Le club congolais de Tout Puissant Mazembe s’oppose fermement à ce que ses joueurs portent le logo du ministère rwandais du Tourisme, qui est le sponsor de la Ligue africaine de football.

Le TP Mazembe, club congolais, est en conflit avec la Confédération africaine de football (CAF) car il refuse que ses joueurs portent le logo « Visit Rwanda » lors de leur match contre l’Espérance Tunis le 22 octobre à Dar es-Salaam, dans le cadre de la Ligue africaine de football (AFL). Cette décision est motivée par la crise entre le Rwanda et la RDC, où les deux pays sont pratiquement en guerre via des milices M23 ou Wazalendo.

L’équipe dirigée par Moïse Katumbi, candidat à la présidence de la République en RDC en Décembre 2023, a exprimé son mécontentement de manière ferme. Le 12 octobre, Frédéric Kitengie, secrétaire général de l’équipe, a discuté de ce problème avec Sylvia-Line Lamaro, directrice de la stratégie de la Ligue africaine de football.

En effet, il parait en évidence que les deux pays, à savoir, la République démocratique du Congo et le Rwanda sont en guerre. Plusieurs rapports des Nations – Unies et experts internationaux ont confirmé la présence des militaires et matériels de guerre rwandais parmi les rebelles du M23. Situation qui s’est accentuée ce dernier mois avec les affrontements dans la province du Nord – Kivu entre des milices locaux congolais soutenus par l’armée congolaise et le M23 soutenu par le Rwanda. Nous avons donc une guerre par procuration.

Ainsi, face à cette situation, le règlement intérieur de la CAF est clair:  d’un pays en guerre ou matches affectés par des situations internes.

« En cas de troubles, de guerres, de force majeure ou de situation interne dans un pays
susceptibles d’affecter les conditions de sécurité dans le déroulement d’une rencontre, la Commission d’Organisation peut prendre plusieurs mesures dont: la délocalisation pour un terrain neutre… »

Il apparait donc évident que le deux pays étant en guerre, la CAF ne peut pas obliger au Tout puissant Mazembe de porter un logo invitant à visiter un pays agresseur.

En outre, dans l’histoire contemporaine du football, il y a des cas des joueurs qui ont eu à boycotter la marque d’une maison quelconque pour des convenances personnelles.

Convié comme tous les Bleus à participer à une matinée avec les sponsors de l’équipe de France, mardi 22 mars 2022, Kylian Mbappé a esquivé la séance en faveur de Volkswagen, Orange, Coca-Cola, Konami, Uber Eats et Xbox. Une décision inédite à Clairefontaine, mais pas dans le monde du football. Avant lui, en juillet dernier, Cristiano Ronaldo avait fait sensation à l’Euro 2021 en provoquant la chute de l’action Coca-Cola en bourse. Comment ? En écartant le fameux soda placé devant lui en conférence de presse. Quelques jours plus tard, Paul Pogba l’imitait, cette fois avec une bouteille d’Heineken.

Avant Mbappé, Ronaldo ou Pogba, d’autres grands noms du ballon rond avaient déjà contesté les obligations liées aux sponsors. On pourrait ainsi citer l’exemple célèbre de Johan Cruyff, égérie Puma dans les années 1970, qui avait fait retirer une des trois bandes Adidas du maillot des Pays-Bas.

Toutefois, si Tout Puissant Mazembe pourra participer à la compétition, elle risque cependant de perdre la totalité de l’enveloppe mise en jeu dans la compétition.

RGL