L’union des chefs de gouvernement à Kigali révèle un trou béant dans les valeurs de l’association.

A l’époque où j’étais reporter basé en Afrique dans les années 1990, il y avait deux organisations qui se réunissaient régulièrement dans l’indifférence généralisée des médias : l’Organisation de l’unité africaine (OUA) et le Commonwealth.

Il y avait de solides raisons à notre manque d’enthousiasme. De telles rencontres étaient fortes en pompe mais les décisions intéressantes se déroulaient généralement à huis clos. Les deux organisations étaient largement considérées comme de simples clubs de dictateurs, attentifs aux intérêts des élites dirigeantes tout en restant à l’écart des millions de citoyens qu’ils représentaient en théorie.

La réunion des chefs de gouvernement du Commonwealth (Chogm) à Kigali, au Rwanda, cette semaine ne fera rien pour contester ces hypothèses.

Tenue dans un pays prêt à accueillir les migrants indésirables britanniques – un accord que même le prince Charles, qui présidera pour la première fois, considère apparemment comme « consternant » – la réunion mettra en lumière les faiblesses de l’organisation sur laquelle la Grande-Bretagne fonde ses espoirs et ses pertinences mondiales futures.

À l’approche du référendum sur l’UE, les Brexiters ont évoqué les avantages d’abandonner l’UE au profit d’un marché qui, grâce à l’immensité de l’empire britannique défunt, compte 2,5 milliards de consommateurs, soit un tiers de la population mondiale. Et, depuis le Brexit, il est vrai que des accords de libre-échange ont été signés avec l’Australie, la Nouvelle-Zélande et Singapour, tandis qu’une foule d’autres accords sont en cours de négociation avec les membres de l’association des 54 nations.

Mais le Commonwealth, comme l’UE, vise à être plus qu’un bloc commercial. Les supporters parlent d’une « organisation fondée sur des valeurs ». Sa croyance nominale en la liberté individuelle, le processus démocratique, l’état de droit et l’importance de la société civile ont été inscrits à la fois dans la Déclaration de Harare en 1991 et dans une charte du Commonwealth adoptée en 2012. .

La ville où les miliciens hutus ont autrefois massacré des familles tutsi à des barrages routiers s’est transformée en un centre de conférence . Les parterres de fleurs ont été méticuleusement désherbés, chaque bordure aura été fraîchement repeinte, il n’y aura pas un sans-abri en vue.

Mais l’explication de ce dernier détail – avant les réunions importantes, le gouvernement relocalise les sans-abri dans des « centres de transit » pour la « rééducation » – met en évidence pourquoi le choix du Rwanda n’envoie que des signaux inquiétants sur la direction que prend le Commonwealth.

Le Rwanda est l’un des pays les plus répressifs d’Afrique. C’est peut-être un « chouchou des donateurs » dont les indicateurs de développement souvent vantés impressionnent les étrangers, mais c’est aussi un État policier claustrophobe fondé sur la violence. Le président, Paul Kagame, remporte régulièrement les élections avec plus de 90% des voix . Le gouvernement rwandais muselle la presse et les militants des droits de l’homme et les leaders de l’opposition sont tués ou emprisonnés, ou simplement « disparaissent ».

Kagame a non seulement un terrible bilan en matière de droits de l’homme chez lui, mais il a cyniquement exporté l’instabilité dans la région des grands lacs d’Afrique pendant des décennies. Quelle que soit la vérité sur la chute en 1994 d’un avion transportant deux présidents africains – d’anciens collègues ont publiquement accusé Kagame d’avoir commandité l’attaque qui a déclenché le génocide, ce qu’il nie – Kagame a certainement créé et armé le mouvement rebelle qui a renversé le président du Zaïre, Mobutu Sese Seko. Il a ensuite massacré des dizaines de milliers de réfugiés hutus dans les forêts de la République démocratique du Congo (RDC). Ses troupes ont pris le controle des diamants, du coltan, de l’or, du bois et du café, qui ont ensuite été présentés comme des produits rwandais.- dans ce que Jim Freedman, qui a travaillé sur un rapport du groupe d’experts de l’ONU sur les ressources minérales de la RDC, m’a décrit comme « un effort national pour gagner de l’argent« .

Il y a dix ans, les donateurs occidentaux ont coupé l’aide au Rwanda en raison de son soutien évident au M23, un mouvement rebelle qui terrorise l’est de la RDC. Étonnamment, le M23 s’est de nouveau déchaîné lors de la préparation de Chogm. Le prince Charles, la duchesse de Cornouailles et Boris Johnson porteront un toast au sens politique de Kagame à moins d’une journée de route d’une région où cette force par procuration et les unités de l’armée congolaise se tirent dessus , envoyant des dizaines de milliers de villageois fuir pour sauver leur vie.

L’appétit du Rwanda pour l’intervention ne se limite pas à ses voisins. En permanence dans l’insécurité, Kagame a supervisé un régime qui traquait d’anciens généraux, des chefs d’espionnage et des conseillers qui avaient fui en exil. Les assassinats et les tentatives d’attentats de ses services de renseignement ont été mis en scène non seulement en Afrique mais aussi en Occident. Le groupe américain Freedom House a décrit la semaine dernière le Rwanda comme « l’un des auteurs les plus prolifiques de la répression transnationale dans le monde ».

Nous pouvons considérer comme acquis que très peu de ces affreux faits seront diffusés pendant Chogm, tant Kagame s’est montré habile à se rendre utile à l’étranger. Pendant des années, il a échangé sa volonté d’envoyer des casques bleus rwandais dans les zones de conflit contre le respect international en tant que « gendarme de l’Afrique » – un marché profondément ironique, étant donné son soutien simultané aux milices déstabilisant la RDC. Maintenant qu’il est prêt à accepter les migrants indésirables de l’ouest – le Danemark pourrait bientôt être en grève conclure un accord similaire à celui de la Grande-Bretagne – lui vaut un nouveau laissez-passer gratuit.

L’année dernière, lors d’une conférence des Nations Unies sur les droits de l’homme à Genève, des responsables britanniques ont fermement dénoncé le Rwanda pour son bilan d’exécutions extrajudiciaires, de disparitions et de torture. Une fois l’accord sur les demandeurs d’asile signé, le ton a brusquement changé, Johnson louant le Rwanda comme « l’une des destinations les plus sûres d’Afrique « , tandis que Priti Patel parlait avec admiration d’un pays où les réfugiés pourraient « prospérer et prospérer ».

Un Commonwealth qui prendrait sa propre charte au sérieux aurait tendu la main à ceux qui ont été réduits au silence au niveau national : les blogueurs emprisonnés et les journalistes citoyens, par exemple. Une coalition internationale de 24 groupes de défense des droits de l’homme et de journalistes a officiellement appelé les chefs de gouvernement à faire pression pour que les détenus soient libérés et pour que les médias rwandais et la société civile soient autorisés à travailler librement pendant et après Chogm.

Mais la chef de l’opposition hutu, Victoire Ingabire , dont l’emprisonnement l’a empêchée de se présenter aux élections présidentielles, a vu ses demandes d’assister aux événements de la société civile qui se déroulent parallèlement aux principales réunions obstinément ignorées. « Il semble que les gens du Commonwealth collaborent avec le gouvernement du Rwanda pour m’exclure », a-t-elle déclaré. Chogm à Kigali, semble-t-il, reflétera fidèlement son État hôte irresponsable et exclusif.

Grâce à Covid, qui a forcé Chogm à être reporté deux fois, le Commonwealth a en fait eu deux ans au cours desquels il aurait pu annoncer de manière crédible un lieu alternatif à Kigali. Mais cela aurait nécessité quelque chose qui s’approche d’une épine dorsale. Telle qu’elle est, l’organisation s’est certainement révélée être une organisation « fondée sur des valeurs » ; ce ne sont tout simplement pas les valeurs que partagent bon nombre de ses milliards de citoyens.

Michela Wrong est l’auteur de « Do Not Disturb: The Story of a Political Murder and an African Regime Gone Bad »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.