Bonjour, nous sommes le 21/02/2020 et il est 15 h 27.

La Province du Kongo Central ancienne Bas-Congo s’étend entre 4° et 6° de latitude Sud et 12° et 16° de longitude Est. Elle est bordée au Nord par la République du Congo, au Sud par l’Angola, à l’Est par la Ville de Kinshasa et la Région de Bandundu et enfin à l’Ouest par l’Océan Atlantique et l’enclave Angolaise de Kabinda. Cette région constitue la seule porte ouverte du Pays sur l’Océan.

Superficie en Km²
- Bas-congo : 53.920 Km²
- Congo : 2.345.095 Km²
- % Région/Pays : 2,3
- Ordre relatif : 8

La plaine de Kinshasa suit le lit du Fleuve Congo et est enfermée entre le Fleuve Congo, le Plateau des Bateke et les collines. Elle n’a qu’une largeur moyenne de 5 à 7 Km et a la forme d’un croissant. Cette plaine se situe entre 300 et 320 m d’altitude et a une superficie d’à peu près 100 km2. Elle se divise en deux parties :
- la plaine de Lemba à l’Ouest de la rivière Ndjili, légèrement ondulée ; - la plaine à l’Est de la Ndjili, vers la rivière Nsele qui a une forme plus plane, entrecoupée par plusieurs rivières qui coulent presque parallèlement du Sud-Est vers le Nord-Ouest, pour se jeter dans le Fleuve Congo. C’est là que se trouve concentrée la portion la plus importante de la population de la Ville-Province de Kinshasa.

Climat

La Province du Bas-Congo est caractérisée par un climat tropical de type soudanien dont la saison sèche bien marquée s’étend sur un peu plus de 4 mois (du 15 mai au 25 septembre). De plus, la longue saison des pluies est souvent interrompue par une petite saison sèche au mois de février. Selon le système de classification des climats de Koppen, le climat du Bas-Congo peut-être subdivisé en deux types, à savoir :
- Le premier s’étend sur l’Hinterland côtier (littoral) est un climat tendant vers le type de climat steppique avec une variabilité très élevée des précipitations ;
- Le deuxième type de climat, qui couvre la quasi-totalité de la Province, appartient au type climatique AW avec quatre mois de saison sèche.

Son climat est de type tropical avec deux saisons : saison pluvieuse et saison sèche. Les précipitations annuelles varient entre 900 mm et 1.500 mm. Suivant la répartition locale, l’année compte cinq saisons : la grande saison des pluies ou saison A, appelée «Masanza », allant de mi-octobre à décembre, la petite saison sèche ou « Kianzu ou Kundi » de janvier à février, la petite saison des pluies ou saison B appelée « Kintombo » de mars à mi-mai, la saison sèche ou Saison C appelée « Sivu » de mi-mai à mi-octobre. Celle-ci comporte deux variantes caractérisées par une période fraîche allant de juin à août, ainsi qu’une période très chaude dénommée « Mbangala » de septembre à mi-octobre.

Le Kongo Central est caractérisé par une courte saison sèche de mai à septembre et une longue saison de pluies d'octobre à mai, entrecoupée d'une petite saison sèche entre janvier et février. L'originalité du climat du Kongo Central réside dans le régime des pluies et la durée de la saison sèche. En effet, à la même latitude, il pleut moins, surtout dans la région côtière, qu’à l'Est. Le nombre de jours de pluies y est moins élevé, la saison sèche par contre est plus longue, et la petite saison sèche, plus nette.

Le Kongo Central est la province la moins arrosée du pays avec la plus grande variation inter-annuelle des précipitations. Ce qui explique la fréquence de la sécheresse.

Le courant marin de Benguela y est pour beaucoup et la sécheresse est un phénomène périodique et perturbateur au Kongo Central. Cela est dû :
• A la faiblesse des taux pluviométriques : le Kongo Central enregistre les plus faibles taux pluviométriques du pays. Les pluies diminuent d'Est à l'Ouest (1.500 mm au Kwango et 900 mm sur la côte Atlantique) ;
• Aux irrégularités inter-annuelles : on assiste à une succession d'années sèches et d'années pluvieuses.
Il existe au Kongo Central des variétés climatiques régionales sensibles. On peut les résumer comme suit :
• La région littorale : températures élevées, sécheresse très prononcée ;
• Le Mayombe : sécheresse moins accentuée, grande irrégularité de précipitations, températures plus fraîches ;
• Les territoires de Manyanga et Songololo : région assez sèche dans l'ensemble, sauf les zones élevées (massifs, montagnes, crêtes) où les précipitations sont abondantes et les températures fraîches ;
• Le Sud des Cataractes (de Mbanza-Ngungu à Kinshasa) : zone de transition assez humide avec des fortes pluies ; températures moins élevées sur les sommets (Bangu, Mbanza-Ngungu) et plus chaudes et moins arrosées dans la dépression.

L’insolation est particulièrement faible (de l’ordre de 50% entre 7 et 17 heures), notamment au Mayumbe où elle est inférieure à 20 % en saison sèche (la durée annuelle d’insolation ne dépasse pas 1.300 heures par an, soit 3 à 4 heures par jour). Ceci explique la faiblesse de l’évaporation notamment dans les vallées que bénéficient ainsi d’un avantage correspondant à 150 mm d’eau.

Il y a quatre types de sol, à savoir : - Les sols sablonneux du type arénoferral : c’est un type de sol médiocre qui ne convient pas à l’agriculture, mais qui peut convenir à l’élevage (Nord de l’île de Mateba et l’île même Territoire de Muanda) ; - Les sols argilo-sablonneux à argileux sont situés à : Lukula, Tshela, Nord et Nord-Ouest de Seke-Banza (District du Bas-Fleuve) ; ces terres appartiennent au groupe ferralsols sur roche basique, sauf l’Ouest qui est du type grès sublittoraux crétacés. En général, la fertilité est moyenne à bonne à l’exception de la partie Ouest (sablonneuse) ; - Les sols argilo-sablonneux sont situés au Sud de Seke-Banza (District du Bas-Fleuve), Sud-Ouest de Luozi (District des Cataractes), Mbanza-Ngungu, sauf Nord-Ouest (District des Cataractes), Madimba, vallée de l’Inkisi (District de la Lukaya). De l’Ouest à l’Est on distingue le système Mayumbe, le système Haut-Shiloango, la tillite et le système schisto-calcaire. La texture est argilolimoneuse à argilo-sablonneuse ; c’est un sol fertile, sauf au Sud de Mbanza-Ngungu (District des Cataractes) où la texture est constituée de sable fin ;

Le Kongo Central fait partie du grand bassin du fleuve Congo, à l'exception du Mayombe drainé par le fleuve Shiloango. Cependant, l'apport des affluents du Kongo Central au débit du fleuve est minime (1,5 % au maximum). De même, si le fleuve Congo est une voie de communication principale pour la République Démocratique du Congo, la partie navigable du Kongo Central n'est que de 168 km entre Matadi et Banana. Ainsi, sur 400 km entre Kinshasa et Banana, 232 km (Kinshasa-Matadi) ne sont pas navigables à cause des chutes et des rapides.

En outre, le fleuve Congo regorge d’un formidable potentiel hydro-électrique estimé à 100.000 Mégawatts dont 58.000 Mégawatts entre Kinshasa et Matadi sur le territoire du Kongo Central. En dehors du fleuve Congo, le réseau hydrographique du Kongo Central est formé de nombreuses rivières aux dimensions plus modestes dont les plus importantes sont : Inkisi, Nsele, Mfidi, Lubishi, Lumene, Bombo, Lufimi, Luidi, Lukunga, Ngufu, Mosi, Mobi, Lugunga, Kwilu, Lufu, Mfumu, Yambi, Luala, Tombe, Lunionzo, Madiadia, Luima, Sanzikua, Lukasu, Ngudi, Luozi, Luenda, Lukula, Lubuzi, Mbavu, Lemba, Luangu, Mbulu, Nkiela, Ndudi, ainsi que le Fleuve Shiloango dans le territoire du Bas-Fleuve;

La province ne dispose que de deux biefs fluviaux navigables. Le premier a comme point de départ et de chute le port de Banana. Ce dernier est relié aux deux autres ports de la province (Matadi et Boma) par une voie navigable sur le fleuve Congo, longue de 150 km et permet de favoriser un transport fluvial important. Le deuxième bief fluvial est celui de Mpioka–Kingangalong, long d’environ 80 km.

Les sols sablo-argileux avec tâches argilo-sablonneuses : se trouvent au Nord et Est de Luozi (District des Cataractes), Nord-Ouest de Mbanza-Ngungu (District des Cataractes) et dans la District de la Lukaya ; ces sols sont fragiles et faiblement fertiles.

SITUATION ADMINISTRATIVE ET POLITIQUE

Ville de Matadi
a. Commune de Matadi
b. Commune de Mvuzi
c. Commune de Nzanza
2. Ville de Boma
a. Commune de Kabondo
b. Commune de Kalamu
c. Commune de Nzadi
d. Territoire de Muanda
3. Les Districts
a. District du Bas-Fleuve
- Territoire de Lukula
- Territoire de Tshela
- Territoire de Seke-Banza
b. District des Cataractes
- Territoire de Mbanza-Ngungu
- Territoire de Luozi
- Territoire de Songololo
c. District de la Lukaya
- Territoire de Kasangulu
- Territoire de Madimba
- Territoire de Kimvula

Sur 364 groupements recensés, 7 sont en quête de réhabilitation, à savoir : MANIANGA et MABA dans le Secteur de Mbanga, Territoire de Tshela, KONGO dans le Secteur de la Mer, Territoire de Muanda ; KIMBATA LUKUNGA dans le Secteur de Ngeba, Territoire de Madimba ; MAKE dans le Secteur de Lukunga Mputu, Territoire de Kasangulu ; MUDI-KIMBAUKA dans le Secteur de Tsundi Sud, Territoire de Lukula et NKUSU dans le Secteur de Lunzadi, Territoire de Mbanza-Ngungu.

En 1962, deux ans après l’indépendance du Congo, la province de Léopoldville est divisée en deux : province du Kongo Central (actuel Bas-Congo), chef-lieu, Songololo, et province de Bandundu, chef-lieu Kikwit qui sera transféré plus tard à Bandundu. Malgré les différentes secousses entraînées par la constitution (fédéraliste) de 1964 dite « de Luluabourg », la province du Kongo central ne bouge pas. Elle constitue l’une des 11 provinces, déjà, de la République démocratique du Congo.

La 1965 n’entraîne aucune modification sur la province, la journée des 3Z (27 octobre 1971) va bouleverser certaines réalités de l’époque, notamment la débaptisation de la province Kongo central à la province du Bas-Zaïre.

À la création de la province du Kongo central, celle-ci ne comptait que deux districts (ou sous-régions sous la 2e République) : district des Cataractes et district du Bas-Congo. Ce n’est que quelques années plus tard que la Lukaya rejoindra la liste des districts. Et c’est à cette occasion que toute la province va porter le nom du Bas-Congo. Progressivement, district du Bas-Congo y figure sur la liste des districts et deviendra le Bas-fleuve et Boma, ancien chef-lieu du district du Bas-Congo deviendra lui aussi un district.

L’histoire de la région couverte par l’actuelle province du Kongo Central est intimement liée à celle de l’ensemble du pays en ce sens qu’elle était le centre de l’ancien Royaume Kongo. Cette dénomination “Kongo“ fait référence, selon les langues locales, au chasseur ou aux armes de chasse. Cette activité étant très pratiquée à l’époque, est devenue le symbole dudit royaume.

Cette région a abrité les deux premières capitales du pays, à savoir VIVI et BOMA et, a été ainsi le premier point de contact avec les explorateurs arrivés à l’embouchure du fleuve Congo. Cette position fait d’elle, le témoin privilégié de l’histoire de la RDC.

Environnement Politique

Contrairement à la situation qui se passe à l’Est du Congo, le Bas-Congo ne connaît pas de problèmes de groupes armés. Néanmoins, la situation sécuritaire est par moment troublée par des bandits à main armée qui sèment l’insécurité entre la Cité de Kasangulu et la Ville de Kinshasa.

La Ville de Matadi

 Altitude : entre 50 au niveau du fleuve et 500 m au sommet des collines ;
 Latitude Sud : 5° 48’39’’
 Longitude Est : 13° 29’ 12’’
B. Superficie : 110 km²

La Ville de Matadi est située sur un site rocailleux constitué essentiellement de quartz et de croûtes latéritiques et calcareuses.

Le réseau hydrographique de Matadi est composé de deux principaux cours d’eau à savoir : le Fleuve Congo et la Rivière Mpozo.

La Ville de Matadi appartient au type des climats AW selon la classification de Koppers avec 4 mois de saison sèche de juin à septembre et 8 mois de saison pluvieuse d’Octobre à mai.

Seule Province de la République Démocratique du Congo (RDC) à disposer d’un accès à la mer, le Bas-Congo Il est borné au Sud par l’Angola, à l’Est par la Ville Province de Kinshasa et la Province de Bandundu et à l’Ouest par l’Océan Atlantique et l’Enclave de Cabinda, et est divisé en 3 Districts (BasFleuve, Cataractes et de la Lukaya) et 2 Villes (Matadi et Boma), eux-mêmes subdivisés en 10 Territoires et 55 Secteurs.

Sa population, estimée à 3.615.043 habitants, est inégalement répartie sur le plan spatial : Matadi 7%, Boma (+Muanda) : 10%, Bas-Fleuve : 28% ; Cataractes : 36% et Lukaya : 19%. Sa superficie est de 53.920 Km², soit 2,3% de la superficie du Pays.

Tribus et Ethnies

1. Territoire de Kasangulu

Les Lemfus (Bambundu) occupent une grande partie du territoire et détiennent le pouvoir coutumier, aussi propriétaire des terres.
Les Humbu sont en partie dans le secteur de Kasangulu et Lukunga Mputu.
Les Mbinsa dans le secteur de Lukunga.
Les Teke dans le secteur de de Lukunga – Mputu, les Mfunuka et Nzungi.
Il existe une vingtaine de clans : le clan Nzinga, Mbinza, Ntumba – Mvemba, Mpanzu – Kaba.

2. Territoire de Kimvula

La population du territoire de Kimvula tire ses origines dans l’ancien royaume Kongo-dia-Ntotila qui était établi en République d’Angola. Les Kimvulais font partie du peuple Ne-Kongo, ils sont pacifiques, hospitaliers et ont horreur de la guerre. Ils sont regroupés en trois tribus : Mbeku, Nkanu et Lula. Les Bankanu forment la tribu majoritaire et se localisent dans le secteur de Benga, le long de la frontière avec l’Angola. Une autre frange habite dans le groupement de Nkosi – Mayo (territoire de Popokabaka) et, enfin une dernière dans le groupement de Kinzamba secteur de Kinkosi – Luidi territoire de Madimba. La tribu Mbeko occupe une partie du secteur de Benga. Les Balula occupent le secteur de Lula-Lumene, les Kimvulais sont matriarcat.

3. Territoire de Lukula

On y trouve 3 grandes tribus dont Bayombe dans les secteurs de Tsanga – Sud, Fubu, Tsundi Sud. Mukongo dans le secteur de Patu et une partie dans le secteur de Kakongo ainsi que la tribu Muwoyo dans le secteur de Kakongo. Seulement deux sont réputées dominantes : Bayombe et Mukongo.

4. Territoire de Luozi

Ce territoire compte une seule grande tribu : la tribu Manyanga. Néanmoins il existe des particularités liées à l’accent linguistique et au régime alimentaire surtout entre le nord et le sud. C’est ainsi qu’on reconnait le peuple de Balari occupant le secteur de Balari, des Bayinga dans le secteur de Kivunda et une partie de la Kenge et des Babondo dans les secteurs de la Kenge, Mongo – Luala et Kinkenge. Mais en général les Bansudi, Babwende, Bamhapangala Babondo, Bayinga et les Balari sont représentés dans les dix secteurs. Ils ont un régime de succession matrilinéaire.

5. Territoire de Madimba

Occupé par les Ntandu, les Mbata, les Mbeko, les Dikidiki, les Lula et les Nkanu.

6. Territoire de Mbanza – Ngungu

Occupé par deux grandes tribus reparties de la manière suivante : le Ndibu (localisée dans les secteurs de Boko, Kivulu, Kwilu – Ngongo, Gombe Sud).
Tribu Basingombe (localisée dans les secteurs de Ntimansi et Gombe Matadi)
Tribu Banzungi (localisée dans le secteur de Luzandi)

7. Territoire de Muanda

Ici il y a comme tribu : Bakongo de Boma, Oyo, Asolongo.

8. Territoire de Seke Banza

Les Bamboma : on les retrouve principalement dans le secteur de la Lufu et dans une partie du secteur de la Bundi, précisément dans le groupement de Kungu – Yalala.
Les Vungu : ils sont dans le secteur de la Sumbi et dans une partie de celui d’Isangila dans le groupement de Saka.
Les Manyanga : on les rencontre dans le secteur d’Isangila.
Les Bayombe occupent les secteurs de Mbavu et de Sumbi ils constituent la tribu majoritaire. Signalons que les principaux clans de toutes ces tribus sont les Tsundi, les Nanga, les Makaba, les Manyanga, les Phudi, les Makhuku, les Mbenza, les Ngimbi et les Numbu.

9. Territoire de Songololo

4 grandes tribus :
Les Bamboma ;
Les Manianga ;
Les Bandibu ;
Les Batandu ;
Les Bamboma sont majoritaires.

10. Territoire de Tshela

Le territoire de Tshela est constitué d’une seule tribu, les Yombe. Ils sont originaires de Nsanda – Nzondo (République d’Angola). Les clans constitutifs de cette tribu sont principalement : les Makaba, les Makhuku, les Manianga, les Mbenza, les Nanga – ne – Kongo, les Ngimbi, les Phudi Nzinga, les Tsundi.

REFERENCES BIBLIOGRAPHIQUE

1. Fiche Technique de la Province du Bas-Congo, Division Provinciale du Plan, 1999
2. Diagnostic Provincial Actualisé, Division Provinciale du Plan, Mars 2003
3. PMURR Elargi, Tranche Provinciale, Cabinet du Gouverneur de Province, Avril 2004
4. Conférence Economique du Bas-Congo, Assises sur la Stratégie de Réduction de la Pauvreté et le Partenariat avec le Secteur Privé, Rapport Final, Cabinet du Gouverneur de Province, Février 2005
5. Pauvreté et Dynamique Communautaire, Kinshasa, Bas-Congo, Bandundu, Synthèse Provisoire, Ministère du Plan, Février 2000
6. Le Profil de la Pauvreté en République Démocratique du Congo, Niveaux et Tendances, Rapport Provisoire, Kalonji Ntalaja, Novembre 1999.