Symposium de Cracovie /Pologne: Moise Katumbi se présente  « victime de l’antisémitisme politique » devant 160 ministres, parlementaires et des diplomates de toute l’Europe

La conférence a eu lieu à l’occasion de 83 ème  anniversaire de la Kristallnacht, la « nuit de cristal » , quand le 9 Novembre 1938 , les nazis ont commencé les pogroms anti-juifs en tuant des juifs, brûlant 1400 synagogues et détruisant des magasins appartenant à des Juifs en Allemagne et en Autriche.

S’adressant au symposium dans une vidéo de Jérusalem, le Premier ministre israélien d’Israël Naftali Bennett a déclaré :  »tant qu’Israël restera fort, le peuple juif du monde entier sera fort . »

Pour le Rabbi Menachem Margolin, président de l’Association juive européenne (EJA) :   »L’Europe a échoué dans la lutte contre l’antisémitisme. »

 »Je ne dis pas que dans dix ans vous ne pourrez pas voir de Juifs en Europe mais je suis très inquiet quant à la possibilité d’avoir une présence juive dans dix ans », a déclaré le rabbin Menachem Margolin, président de l’Association juive européenne s’adressant  devant 160 ministres, parlementaires et des diplomates de toute l’Europe qui se sont réunis pendant deux jours à Cracovie, en Pologne, pour discuter des moyens d’accroître l’éducation et la mémoire de l’Holocauste, de lutter contre l’antisémitisme et de développer des outils pour lutter contre le discours de haine et l’incitation à la haine à l’ère des réseaux sociaux.

Le rassemblement comprenait également une visite des camps de la mort d’Auschwitz-Birkenau où une cérémonie d’allumage de bougies et de dépôt de gerbes a eu lieu en présence du rabbin Meir Lau, ancien grand rabbin d’Israël et président du Conseil de Yad Vashem, le mémorial de l’Holocauste à Jérusalem. .

Parmi les intervenants à la conférence figuraient le ministre marocain de la Culture et de la Jeunesse Mohamed Mehdi Bensaid, Roberta Metsola, la vice-présidente du Parlement européen, le ministre hongrois de la Science et de l’Éducation Zoltan Maruzsa, le ministre de l’Éducation de Rhénanie-Palatinat Stefanie Hubig, la secrétaire d’État britannique aux Education Nadhim Zahawi, ainsi que les Présidents des Parlements de Slovénie et du Monténégro. Mais aussi Moïse Katumbi, ancien gouverneur de la province du Katanga au Congo et candidat potentiel à la présidentielle en RDC , dont les grands-parents, originaires de l’île grecque de Rhodes, ont été déportés par les nazis à Auschwitz où ils sont morts.

 » Loi Tshiani » ou « antisemitisme politique » ?

L’homme d’affaires de 56 ans et ancien gouverneur de la province du Katanga, qui est parfois surnommé le  »Obama de l’Afrique », est l’un des hommes politiques les plus puissants de la République démocratique du Congo, le pays le plus grand et le plus peuplé de Afrique sub-saharienne. Personnalité non conventionnelle, il a dû vivre en exil sous l’ancien président Kabila avant de rentrer dans son pays en 2019. Il est aujourd’hui le leader du parti  »Ensemble pour la République ». Selon certains sondages, il est le candidat le plus soutenu en vue des prochaines élections présidentielles au Congo prévues en 2023.

Cependant, les législateurs de son pays ont présenté un projet de loi restreignant la présidence à ceux qui ont 2 parents congolais, dans le but de disqualifier le populaire Katumbi et de bloquer sa candidature à la présidence. Cette loi, appelée la  »Congolité », a provoqué une tempête politique dans le pays et à l’extérieur.

Pour le Rabbi Menachem Margolin, président de l’Association juive européenne (EJA), proche de Moïse Katumbi, « L’antisémitisme menace de pénétrer profondément au cœur de l’Afrique centrale« .

En visite en Israël en octobre, plusieurs panneaux  géants critiquant Félix Tshisekedi, le président de la République démocratique du Congo, ont été aperçus  le long des routes de Jérusalem, où le cortège de Tshisekedi a  circulé.

Les panneaux  l’accusent de promouvoir l’antisémitisme. « Felix, arrêtez la discrimination antisémite corrompue », ont-ils lu, sans donner plus de détails.

Notons que le « principal rival politique » de Tshisekedi est Moise Katumbi, un homme politique d’origine judéo-congolaise, et les législateurs qui lui sont fidèles tentent de disqualifier Katumbi en raison de ses origines.

Dans une interview accordée à Judaica Brussels,l' »Obama Africain », Moïse Katumbi a accepté qu’il n ya pas d’antisémitisme en RDC.

 » En ce qui concerne la population congolaise, pas du tout. Une population qui respecte beaucoup le peuple juif car il sait que les juifs sont bénis de Dieu. Mais au niveau politique, c’est là qu’on veut ressusciter les vieux démons en disant que les juifs sont partout, que je ne serai pas fidèle au pays car mon père est juif…. Mais j’étais le meilleur gouverneur de la République Démocratique du Congo et on ne disait pas que mon père était juif. Pour la population congolaise, j’ai fait du bon travail c’est tout… »

Voir les vidéos du symposium de Cracovie en Pologne

Coco Kabwika

Kabwikacoco@gmail.com

Related posts

Leave a Comment