Bonjour, nous sommes le 23/03/2019 et il est 00 h 34.





https://optionyard.com/fr/.

CHAPITRE II : PRESENTATION DE L’ENTREPRISE

 

Dans le  présent  chapitre nous allons présenter l’entreprise FINCA/RDC qui est le cas pratique sur lequel repose notre étude. Ce deuxième chapitre porte sur la présentation de ladite institution et la description de ses activités.

 

2.1 Présentation de FINCA international

 

The Foundation International Community assistance (FINCA International) est une association de microcrédit, à but non lucratif fondée par John Hatch en 1984, qui a pour slogan : «  small loans-big changes » (petits prêts -     grand changements).

 

Parfois désignée comme la « banque mondiale des pauvre » et un vaccin de la pauvreté pour la planète » FINCA est l’instigateur de la méthodologie du village banking dans le microcrédit, et est considéré comme l’un des pionniers de la micro finance moderne. FINCA a son quartier général à Washigton DC.

 

A l’heure actuelle, FINCA est présente dans 22 pays d’Amérique latine, aux Caraïbes, d’Asie Occidentale et centrale, en Europe de l’est et en Afrique ; elle compte près de 7000 employés, servant 700000 clients pour un portefeuille global de près de 500000000 USD. De manière exhaustive, FINCA est présente dans les continents suivant : Amérique[1], Moyen orient[2], Eurasie[3], Afrique[4], et FINCA maintien une présence administrative en Ukraine.

Avec la grameen Bank et Action Internationale, FINCA est considéré comme l’une des organisations de micro finance le plus influences au monde[5]

 

2.2. HISTORIQUE

 

En 1984, Hatch, un économiste averti et expert du développement international, conçoit une nouvelle méthode pour porter assistance aux pauvres. Dans un avion survolant les Andes en direction de la Bolivie, Hatch est frappé par l'inspiration. Il saisit de quoi écrire, et note rapidement idées, équations et organigrammes. Arrivé à La Paz, il a déjà jeté les bases d'une approche complètement différente de l'allègement de la pauvreté : un programme de services financier qui donnerait des responsabilités aux pauvres. « Donnez aux communautés pauvres l'occasion, et après déguerpissez ! » déclare Hatch. Il appelle l'idée village banking. Cette approche donne aux pauvres l'occasion d'obtenir des prêts à des niveaux d'intérêt du marché.

 

Hatch a d'abord convaincu le groupe des officiers de l'USAID (Agence des États-Unis pour le développement international), qui, intéressés par cette idée novatrice, fournira une première subvention d'un million de dollars. Hatch et son partenaire d'affaire péruvien, Aquiles Lanoa, lancèrent le programme dans cinq parties géographiquement séparées de la Bolivie, et en l'espace de quatre semaines, avaient généré des fonds dans 280 villages, servant 14000 familles avec des prêts valant 630000 $.[6]

 

La        fondation internationale   pour         l’assistance communautaire a réussie, en près de vingt-cinq année d’expérience, à       se classer parmi les plus importantes institutions internationales du monde de la micro finance.

Pour assurer plus d’efficacité de développement, il prône les principes suivant :

Ø  Acheminer les fonds vers les bénéficiaires,

Ø  Permettre aux bénéficiaires de déterminer eux-mêmes les sommes dont ils on besoin ;

Ø  Permettre aux bénéficiaires de gérer eux-mêmes les fonds dont ils ont besoin.

La mise en pratique de ces principes conduit à la création de la méthodologie dite « Village Banking » qui consiste en de micro-prêts de groupe[7] avec les caractéristiques suivants :

 

Ø  Le groupe compte 10 à 15 membres :

Ø  Les membres se connaissent : ils veillent et/ou travaillent dans le même quartier,

Ø  Les membres utilisent le concept de « solidarité », ils garantissent les prêts des autres membres ;

Ø  Le contrat social au sein du groupe assure le remboursement, assure que la banque villageoise se réunit toutes les semaines ou toutes les deux semaines ;

Ø  Les membres ont à charge une organisation démocratique ils élisent leurs propres dirigeant, établissent leurs propres règlement, tiennes les livres comptables, gèrent les fond, et sont pleinement respectables de la surveillance des prêts, y compris d’appliquer des pénalités, en cas de violation de lois et règlement du groupe.

 

Ainsi, le premier programme FINCA va voir le jour à la Paz, en Bolivie, dans un contexte marqué par un manque total de soutien des banques envers les institutions de micro crédit. Le formidable succès remporté par la formule va création de nouveaux programmes en Amérique Latine. 

 

 

A ce stade, FINCA se concentrait exclusivement  à servir les femmes économiquement faibles, pour les raisons suivantes :

Ø  Les femmes sont défavorisées en matière d’accès au crédit ;

Ø  La pauvreté féminine est une tendance mondiale ;

Ø  Aider la femme est le plus court chemin pour aider la famille à améliorer son niveau de vie. 

 

Avec l’évolution du temps, FINCA a décidé d’une part de cibler tous les micros entrepreneurs, et d’autre par de s’engager dans un vaste processus de restructuration de son mode de fonctionnement, afin d’opérer comme les banques commerciales, mais avec une finalité sociale (« a Banker With a soul » : un banquier dotée d’une âme).

 

De ce fait, si la maison mère basée à  Washington dispose  du statut d’organisation caritative, les filiales éparpillées à travers le monde sont entrain de se transformer pour devenir des banques.

 

2.3. vision, missions et stratégie

2.3.1. La vision

 

La  vision d’une organisation est la perception des résultats que  l’organisation voudrait voir ses activités réalisées. C’est un tableau qui montre où l’organisation voudrait aller et peut être décrite comme une « balise brillante de loin pendant la nuit, qui guide des voyageurs vers leurs destination ».

 

La vision de FINCA s’énonce comme suit : « tisser un réseau global au service des micros entrepreneurs comme jamais auparavant, tout en fonctionnant sur base des principe commerciaux  de performance et de stabilité ».

 

Cette déclaration de vision traduit clairement d’une part la volonté de Finca d’être le leader mondial en matière de services financiers fournis aux micros entrepreneurs, et d’autres part la nécessité de travailler de manière rentable professionnelle, afin d’assurer la pérennité de ses opérations.

 

2.3.2. La mission 

 

La mission d’une organisation est la réalisation du but de son existence, et aussi celle de sa vision. La mission de Finca consiste à « fournir des services financiers aux micros entrepreneurs du monde entier, afin de leur permettre de créer de l’emploi, accumuler des richesses et améliorer leurs conditions de vie » dans le but de contribuer à l’effort planétaire de réduction de la pauvreté.

 

2.3.3. La stratégie

 

L’entreprise Finca utilise quatre  types  des stratégies:

Ø  Bas coût total : consiste à proposer sur le marché un produit dont le coût total est inférieur à ceux de la concurrence ;

Ø  Cher de produit : consiste pour une organisation, à faire de l’innovation son argument principal de compétitivité, en présentant sur le marché des nouveaux produit, dont la concurrence ne dispose pas encore ;

Ø  Enfermement du client : consiste pour une organisation, à fournir sur), le marché, des produits associés et compatibles uniquement entre- eux, de sorte que la clientèle, désireuse de tirer le maximum d’avantages des produits achetés, soit enfermée dans la consommation de ceux de ladite organisation ;

Ø  La solution client : elle consiste pour une organisation, à investir dans la mise en œuvre des rapports de longue durée avec les clients. Ceux-ci estiment que l’organisation comprend leurs problèmes commerciaux ou personnels et ils ont confiance dans la capacité de l’organisation à développer des solutions (la vente, les produits multiples et les services), le service exceptionnel (avant et après  la vente) et la quantité du rapport.

Cette stratégie est celle que FINCA a adaptée.

 

2.4. Situation géographique

 

Le siège de FINCA/RDC est  situe au croisement des avenues Colonel Ebeya et l’hôpital Général de Kinshasa (ex. Maman Yemo), au sein de l’ex. Immeuble Sodimca, dans la commune de  la Gombe.

 

2.5. Nature juridique

 

FINCA/RDC est une société par Action à Responsabilité Limité (SARL), avec comme numéro du registre commercial KG/4096/M et identification nationale 01-610-N53321U, agrée par la Banque Centrale du Congo.

 

2.6. Evolution de FINCA/RDC

 

La filiale congolaise de Finca a commencée à opérer en mai 2003, dans un contexte marqué par une situation politique très instable (la fin de la guerre n’était pas encore effective et formelle), ainsi qu’une extrême méfiance du public envers les institutions financières. En dépit de cela, FINCA/RDC, dotée alors du statut d’ONG, parvint à récolter un succès impressionnant avec son produit de village Banking.

En 2006, Finca/RDC obtint, aux termes de l’instruction n°001 de la banque Centrale du Congo, le statut d’instruction de micro finance.

 

En 2006, un nouveau produit est introduit par l’institution, à savoir le crédit individuel, lequel a permis à FINCA/RDC de doubler son portefeuille de crédit en l’espace de quelques mois seulement. C’est dans ce contexte que FINCA/*RDC décida de passer de la phase d’expansion de ses activités, ce qui impliqua d’importants investissements dans les infrastructures : il fut décidé la création de deux branches à Kinshasa, Gombe et Masina, dotée des bureaux ultramodernes, et qui devinrent pleinement opérationnelles en décembre 2006. Au cours de l’année 2006, le personnel de FINCA/RDC passa de 50 à plus de 120 employés.

 

En dépit de tous ces succès, l’instruction se trouvait limité par son statut juridique, lequel ne permettrait pas d’offrir au public de nouveaux produits tels que les transferts d’argent et les paiements électroniques : de par la législation congolaise en effet, seules les banques sont habilitées à gérer les moyens de paiement, dont font partie les transferts et les paiements.

 

Cet obstacle est désormais levé, car depuis le mois de mai 2008, FINCA/RDC est une société par Action à Responsabilité Limitée (SARL), disposant du tout nouveau statut juridique de société de micro finance ». 

 

De nouvelles opportunités se présentent donc à l’institution qui s’est par ailleurs engrangée à acquérir un système informatique plus performant, afin de travailler de manière plus professionnelle. 

 

2.7. Structures organisationnelles de la FINCA/RDC

 

L’instance suprême de FINCA/RDC est le conseil d’administration, présente par le Directeur Afrique de FINCA, et dont sont membres certains membres du bureau Afrique de FINCA ainsi que les hauts responsables de FINCA/RDC :

 

Ø  Département des opérations ;

Ø  Département des Ressources Humaines ;

Ø  Département des Finance

Ø  Département informatique 

 

 2.7.1. Département des opérations 

 

Le département des opérations, qui est le plus important pour  une institution financière telle que FINCA/RDC, est dirigé par un Directeur des opérations, de qui relèvent le Chef de produit crédit individuel, ainsi que les Dirigeants de branche.

Chaque branche de FINCA est sous la responsable d’un dirigeant de branche, qui gère des superviseurs de crédit, lesquels dirigent des équipes de promoteurs de crédit, chargés du traitement des demandes de crédit.

 

2.7.2. Département des ressources humaines

 

C’est une direction qui gère tous les aspects liés aux contrats, aux salaires et avantage, aux sanctions positives et négatives au recrutement de nouveaux employés, au sein de l’entreprise.

 

Il est sous la responsabilité du Directeur des Ressources Humaine, lequel est aidé dans son travail des Assistantes administratives.

 

2.7.3. Département des finances

 

Le département des finances est chargé de gérer tous les aspects liés à la gestion des liquidités de l’entreprise, au contrôle de l’exécution du budget. Il et sous la responsabilité d’un Directeur Financier et comporte en son sein un Chef comptable, des comptables de branche, des superviseurs de caisse, ainsi que des caissières.

 

Le responsable du portefeuille ainsi que les officiers de portefeuille, font partie également du département des finances, même s’ils révèlent  également d’une certaine manière de la direction des Opérations.

 

2.7.4. Département informatique 

 

Le département informatique est chargé de la gestion des logiciels de l’institution, mais également de la gestion et de la surveillance du réseau à distance, auquel sont connectées toutes les branches de FINCA, afin de fournir en temps réel, à la Direction Générale, les données financières en rapport à l’évolution globale de portefeuille de l’institution. Il est coordonné par un IT Manager (responsable des technologies de l’information), lequel est assisté par des officiers de département.

 

En plus de ces départements existent au sein de l’institution, un département d’audit, une fonction d’inspection, ainsi qu’une fonction de marketing et relations publiques.

 

2.7.4.1. Département d’audit

 

L’audit interne est une fonction autonome au sein de l’entreprise, non impliquée dans les opérations, et dont le rôle est fournir une appréciation indépendante et à posteriori, sur le fonctionnement de l’institution, en rapport à l’environnement de contrôle et aux mesures de contrôle interne contenues dans le Département d’audit relève directement du  département régional d’audit. Il est composé d’un directeur de l’audit interne, qui est indépendant.

 

2.7.4.2. Fonction d’inspection  

L’inspection est composée d’un inspecteur chef et cinq inspecteurs, déployés dans différentes branches de FINCA, et spécialisés dans l’un des deux produits de l’institution.

La fonction d’inspection a pour but de prévenir et détecter les entorses aux politiques et procédures, afin d’aider la direction à bien conduire l’institution : elle fait donc partie de la direction de l’entreprise, contrairement à l’audit interne, qui est indépendant.

 

2.7.4.3. Fonction des relations publiques et Marketing

 

La fonction des relations publiques, dont la création  est très récente, est à ce jour uniquement constituées d’un responsable Marketing, lequel travaille de pair avec les dirigeants de branches, les superviseurs et les promoteurs, pour stimuler la demande des produits de Finca, concevoir et conduire des activité de relation publique destiné à créer et maintenir une bonne image de l’institution auprès du public.

 

2.8. Les Produits de FINCA/RDC 

 

FINCA/RDC dispose à l’heure actuelle d’un portefeuille de 6.500.000 USD pour un total de 28.000 clients, repartis dans deux produits de crédit : le village Banking et le crédit individuelle. Mais, depuis le 15 juin 2009, FINCA/RDC a introduit un nouveau produit, qui est l’épargne.

 

2.8.1. Le Crédit Village Banking (VB) 

 

Le VB fait référence à un groupe de 20 à 30 micro entrepreneurs, qui se réunissent chaque semaine ou toutes les deux semaines et qui, une fois organisées et formées, peuvent bénéficier d’un prêt initial compris entre 500 à 200 USD, pour les besoins de fonds de roulement de leurs activités productives.

 

Le prêt est octroyé pour 16 semaines appelées « cycle », il est remboursé chaque semaine ou une fois toutes les deux semaines, suivant des versements égaux. Durant les réunions de versement, les membres ont également la possibilité d’épargner et de constituer ainsi leur capital propre.

 

A la fin du cycle, les clients peuvent bénéficier d’un crédit plus important, en fonction de leur rapport de remboursement, de la présence aux réunions et des épargnes accumulées durant le cycle.

La particularité du crédit VB consiste dans le fait qu’aucune garantie matérielle ou financière n‘est exigée de la part des clients : la garantie appliquée est la solidarité entre membre, lesquels se choisissent et se garantissent les uns les autres. 

 

La garantie solidaire implique que le crédit est accordé au groupe, représenté par un comité de cinq membres, et que c’est au groupe de prêter aux membres et d’assurer le suivi du remboursement des fonds prêtés. Si un membre ne vient pas rembourser, le groupe tout entier assure le versement à sa place, au nom de la solidarité qui le lie au membre défaillant : c’est le « payé de poche ».

 

Le groupe se chargera par la suite d’effectuer le suivi du remboursement en arrière, puis de le distribuer aux membres du groupe lors de la prochaine réunion, en fonction de la contribution de chacun. 

2.8.1.1. Condition d’octroi du crédit VB

 

Les conditions à remplir pour les personnes désireuses de bénéficier de ce produit sont les suivantes : Etre majeur et de nationalité congolaise, disposer d’une activité  économique existant depuis au moins 6 mois, participer à touts les réunions, épargner régulièrement, obtenir la garantie du groupe et se soumettre à touts ses règlements.

Ce type de crédit, dont le maximum est fixé à 3.000 USD, est  caractérisé par un taux de remboursement de plus de 99%.

 

2.8.2 Le crédit Individuel (Individual Loan)

 

Le crédit individuel cible des micros entrepreneurs disposant d’activités plus structurées que celles financées par le produit VB : restaurants cybercafés, hôtels, boutiques d’habillement. 

 

La taille de prêt est comprise entre 400 à 10.000 USD, selon les besoins du client, sous réserve de la capacité financière de son entreprise. Les clients disposent en outre de la possibilité de choisir la durée de la période de remboursement, comprise entre 4 et 8 mois maximum : la fréquence des remboursements est mensuelle.

 

Le prêt est sécurisé par des gages, lesquels constituent des biens usuels du ménage (voitures, téléviseurs, mobiliers de salon), ou de l’entreprise (ordinateur, imprimantes, mobiliers de bureau) ; il faut noter que ces gages restent à la disposition du client pendant toute la durée du prêt, afin de rendre la procédure de crédit souple.

 

 

Les clients sont également tenus de présenter un garant, qui  cautionne moralement le crédit ; ceux des clients éprouvant des difficultés à présente des gages physiques ou un garant, ont la possibilité d’offrir une garantie en liquide.

 

 

2.8.2.1. Condition d’octroi du crédit individuel 

 

Les conditions d’éligibilité au crédit individuel sont les suivantes :

Ø Etre majeur et de nationalité congolaise : Disposer d’une activité commerciale existant depuis au moins 30 moins, disposé des documents officiels d’enregistrement de l’activité à financer.

 

Les micros entrepreneurs expatriés peuvent eux aussi bénéficier d’un crédit individuel, pourvu qu’ils disposent du statut de résident, qui leur entreprise aient existé depuis au moins cinq ans, et qu’ils présentent un garant congolais, en plus des gages physiques (ou du cash).

 

2.8.3. Le produit épargne « compte lisungi »

 

Le compte épargne « lisungi » permet de disponibilité l’argent mis en compte par les clients pour faire face aux imprévus ou pour investir dès qu’une opportunité se présente. Ce compte permet d’accumuler des fonds nécessaires avec degré de liquidité intéressant et un taux d’intérêt compétitif.

 

2.8.3.1. Les Caractéristique

 

 Ce compte ne fonction qu’en dollars américaines, il n’ya pas de frais d’ouverture de compte, ni de dépôt minimum à l’ouverture. Ce compte est rémunéré à 2% le mois et n’exige aucun frais de maintenance de compte.

Les deux premiers retraits par mois sont gratuits, mais une commission de 0,5% du comptant retiré (minimum 5 dollars américain) est payée à partir du troisième retrait.

 

2.8.4. Le Compte épargne « panier d’or »

 

C’est un compte qui offre la possibilité de fructifier les dépôts. Ce compte place l’épargne en lieu sûr pendant une période déterminée et rapporte des intérêts élevés à condition de ne pas la retirer avant le terme choisi.

 

2.8.4.1. Caractéristique

 

Le compte épargne « panier d’or » est un compte à terme de trois, six, ou douze mois ;

Le taux d’intérêt annuel pour le compte « panier d’or » est très compétitif et le dépôt minimum à l’ouverture du compte est fixé à 200 dollars américains ;

Le taux de rémunération à terme pour trois mois est fixé à 2,5% pour six mois à 2,75%, et pour douze mois à 3%.

En effet, pour tout client de FINCA/RDC a ouvert  dernièrement un compte épargne, mais qui n’est pas porteur d’intérêt. Pour que ce compte devienne porteur d’intérêt le client doit se présenter au service clients pour un enregistrement.

 



[1] Equateur, Honduras, Salvador, Guatemala, Haïti, Mexique et Nicaragua

[2] Afghanistan, Jordanie

[3] Azerbaïdjan, Arménie, Géorgie, Kosovo, Kirghizstan, Tadjikistan, Russie et Ouzbékistan

[4] Ouganda, Tanzanie, Zambie, Malawi, République Démocratique du Congo

[5] www.villagebanking.org/site/C.erKPL2clo3%33/, consulté le 27 Juillet 2012

[6] www.villagebanking.org, consulté le 26 Juillet 2012

[7] FINCA est parmi les pionnières en la matière

Télécharger l'extrait