Après le « suicide » douteux du chanteur et dissident rwandais Kizito Mihigo, plusieurs hommages à Bruxelles

Kizito_Mihigo

Une centaine de personnes ont rendu samedi un dernier hommage au chanteur et dissident rwandais Kizito Mihigo, devant le palais de justice de Bruxelles, place Poelaert. L’artiste, dont la musique a été interdite par le pouvoir, a été retrouvé mort ce lundi matin dans une cellule du poste de police de Remera, à Kigali, trois jours après avoir tenté de fuir le pays.

La police nationale rwandaise a attribué ce décès à un suicide, soulevant de nombreuses questions au Rwanda. Critique du régime de Paul Kagame, Kizito Mihigo avait été condamné à 10 ans de prison en 2015 pour conspiration contre le gouvernement, avant d’être remis en liberté en septembre 2018. Durant son procès, ses avocats avaient souligné qu’il n’y avait aucune preuve contre le chanteur. En 2014, ce dernier avait déjà été accusé de mobiliser des jeunes en faveur des mouvements rebelles en exil.

La Société Civile Rwandaise en Belgique organise à Bruxelles des événements tout au long de la journée de ce samedi pour rendre hommage au chanteur militant. Une messe se tient ainsi à 12h00 en l’église Saint-Roch, dans le quartier nord. Après cet hommage religieux, une commémoration publique sera organisée à 14h00 au Passage 44, boulevard du Botanique. À 16h00, les participants auront l’occasion de débattre sur la lutte contre l’impunité au Rwanda.

En 2013, Kizito Mihigo questionnait en chanson la version officielle du génocide qui a opposé Hutu et Tutsi en 1994.

RTBF

Related posts

Leave a Comment