Des millions de livres pour le Rwanda en jeu , la réélection de Rushi Sunak mis en doute par les commentaires filmés de l’ambassadeur Rwandais à Londres.

Le Rwanda a minimisé les commentaires secrètement filmés de son haut-commissaire en Grande-Bretagne qui critiquait la position du Royaume-Uni en matière de migration.La porte-parole du gouvernement, Yolande Makolo, a défendu le partenariat d’immigration du Rwanda avec le Royaume-Uni tout en insistant sur le fait que les politiques d’immigration mondiales actuelles étaient « un fiasco ».

Le gouvernement britannique rougit après les critiques du diplomate rwandais sur le projet Rwanda et sur le bilan historique du Royaume-Uni sur le droit de l’homme et l’esclavagisme.

La ministre britannique de l’Intérieur Suella Braverman, est embarrassée après qu’une opération secrète ait filmé l’ambassadeur rwandais en train de critiquer la ministre britannique de l’Intérieur Suella Braverman et son projet rwanda.

Le gouvernement britannique est embarrassé après que le haut-commissaire du Rwanda à Londres ait été filmé critiquant le bilan historique du Royaume-Uni en matière de droits de l’homme et affirmant que son ministre de l’Intérieur avait « absolument tort » en matière de migration.

Les déclarations de l’ambassadeur Rwandais Posté à Londres vont des intérêts Rwandais.

L’ambassadeur Rwandais accuse le Royaume-Uni d’avoir réduit des millions des personnes en esclavagisme pendant 400 ans.
Il a déclaré qu’il était « immoral » que le Royaume-Uni se considère comme un pays de droit. « c ‘est inacceptable que le Royaume-Uni soit considéré encore comme un pays des réfugiés, du réconfort, de protection ou de compassion », a-t-il déclaré. « Ils ont réduit en esclavage des millions de personnes pendant 400 ans. Ils ont détruit l’Inde, ils ont détruit la Chine, ils ont détruit l’Afrique.

Busingye a été filmé en secret lors d’une réunion dans un club londonien dans le cadre d’une enquête du groupe de campagne Led By Donkeys menée par le journaliste Antony Barnett.

L’ambassadeur a été informé qu’il rencontrait un homme d’affaires d’une société d’Asie du Sud-Est souhaitant investir dans son pays, le Rwanda.
Le gouvernement britannique a été embarrassé après que le haut-commissaire du Rwanda à Londres ait été filmé critiquant le bilan historique du Royaume-Uni en matière de droits de l’homme et affirmant que son ministre de l’Intérieur pur et dur avait « absolument tort » en matière de migration.

L’ancien ministre rwandais de la Justice, Johnston Busingye, aujourd’hui son plus haut diplomate en Grande-Bretagne, a été filmé en secret par le groupe de campagne Led By Donkeys, dénonçant les violations séculaires des droits de l’homme à Londres tout en rejetant les inquiétudes concernant le bilan contemporain de son propre pays.

La Grande-Bretagne a conclu un « accord de partenariat en matière d’asile » avec le Rwanda afin d’envoyer des milliers de migrants arrivant régulièrement au Rwanda.

Les commentaires de l’ambassadeur Rwandais vont compliquer les relations diplomatiques de son pays avec le Royaume-Uni.

Le Rwanda n’ est pas sincère avec son allié,la Grande-Bretagne alors que celle avait déjà débloqué plus de 100 millions de dollars pour le projet de transfert des réfugiés au Rwanda.
Suella Braverman va – t-elle démissionner de son poste de ministre de l’Intérieur britannique?

Suella Braverman a refusé de permettre aux députés britanniques d’être informés en toute confidentialité des coûts liés à l’envoi des demandeurs d’asile au Rwanda pour le traitement de leur demande d’asile et leur réinstallation.

Les membres du Comité des comptes publics ont vu leurs efforts pour comprendre les coûts qui sous-tendent l’accord entre le Royaume-Uni et le gouvernement rwandais frustrés cet été, lorsqu’on leur a dit que certains chiffres « commercialement sensibles » ne pouvaient pas être révélés publiquement.

Le secrétaire permanent du ministère de l’Intérieur, Sir Matthew Rycroft, a confirmé que la ministre de l’Intérieur avait décidé qu’il ne serait pas « approprié » que le comité voie les détails financiers de l’accord, qui, selon elle, « devraient rester confidentiels ».Comparaissant devant le PAC en juillet, Rycroft a été interrogé sur les informations des médias selon lesquelles l’expulsion d’un demandeur d’asile coûterait un peu moins de 170 000 £ dans le cadre du partenariat entre le Royaume-Uni et le Rwanda pour la migration et le développement économique, alors qu’il en coûte 106 000 £ pour traiter une demande d’asile au niveau national.

Rycroft a déclaré que les chiffres étaient des « chiffres approximatifs » basés sur le coût de traitement des réclamations au Royaume-Uni.Mais pressé plus loin, le perm sec n’a pas été en mesure de donner plus de détails financiers sur l’accord.Sir Geoffrey Clifton-Brown, membre du comité, a demandé : « Vous connaissez les coûts réels, mais vous ne les divulguez pas. Ce n’est pas vrai.

Avec Aime Binda