Le ministre des Affaires étrangères du Rwanda, Dr Vincent Biruta, a exprimé sa préoccupation quant à l’utilisation de plus de 2 000 mercenaires étrangers par la République démocratique du Congo (RDC) dans les violents combats entre le M23 et les forces FARDC dans l’est du pays.

Il l’a annoncé le jeudi 11 octobre, lorsqu’il a expliqué aux diplomates , l’état des relations du Rwanda et le monde en général.

Biruta a déclaré que le Rwanda s’inquiète de l’intensification des combats dans l’est du Congo, entre le M23 et la partie congolaise, soutenue par des groupes armés dont les FDLR et des mercenaires étrangers.

Les combats se déroulent depuis début octobre dans les territoires de Masisi, Nyiragongo et Rutshuru au Nord-Kivu, dans des zones qui étaient auparavant sous le contrôle des forces de la Communauté d’Afrique de l’Est (EAC) envoyées pour se tenir entre les combattants.

Biruta a souligné que les combats constituent un problème sérieux pour la sécurité du Rwanda, et que le gouvernement congolais avait pris des décisions en ciblant uniquement le M23, ignorant le fait que les FDLR et d’autres groupes armés sont également présents dans la région.

Dans l’est de la RDC, dans la province du Nord-Kivu, des affrontements opposent les rebelles du M23, soutenus par le Rwanda selon Kinshasa et plusieurs rapports des experts des Nations unies, et des groupes armés locaux, principalement des Wazalendo. Des combats qui s’inscrivent dans une montée de tension dans la région ces derniers jours.

RGL