Les_Wazalendo

Depuis novembre 2022, le groupement de Binza, situé au nord du territoire de Rutshuru, à 100 km de Goma et à la frontière congolo-ougandaise, est sous le contrôle des groupes de patriotes de la résistance, communément appelés aujourd’hui « Wazalendo ». Cette zone était sous le contrôle du 3412ème régiment des FARDC avant l’arrivée du M23.

Les Wazalendo ont érigé plusieurs barrières (6) de Ngwenda à Ishasha (50km), obligeant les motocyclistes à payer des taxes sans quittance à chaque barrière évaluée de 500fc à 2000fc. Pour les véhicules, la taxe est de 50$. Les paisibles populations, qui quittent les champs, sont rançonnées par plusieurs barrières érigées sur plusieurs artères menant aux routes de dessertes agricoles. Des arrestations arbitraires sont également signalées.

Dans chaque village, les Wazalendo imposent des salongos obligatoires aux paisibles populations, exigeant un paiement d’amende exorbitant et parfois jusqu’à la mort pour les personnes qui n’y participent pas. Certains Wazalendo sont même devenus des affairistes en rançonnant et maltraitant la population.

La société civile locale appel aux FARDC stationnés à Ishasha à monter jusqu’à Ngwenda pour leur sécurisée.

Un autre appel est lancé aux responsables de l’EAC de déployer des militaires à Binza afin de protéger la population malmenée par les Wazalendo-businessmen dixit Aimé Mukanda.

Selon une certaine source, il existe une certaine coopération entre les Wazalendo et le M23.

menacé de mort par un coordon Wazalendo à Binza/Rutshuru, Aimé Mukanda exhorte le gouvernement congolais à prendre en charge les Wazalendo, car ils pourraient devenir une bombe à retardement si rien n’est fait pour les identifier et les contrôler.

Aimé Binda