Bonjour, nous sommes le 22/07/2019 et il est 09 h 55.


La RDC vient, en effet, en première place en Afrique centrale (avant le Cameroun – 115. 000 GWh) et sur le continent (avant le Madagascar – 320.000 GWh).


INTRODUCTION

1. Objectif et intérêt du travail

La sédimentologie est une discipline relativement

complexe parmi les sciences de la terre ; elle est en effet liée à l’essor des études du milieu actuel au cours des dernières décennies. Le terme «  sédimentologie » est relativement neuf et dérive de l’anglais «  sédimentology »( terme utilises depuis1932).

En effet cette discipline est actuellement exploitée pour

l’explication et la recherche des bassins segmentaires.

C’est dans ce cadre que nous avons entrepris notre

étude dans la province du Bas-Congo et plus particulièrement dans le talus de Kwilu SNEL.

La finalité de ce travail est d’expliquer la genèse les

sédiments et (ou des roches  observées dans cette formation du kwilu en asseyant de caractériser l’ environnement sédimentaire et l’ évolution des sédiments au cours des temps ; ce qui a une grande importance dans la recherche pétrolière.

Méthodologie du travail.

Pour y parvenir nous avons procédé par la lecture des travaux ayant trait à la géologie du Bas-Congo et plus particulièrement de degré carré de la feuille Ngungu. En suite les techniques et les méthodes suivantes ont été utilisées.

a) Sur le terrain

-     Nous avons décrits macroscopiquement les roches ; en suite  les différents lithofaciés ont été photographiés sur les affleurements du talus de kwilu, et enregistrés sous un numéro précédés par les initiales KW (Kwilu), ces numéros ont été reportés sur le plan de la  formation ; 

-     Les épaisseurs de bancs ont également été mesurées, 

-     L’acide     chlorhydrique a      été   utilisé      pour        la détermination des carbonates.     

b) Au laboratoire, 

Nous avons procédé :*

Ø A la détermination microscopique de microfaciès déduits de Lithofaciés ;

Ø A la nomenclature de différents lithofaciés selon la classification de FOLK (1959), DUNHAM (1962) et KLOTAN et EVRY (1971)  

Ø A l’établissement du log litho stratigraphique et sa schématisation en faciès d’enchainement vertical,

Ø A l’inventaire des caractères sédimentaires et dia génétiques.

Matériels utilisés

Sur le terrain et au laboratoire, les matériels utilisés sont :

-     Une boussole de géologue (de marque TOPOCHEX’S)

-     Un GPS (de marque Garmin GPS 76)

-     Marqueur indélébile 

-     Un sac à échantillon

-     Un carnet de terrain

-     Un marteau de géologue

-     Une masse de 10kg

-     Un décamètre

-     Un microscope leitz Wetzaler (monoculaire)

-     Un appareil photo numérique

-     Les réactifs (acides chloridriques)

Plan du travail

Notre travail comprend,  hormis l’introduction et la conclusion trois chapitres :

-     Le premier chapitre présente les généralités sur le contexte géographique et géologique du Bas-Congo en général et du secteur de Kwilu en particulier.

-     Le deuxième chapitre est consacré aux travaux de terrain et de laboratoire,

-     Le troisième interprète les résultats et propre un modèle sédimentaire de la partie supérieure de la formation de Kwilu (CI)

 

 

 

 

 

 

 

  

 

 

CHAP I : GENERALITES

I.1. CONTEXTE GEOGRAPHIQUE REGIONAL

I.1.1. LOCALISATION

Situé dans le territoire de SONGOLOLO district de CATARACTES province du BAS-CONGO ; le secteur de KWILU est compris entre 14° 15’ et 14° 20’ de longitude Est, et entre 5° 35’ et 5°40’ de latitude sud. (fig1)

 

 

 

  

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

I.1.2. CLIMAT 

Le Bas-Congo est caractérisé par un climat tropical soudanien en général du 15 Mai au 15 Septembre et une  saison des pluies  qui s’étale du 15 septembre au 15 Mai. Cette dernière est souvent interrompue par une petite saison sèche d’environ trois semaines en FEVRIER (DELVOY et  VAN DERLINDEN 1951, ROBERT,

1948)

La température annuelle moyenne, assez uniforme, oscille autour de 25°C. Durant la saison des pluies, la température mensuelle moyenne atteint 28°C, en saison sèche, elle descend à 22°C. Dans un même mois l’amplitude des écarts ne passe pas 10°c. Dans la région du degré carré de la feuille Ngungu, un contraste dû à la différence d’altitude, plus net en saison sèche qu’en saison des pluies, existe entre les reliefs, plateau du Bangu et crête de Ngungu notamment, et les plaines Schisto-calcaires. La différence de température atteint 3° et l’on relève, en juillet et Août, sur les reliefs, des températures inférieures à 18°C avec des minima absolus pouvant descendre en dessous de 14°C.

I.1.3. VEGETATION

Le climat soudanien favorise le développement des plantes herbeuses et permet, selon les conditions l’humidité du sol, l’installation d’essence arborescente (Delvoy, 1951).

Dans les régions situés sur les terrains Schisto-calcaires et Schisto-gréseux, ce climat confère à la végétation un faciès de savane Guinéenne arbustive  parsemée de lambeaux forestiers.

Ceux-ci sont plus nombreux et plus étendus sur les plateaux  Schisto-gréseux et les reliefs constitués par les terrains antérieurs au Schisto-calcaire. La végétation herbeuse comprend les graminées xérophiles des genres Andropogon, Hypparhenia, Rhynchelytrum, Sesbania, Honckenya, Cephalonema, Triumfetta. Les genres ânonna, hymen cardia, psorospernum, Gaertnera, Sarcocephalus, Crossopteryx, Bridelia, bauhinia représentent les principales essences arbustives. On trouve également l’adansonia digitata L.( baobab)

I.1.4. SOLS

 Les sols du Bas-Congo, comme la plupart des sols tropicaux, sont chimiquement pauvre leur acidité est prononcée (Baupens, 1938)  

La plus part des roches  de la zone Schisto- calcaire paraissent fournir des sols argileux jaunes assez stériles. Le terrain schisto gréseux donne naissance à des sols sablo- argileux jaune ou bleu claire, peu fertile. Sur les formations antérieures au schisto- calcaires, les sols sont des natures comparables à ceux à ceux du schisto-calcaire et argileuses et aussi à ceux des terrains schistogréseux sur les roches argilo- siliceuses.

Néanmoins on observe des types particuliers sur les bouts des sols rouges très argileux et d’une certaines fertilité ; sur les lambeaux de la série des sables  ocres et  remaniés de cette série, des sols constitués des sables  fins siliceux non fertiles. I.1.5 Géomorphologie et hydrographie.

La région du  degré carré de la feuille Ngungu est subdivisée en plusieurs unités morphologiques principales !

      Au nord–est : les plateaux des cataractes sud au bangu, coïncide avec l’extension de l’Inkisi et du Mpioka subtabulaire ;

      A l’ouest au sud et à l’est de ce plateau, une grande dépression Schisto-calcaire divisée qui est en deux parties par les reliefs de crêtes de Ngungu ; à l’ouest de cette grande dépression, les massifs de Kimbungu et de la Sansikwa- lungazi constituées par, des formations antérieures au Schisto- calcaire. C’est une zone des reliefs de types appalachiens dont les crêtes culminent à 870 m d’altitude (Mont UIA) et les points les plus bas à 550m.

La région du  degré carré de la feuille Ngungu appartient dans son entièreté au bassin du fleuve Congo. Les principaux cours d’eaux de la région sont : La Lunzadi, le Luansi, le Mpioka, le Lukunga, le Kwilu, le Luima, le Lunionzo et le Lufu- Lungezi.

I.2 CONTEXE GEOLOGIQUE ET LITHOSTRATIGRAPHIE

Les travaux récents réalisés dans la province du bas- Congo par tack et al. (2001), permettent les considerations suivantes

Cfr: GEOLOGICAL TIME SCALE FOR THE PRECAMBRIEN OF

THE BAS-CONGO

Cfr: KAROO AND POST-KAROO SILICICLASTIC SEDIMENTS

 

 

 

 

 

 

 

Fig.3 : Lithostratigraphie du Bas-Congo (Tack, 2001).

 

 

 

 

 

A. LE SUPERGROUPE KIMEZIEN

Il constitue le socle et représente la formation  la plus ancienne. Il est représenté par le complexe gneissique de M’POZO TOMBAGADIO daté de 2100 Ma c’est-à-dire paléo protérozoïque. Il est litho stratigraphiquement composé de gneiss migmatitiques, gneiss amphibolitiques, calcaires cristallins, roches vertes et quartzites micacés.

B. LE SUPERGROUPE WEST-CONGO

D’un point de vue litho stratigraphique, le super groupe de WestCongo renferme les groupes du Zadinien, du Mayumbien, et  l’ouest- congolien.

B.1. GROUPE DU ZADINIEN

La partie inferieure du groupe du zadinien est composée de méta sédiments silicoclastiques (incluant des black shales), continentaux   et basaltes, n’excédent pas 1500m d’épaisseur. Ces méta sédiments montrent de fortes variations latérales et verticales, en association avec un environnement de rift continental. Ils sont surmontés par une séquence de 1600 à

2400m d’épaisseur de roche mafiques appelées méta basaltes de «  GANGILA », à prédominance de coulées tholéitiques continentales.

B.2. GROUPE DU MAYUMBIEN

Le groupe du Mayumbien est une séquence volcano-plutonique felsique avec intercalations sédimentaires et volcanosédimentaires. Sa litho stratigraphie  varie fortement de proche en proche, d’où les corrélations stratigraphiques détaillées en sont difficiles. Ce groupe comprend de bas en haut : les microgranites, de roches intrusives, des roches volcanoclastiques et de méta rhyolites.

B.3. GROUPE DE L’OUEST- CONGOLIEN

Le groupe de l’ouest congolien est subdivisé litho stratigraphiquement, en sous-groupes (le personne 1973 ; cahen 1978). Ce sont de la base au sommet, le sous*-groupe de la sansikwa (S) ; la formation de la diamictite inférieure (Ti), le sous*groupe du  haut shiloango (Sh), la formation de la diamictite supérieure (Ts), le sous-groupe du Schisto-calcaire © et le sousgroupe de la Mpioka (p). Autrefois,  le sous-groupe de la Mpioka et la formation d’Inkisi étaient regroupés sous le vocable de « Schisto-Gréseux », par oppositions au schisto-calcaire. La formation de Kwilu (CI) sous étude fait partie  de sous-groupe Schisto-Calcaire qui comprend également la formation de la Lukunga (CII), la formation de Bangu (CIII) et la formation de la Ngandu (CIV).

B.4. La formation de l’Inkisi (I)

La formation de l’Inkisi est sujette de discussions car les sédiments d’origine silicoclastiques sont plus jeunes que les roches Néo-protérozoïques de la chaine Ouest-congolienne. Et on lui accorderait un âge Paléozoïque. Alvarez et al (1995) lui attribuent un âge pré-permien. La formation de l’Inkisi est constituée d’une série quartzo-arkosique épaisse de 1000m.

 

 

 

 

CHAP II. ETUDE DE TERRAIN ET DE LABORATOIRE

II.1. INTRODUCTION

Les travaux effectués sur le terrain et au laboratoire

ont permis de mettre en évidence les lithofaciès ci-après rencontrées dans la formations de Kwilu sur la partie supérieure.

 

 

Fig. 3. Vue de la formation de Kwilu

 

  

 

 

II.2. COUPE DE LA PARTIE SUPERIEURE DE LA FORMATION DU KWILU

Sur la partie supérieure de la formation du Kwilu nous

rencontrons de bas en haut, les lithofaciès suivants :

 

A. Lithofaciès de roche carbonatée très finement litée (KW9)

A.1. sur le terrain :

On observe une succession des bancs de roche

carbonatée très finement lité de teintes roses foncées, montrant une alternance des lits roses foncés et des lits roses clairs assez riche en grain de sable par endroit, les  lits roses foncés ont une épaisseur importante d’environ 1cm, par altération la roche devient brunâtre montrant une alternance des salies et de rentrants les salies sont observés sur des lits roses clairs, et de rentrants aux lits roses foncés. Quand aux épaisseurs des bancs, elles varient de 8 à 12cm, le plan de stratification est parsemé des rides à crête discontinue (Image photo n°616 et 617), signalons que les lits sont plans à onduleux, la variation des teintes vers le  gris claire donne l’aspect lenticulaires

A.2. Au Microscope

La roche est constituée d’un entrelacement des

filaments en lentille ou plage de lits ondulés, de lits de micrites et quelques grains de microsparite dans un ciment microsparitique, les éléments sont dispersés dans une boue carbonatée. La roche c’est une intra micrite du type Mudstone-Bindstone selon la classification de FOLK (1959), Dunham (1962) et Embry et Klovan

(1971 Echantillon (KW9)

B

A

 

Fig.4a. lithofaciés de roche carbonatée très finement litée       ; B lits de micrite et quelque grains de microsparite dans un ciment microsparitique             

 

 

B. Lithofaciès de roches carbonatées à grains très fins et très légèrement ondulée (KW 10) B.1. sur le terrain :

Vers le haut de KW 9, nous observons la même roche

mais le litage devient très fin pour les  lits roses clairs et épais pour les lits roses foncés, le litage est légèrement ondulé et sur la surface des bancs nous observons de rides d’oscillation

(Image n° 617, 619, 620)

B.2. Au Microscope

 La roche est formée d’une alternance des filaments de

niveaux micritiques, avec quelques rares microsparites qui augmentent sur certaines plages, dans certains endroits, nous avons observés des pseudo-filaments sur lequel de litage est diffus, et d’autre part le litage est clair ou net. La roche est une intra micrite du type Bindstone selon la classification de FOLK(1959), DUNHAM (1962) et Embry et Klovan (1971) échantillon (KW 10)

B

A

Fig. 5. a. lithofaciés de roche carbonatée a grains très fins et litage légèrement ondulé        ; B, alternance des filaments de niveaux micritique avec quelque s sparite.  

 

C. Lithofaciès de roche carbonatée à grains très fins (KW 11)

C.1. Sur le terrain :

Bancs de roches carbonatées à grains très fins à

stratification oblique, de teinte verdâtre, à litage fruste montrant une alternance des lits  verts gris et de lits grés verdâtre. Ces bancs sont intercalés du banc vert clair épais  de1, 5cm ; montrant une alternance des lits. Et les  lits verts clairs sont plus  épais que les lits verts -foncés.(Image photo n°621) C.2. Au microscope :

La roche présente un fond micritique avec un litage

très diffus et de pseudo-filament, de micrite. Dans les plages de pseudo-filament il ya la sparite et les petits grains de microsparite. Bindstone très dense et le Wackstone         très diffus.  Celle-ci est une intra micrite du type Wackstone-Bindstone selon la classification de FOLK (1959), Dunham (1962) et Embry et Klovan (1971) Echantillon (KW11).

A

 

B

Fig. 6. A. lithofaciés de roche carbonatée a grains fins B. le fond micritiq    ue avec un litage très diffus et de pseudo -filament de micrites.

 

D. Lithofaciés de roche carbonatée à grains très fins (KW 12) D.1. SUR LE TERRAIN

Succession des petits bancs d’une roche carbonatée à

grains très fins de teinte grise avec une épaisseur de 5 cm, le litage est fruste, par altération la roche devient brunâtre, la roche est massive 

(Image photo n°620)

 

D.2. Au Microscope

Au microscope on observe un fond micritique et des

microsparites à litage diffus, fait d’une alternance de plages micritiques et de lits où il ya  la micrite, la microsparite avec des pseudo-filaments, les grains de quartz parsemé dans ce fond micritique sont subarrondis à arrondis. La roche, est une intrasmicrite de type Wackstone selon la classification de FOLK (1959), Dunham (1962), et Embry et Klovan (1971) Echantillon

(KW 12)

   

 

Fig. 7.  lithofaciés de roche carbonatée à grains  trés fins B. le fond micritique avec un litage

 

diffus fait d’une alternace de plage micritique et des lits où il ya la micrite et la sparite avec la pseudo filament  algaire.  

E. Lithofaciès de roche carbonatée à grains très fins ( KW 13) E.1. Sur le terrain

Alternance des bancs de roche carbonatée à litage

fruste à grains très fins de teinte rose foncée épais de 2 à 4cm, certains bancs sont très finement lités.

Le litage est souligné par l’alternance de lits mauves

grisâtre et de lits clairs, la surface de stratification est onduleuse, la variation de teinte gris claire donne l’aspect lenticulaire.

 

E.2. Au microscope :

La roche est constituée de la micrite avec la plage de la

microsparite et de  pseudo filament sombre algaire entrelacé alternant de plage de microsparite de la micrite, est une intra micrite de type Wackstone-Bindstone selon la classification de FOLK (1959), Dunham (1962), Embry et Klovan (1971)

Echantillon (KW 13)

B

A

 

Fig. 8. lithofaciés de roche carbonatée à grains  trés fins  et à litage fruste B. plage de la  

mocrosparite et lepseudo filament sombre algaire entrelacé altérnant de plage de sparite et de la micrite.  

 

F. Lithofaciès de roche carbonatée à grains très fins (KW 14) F.1. sur le terrain

Succession de bancs d’une roche carbonatée à grains

très fins, à litage oblique de couleur mauve en partie,  vers les bas, la roche est massive et vers le haut elle est très finement litée dont le litage est souligné par l’alternance de lits mauves et de lits clairs, par altération la roche  montre de rentrants et des sallies.

L’épaisseur de bancs est d’environ 8 cm (Image photo 621)

F.2. Au Microscope

La roche présente une abondance de la micrite avec

B

que des amas des matières amorphes qui contournent les lamines micritiques et microsparitiques avec quelques rare microsparite et sparite, est une intra micrite du type Packstone selon la classification de FOLK (1959), Dunham (1962), Embry et Klovan (1971) Echantillon (KW 14)

                                                                                                                 

Fig. 9. lithofaciés de roche carbonatée à grains  trés fins  et à litage oblique B. la micrite des  amas de matière amorphes qui contourne les lamines micritique et sparitique et qualques  rare microsparite.  

G. Lithofaciès de roche carbonatée à grains fins et très finement litée ; massive G.1. sur terrain :

Superposition de bancs d’une roche finement litée de

teinte mauve, à stratification horizontale (KW 15a) et d’un banc massif à stratification oblique (KW 15b).

On passe d’une  très finement litée de couleur mauve à

une roche  massive mauve grisâtre.

Les bancs mauves sont à litage fruste à  cause de

l’amincissement des lits gris clairs épais de 1 cm et des bancs à litage net suite à l’épaississement des lits clairs.  L’épaisseur des bancs est d’environs 15 cm.

 

 

G.2. Au microscope

La roche présente une alternance de filament avec des

lits à micrites  et quelques microsparites, les grains du quartz de la calcite et les oxydes de fer noirs sont aussi présents dans les plages dispersés, dans certains endroits, le litage net et diffus dans certains autres. C’est une intra micrite de type PackstoneBindstone selon la classification de FOLK (1959), Dunham (1962), Embry et Klovan (1971) Echantillon (KW 15a)

Fond micritique, entouré des agrégats ou des amas des

matières amorphes parsemé de la  sparite et microsparite dans une boue carbonatée. C’est une intra micrite de type Mudstone selon la classification de FOLK (1959), Dunham (1962), Embry et Klovan (1971) Echantillon (15b).

H. Lithofaciès d’une roche carbonatée très finement litée (KW16) H.1. sur le terrain 

Succession des bancs d’une roche carbonatée, à grains 

très fins à stratification oblique avec un litage fruste et oblique épais de 5mm, mauves avec intercalation de lits gris vert 

(Image photo 623 et 624) H.2. Au Microscope :

Fond micritique avec des oxydes de fer régulièrement

reparti et il ya aussi  des granules de fer, des grains de la sparites moins abondants et on observe des amas des matières amorphes qui entourent les grains de teinte rouillée c’est une intra micrite de type Mudstone selon la classification de FOLK (1959), Dunham (1962), Embry etKlovan (1971) Echantillon (KW 16).

 Lithofaciès d’une roche carbonatée très finement lité (KW 17)

I.1. Sur le terrain

Alternance des bancs d’une roche carbonatée à grains

très fins de couleur grise teintée à mauve, épais de 8cm pour les bancs plus épais et environ 4 cm d’épaisseur pour les bancs moins épais. Ces bancs sont imbriqués les uns les autres

I.2. Au microscope

La roche est constituée par une boue micritique avec

quelques granules de microsparite et de rare grains de sparite avec des oxydes de fer dispersé dans la matière amorphe et qui sont régulièrement reparti c’est une intra micrite de type Mudstone selon la classification de FOLK (1959), Dunham (1962), Embry et Klovan (1971) Echantillon (KW 17). 

II.3 CONCLUSION PARTIELLE

Les principales caractéristiques sédimentologiques de

la partie supérieure de la formation de kwilu(CI) sur le talus de kwilu SNEL sont les suivantes :

A)  Sur le terrain :

Ø   La prépondérance des couleurs mauves alternées avec les couleurs grises ;

Ø   La présence des roches  carbonatées très finement  litée ;

Ø   La présence  des roches carbonatées à grains  très fins  et à litage légèrement ondulée ;

Ø   La présence des roches carbonatées à grains très fins ;

Ø   Roches carbonatées à grains très fins  et très finement

litée, à stratification horizontale et oblique ;

Ø   Litage plan constituant la plus grande caractéristique de ces roches ;

Ø   Litage légèrement ondulée,  oblique et fruste ;

Ø   La présence des rides d’oscillations et des rides à crêtes discontinues,

Ø   Imbrication des bancs à plan de stratification oblique.

b) Au microscope :

Ø   La présence des filaments et des pseudo-filaments sombres algaire ;

Ø   Les lamines des matières amorphes sont fréquentes dans toutes les lithofaciès ;

Ø   Les cristaux de la calcite automorphe et de microsparites en amas ;

Ø   Abondance des pellets micritiques en forme arrondie et en amas ;

Ø   Les granules et imprégnation d’oxydes de fer ;

Ø   Alternance des lamines micritiques et des microsparites. 

Le log litho stratigraphique des roches de la partie

supérieure de la formation du kwilu (CI) sur le talus de Kwilu SNEL (figures…) établi en fonction de la nature du ciment généralement micritique et des éléments figurés montre que, ces roches sont constituées !

                               D’intra     micrite     de     type     Mudstones-bindstone

(lithofaciés de roche carbonatée très finement litée), intra micrite de type Bindstone (lithofaciés de roches carbonatées à grains très fins et très légèrement ondulée), d’intra micrite de type wackstone- bindstone (lithofaciés de roches carbonatées à grains très fins), d’intra micrite de type  Packstone (Lithofaciés de roches carbonatées à grains très fins) d’intra micrite de type PackstoneBindstone (Lithofaciés de roches carbonatées à grains très fins et très finement litées), d’intra micrite de type mudstone (Lithofaciés de roches carbonatées à grains très fins, massive, très finement litée).

La présence des filaments et des pseudo-filaments dans

la presque totalité des Lithofaciés, les grains jointifs de micrites et des pellets micritiques plus ou moins jointifs dans le lithofaciés des roches carbonatées à grain très fins et très finement lités, légèrement ondulée.

Dans le lithofaciés de roche carbonatée massive et à

litage fruste, on observe parfois des grains non jointifs et une grande quantité de boue carbonatée, il s’agit alors de Mudstone.

 

filaments de micrite, quelque grain de sparites, entouré de plages microsparitiques.

 

 

 

 

 

Bancs de roches carbonatées très légèrement ondulée.

Alternance de filaments de niveau micritiques avec de niveau microsparitique abondance de matières amorphes en amas et quelque rare plage de microsparite.

 

 

10 à 12 cm

 

 

 

Kw10

 

 

Bancs de roches carbonatées très finement litée.

Entrelacement de filaments en lentille.

Lit de micrite, quelques grains de microsparite dans un ciment microsparitique

 

 

8 à 12cm

 

 

 

Kw9

Figure : log litho stratigraphique de la partie supérieure de la formation de Kwilu sur le talus de la SNEL KWILU

CHAPITRE III : INTERPRETATION ET MODELE SEDIMENTAIRE

III.1. Interprétation

III.1.1. variation de coloration 

La couleur de roches carbonatées, renseigne aussi bien sur les conditions d’oxydoréduction régnant au cours de leur dépôt dans le bassin sédimentaire qu’on court des la diagenèse. Colorations sombre traduit la prévalence du fer ferreux sous des conditions réductrices dans les milieux très pauvres en oxygènes et permettant la préservation de la matière organique dans les boues noires ou grises dites sapropels (Black, 1982).

II.1.2. Présence d’oxydes de Fer

Les principales sources de fer dans un bassin sédimentaire est généralement l’alternation continentale des roches basiques et des sols latéritiques, dans les conditions Eh et Ph de la majorité des eaux de surface. Le fer ferrique est largement insoluble. Sa concentration en solution est des lors très faible et de l’ordre de 1ppm pour l’eau de rivière, de l’ordre de 0,003 ppm pour l’eau de mer (cibambula, 1984)

Le fer ferreur précipite sous forme de sulfure opaque dans les sédiments marins, en présence du soufre issu de la désulfurisation bactérienne.  

La variation de la coloration de la base au sommet dans cette formation du Kwilu (CI) dans sa partie supérieure, peut être schématisée comme suit :

Episodes des conditions oxydantes à la base tel  qu’observé dans le Lithofaciés de roches carbonatée très finement litée (KW9), lithofaciés de roches carbonatée à grains très fins et très finement litée, légèrement ondulée, suivies des conditions réductrices allant du lithofaciés de roche carbonatée très finement litée au lithofaciés de roches carbonatée à grains très fins (Kw10 à Kw11), ensuite le cycle recommence avec recours aux conditions primaires de sédimentation (conditions oxydantes). En fin, il y aurait eu reprises des conditions réductrices telles que l’indiquent les lithofaciés allant de roche carbonatée à grains très fins, à litage fruste(Kw12), jusqu’au lithofaciés de roches carbonatée à litage massif et à starification oblique (kw17). Sur le talus de Kwilu SNEL l’oxyde de fer en granule et en imprégnation dans les Lithofaciés d’une roche carbonatée finement litée, lithofaciéss de roche carbonatée à grains très et très finement litée, aurait une origine purement sédimentaire  et indiquerait  un milieu oxydant suivi de milieu réducteur sous un climat chaut, aride.     

III.1.3. Transformation dia génétique

Parmi les deux principaux carbonates de calcium, la calcite et l’aragonite, peuvent précipiter à partie des ions contenus dans l’eau de mer superficielle sursaturée ; seule l’aragonite parait susceptible de précipiter directement l’aragonite, peu de haute pression, tend à évoluer en calcite, ce fait rend la diagenèse des carbonates plus diversifié et complexe pour différentes raisons, notamment, la dissolution suivie de précipitations multiples au cours de leur histoire.

Ainsi la matrice micritique se serait transformée diversement au cours de l’enfouissement d’après la taille des cristaux : sparite, et calcite ou parfois elle aurait subie une recristallisation. A cela s’ajoutent les phénomènes de la calcitisation à partie des évaporites, la solidification à partir des argiles de »styloïdes et l’acquisition de la parasité secondaire.

Pour la partie supérieur de la formation de Kwilu (CI)

tel qu’observé sur le talus de Kwilu SNEL, les transformations dia génétique sont enregistrées par les druses de calcite litho faciès de roche carbonatée à grains fins et à litage finement lite, les goguettes microsparitiques (lithofaciés d’une roche carbonatée très finement lité, lithofaciés d’une roche carbonatée à grains fins et à grain très finement lite, lithofaciés d’une roche carbonatée à grains très fins), lamines de matière amorphe (presque dans tout les Lithofaciés).

a) Calcification- microsparitisation 

Différent facteur interviennent dans le processus de calcitisation-microsparitisation      connue    la     température,    la profondeur de l’enfouissement, l’apport de co2 et le rapport Mg/ca de GROOT (1967) a déterminé expérimentalement la température de la calcitisation à environ 50°c. Clark et al ‘1980) suggèrent un enfouissement supérieur à la profondeur de l’enfouissement de l’anhydritisation. La pression partielle du co2 est un facteur contrôlant les processus de la calcification-microsparitisation.

A faible pression partielle des fluides les pores, la

dolomite reste stable et n’est pas soumise à la dissolution. Le rapport mg/ca des fluides diminuant dans les pores, la dolomite est soumis à la dissolution et il en résulte la formation de calcite secondaire. Comme les évaporites sont des minéraux très solubles, il est fréquent d’observer aux conditions d’affleurement ou de subsurface, des dissolutions et des pseudomorphoses par la silice ou la calcite. 

La microsparite, en plages, flottant dans un ciment

micritique et en baguettes accolées de gypse de taille relativement importante (simples ou maclés) et l’accolement des lattes de même types de roche par calcium tel qu’observé ailleurs dans le même types de roche par Clark et al(1980). La réaction de sulfatoréduction des pseudo-morphoses de sulfates en présence de cations ca2+ et sous des conditions de pH alcalins ; et la calcite peut précipiter sous forme microsparite. La formation de la microsparite peut aussi se réaliser par réaction entre l’anhydrite et la dolomite en présence de bactéries sulfato-réductrices.

Le ciment microsparitique dans les filaments lentilles et

le calcaire pelletique rappelle les ciments à petits cristaux et plages de microsparitique se formant dans le zone vadose à partir de multiples points de croissance. Quand aux cristaux iso pâques de grande taille, sur la formation a lieu dans la zone phréatique plus profonde, ou l’eau baigne le sédiment de manière plus constate (chameley, 2000).

III.1.4. pression dissolution 

Les sallies visibles macroscopiquement résultent de la dissolution différentielle des roches carbonatées dont les teneurs en carbonates sont variables en divers points réagissant différemment en fonction de l’acide chloridrique et de la charge litho statique qui croit avec profondeur d’enfouissement ; d’où l’allure indentée de surface de dissolution observée dans la formation du kwilu dans sa partie supérieure.

III.2. MODELE SEDIMENTAIRE

Sur base de l’étude de l’environnement actuels, il est possible d’interpréter les observations pétrographiques, afin d’établir les mécanismes sédimentaires qui ont joué un rôle majeur dans la sédimentation néoprotézoique du bas Congo, en particulier pour la formation de la Kwilu. Le choix du modèle sédimentologiques constitue une démarche importante tant sur le plan fondamental pour décrypter l’enregistrement des événements et retracer l’histoire du dépôt que sur le plan appliqué pour guider  la prospection pétrolière. 

     Pour la partie supérieure de la formation de kwilu(C1) essentiellement carbonatée, le bioherme mixte à   conophytoncollenia montre que le dépôt sur une plate –forme carbonatée s’est produit aux dépens de variations bathymétriques :On passe de plage de boue intertidales protégées(protected intertidal mud flat)de l’action des vagues favorables au développement de la structure colle nia au cap intertidal exposé à l’action des vagues et des courants de l’eau lors du développement de la structure conophyton,avant de retourner aux conditions initiales.     

    Pour établir les restitutions paléogéographiques avant et âpres ce récif, le de l’uniformitarisme fera valoir la nature des microfaciès caractéristiques des plates-formes au large des continents avant et après récif. Le dépôt de la partie supérieure de la formation de kwilu(CI) a lieu sous un climat chaud aride (oxyde de fer en imprégnation et en granules) à la zone de transition inter supratidale (présence des pseudos filaments fibreux) dans une sebkha. 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

LISTE DES FIGURES

Fig. 1 : CARTES DE LOCALISATION DE SECTEUR D’ETUDE

Fig. 2 : LITHOSTRATIGRAPHIE DU BAS-CONGO (Tack .L 2001)

Fig. 3 : VU DE LA FORMATION DE KWILU

Fig. 4 ; KW9 : a) Lithofaciés de roche carbonatée très finement lité

b)  lits de micrites et quelques grains de

microsparites dans un ciment microsparitique.

Fig. 5 ; KW10 : a) lithofaciés de roches carbonatée à grains très fin et légèrement ondulé  

                   b) alternance des filaments de niveau micritique  avec quelque rase de microscoparite.

Fig. 6 ; KW11 : a) lithofaciés de roche carbonatée à grains fins 

b) le fonds micritique avec un litage très diffus et de pseudo-filament de micrites.

Fig. 7 ; KW12 : a) lithofaciés de roches carbonatée à grains très fins

 b) le fonds d’une alternance de plage mi critique et des  lits où il ya la micrite le microsparite avec des pseudos filament algaire.

Fig. 8 ; KW 13 : a) lithofaciés de roche carbonatée) grains très fins et à litage fruste

b) plage de la microsparite et le pseudo filament sombre algaire entrelacé alternance de plage de microsparite et de la micrite.

Fig. 9 : KW14 : a) Lithofaciés d’une roche carbonatée à grains très fins à litage oblique

b) la micrite avec des amas des matières

amorphes qui contournent les lamines mi

critiques et microsparitiques et quelques rase microsparite et rare sparites.

Fig. 10 ; KW 15a : a) lithofaciés d’une roche carbonatée finement litée à stratification horizontale

b) une alternance de filament avec des lits à micrite et quelque microsparites, quelque grains de quartz de la calcite et les oxydes de fer noir.

Fig. 11 ; KW 15b : a) lithofaciés d’une roche carbonatée finement litée à stratification oblique

b) agrégats où des amas des matières amorphes, parsemé de la sparite et de microsparite dans une boue carbonatée

Fig. 12 ; KW16 : a) lithofaciés d’une roche carbonatée à grain très fins à stratification oblique

b) fond micritique avec des oxydes de fer régulièrement reparti et aussi des granules de fer, des  grains de la sparite moins abondants.

 Fig. 13 ; KW17 : a) lithofaciés d’une roche carbonatée à grains très fins à stratification oblique.

b) une boue micritique avec quelques granules de microsparite et rare grains de sparites avec des oxydes de fer dispersé dans la matière amorphe.

Fig. 14 ; Log litho stratigraphique de la partie supérieure de la formation de Kwilu dans le talus de Kwilu SNEL.

 

 

 

 

 

CONCLUSION GENERALE

 

En guise de conclusion on retiendra que le type

pétrographique de la partie supérieure de la formation de kwilu (CI) sur le talus de Kwilu SNEL nous a permis de définir les lithofaciés suivants de bas en haut :

-     Lithofaciés de roche carbonatée très finement litée

-     lithofaciès de roche carbonatée à grains très fins et légèrement ondulé

-     lithofaciès de roche carbonatée à grains très fins

-     lithofaciès de roche carbonatée à grains très fins à litage fruste

-     lithofaciès de roche carbonatée à grains très fins à litage oblique

-     lithofaciès de roche carbonatée à grains très fins à stratification horizontale

-     lithofaciès de roche carbonatée à litage massif et à stratification oblique

-     lithofaciès de roche carbonatée à grains très fins à stratification oblique

Ces Lithofaciés sont constitués essentiellement des

intra micrite. En fonction de proportion du ciment et des éléments figuré, il s’agit principalement, des structures Mudstone-Bindstone ; Packstone ; Packstone-Bindstone ; puis Mudstone.

La reconstitution de conditions sédimentologiques de

dépôt de ces Lithofaciés ont conduit au modèle sédimentaire de type Arrière-rampe de plate forme ouverte.

Par sa coloration grise et la présence remarquable des

mattes algaires, ces lithofaciés peuvent constituer des roches mères des hydrocarbures légers. la microsparite, et la sparite donne une parasité primaire et secondaire, caractéristique utile pour des roches- réservoirs

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

BIBLIOGRAPHIE

1.       COJAN-- ; Renard M., 1999 : sédimentologie, Ed Dunod, paris p175, p717

2.       le résonne J ; 1973 : carté géologique à l’échelle 1/200.000. notice explicative de la feuille Ngungu (degré carré 56/14=SB9) république démocratique du Congo Mines. Dir, Sev, Géol.

3.       ALBIN M. (2001) ! dictionnaire des roches et minéraux. édition Dunod, paris.

4.       AUBOUIN J. (1967) : précis de géologie Edition Dunod, paris

5.       CAHEN L., (1978) : la stratigraphie et la tectonique  du super groupe ouest-congolien dans les zones médianes et externes de l’orogénèse panafricaine au Bas-Zaïre et dans les régions voisines. MRAC, Tervuren. 74p. 

6.       CHAMELEY (2000) : Bases de sédimentologie. édition Dunod, paris

7.       CIBAMBULA E. (1984) : sédimentation des stromatolithes du Roan moyen du lambeau de Kolwezi (Shaba méridional, Zaïre) mémoire de licence Unilu (inédit), 70p

8.       DUNHAM (1962) : classification of carbon at rocks éd. Men. Amer. ass. Petrol. 1, p108-121

9.       DEVROY ET VANDERLINDES, n(1951): le Bas-Congo, artère vitale de notre colonie. 2e édition, Goemore, Bruxelles.

10.   FOLK R.I (1959) practical classification of limestone. AAPG Bull, 43, p 1-38

11.   TACK L.., WINGATE, MTD, liégoin, J, P, FERNANDEZALONSO, M, DEBLONDA. (2001): EARLY Neoproterozoic magmatisme (1000-910 Ma) of the Zadinian and Mayumbian groups(Bas-Congo): onset of Rodinia Rifting at Western edge of the Congo  craton Precambrian Res, Tervuren (Belg): Ann. MRAC, in 8°, sci geol. 84;s 270-280.

                              

Télécharger l'extrait