 2 cas et Haut-Lomami :1 cas. Les provinces de Mongala, de Sankuru, de Mai-Ndombe et du Bas-Uele restent encore non infectées.

Dix mois après la déclaration au pays, la RDC vient de totaliser 20 477 cas positifs, dépassant ainsi la barre de 20 000. 
Kléber KUNGU et Rachidi MABANDU

Related posts

Leave a Comment