Crime Odieux contre l’Humanité, Un Incident diplomatique sûrement avec Incidence Internationale (Tribune R. Monsenkwe)

luca_attanasio

Luca Attanasio, 43 ans, le 22 février 2021, « est décédé à la suite de ses blessures » par balles après avoir été transporté  »  dans un état critique » en milieu de journée   dans un hôpital des Nations unies à Goma, a indiqué à l’AFP  un diplomate de haut rang à Kinshasa… Deux autres personnes ont été tuées dans l’attaque: le chauffeur congolais du PAM et   le garde du corps italien de l’ambassadeur, selon des sources congolaises et italiennes. » : nous le confirme le site internet de Tv5monde, mise à jour 23.02.2021  à 01:00, et qui à leur tour ont des agents AFP, nommément, madame Marthe BOSUANDOLE ainsi que monsieur Bienvenu-Marie BAKUMANYA.

Qui est cet homme jovial?

Qui pouvez être aperçu tantôt en famille chaleureuse avec 3 très belles fillettes, tantôt avec des écoliers, et la jeunesse africaine en duty free…tantôt en photo avec le Prix Nobel 2018 de la Paix le Docteur Denis Mukwege…

Selon Wikipedia, Il a débuté sa carrière diplomatique en 2003, à la Farnesina, comme directeur des affaires économiques, bureau d’appui aux entreprises,    puis au secrétariat  de la direction générale  de l’Afrique. Un an plus tard, il est devenu le secrétaire général adjoint du sous-secrétaire d’État chargé de l’Afrique et de la coopération internationale.

Attanasio a commencé sa carrière diplomatique hors d’Italie en 2006,    au bureau économique et commercial  de l’ambassade d’Italie à Berne (2006–2010) et  au consulat général à Casablanca, au Maroc (2010–2013)2. En2013, il est retourné   à la Farnesina où il a été nommé chef  du secrétariat de la direction générale   de la mondialisation et  des affaires mondiales. Il est ensuite retourné en Afrique en tant que premier conseiller à l’ambassade d’Italie à Abuja, au Nigéria, en 2015. Du 5 septembre 2017 jusqu’à sa mort, il était chef de mission à Kinshasa, en République démocratique du Congo. À partir du 31 octobre 2019,  il a été confirmé sur place en tant qu’ambassadeur plénipotentiaire extraordinaire accrédité en RDC3. Attanasio était l’un des plus jeunes ambassadeurs d’Italie.

Résumé des Faits

Nous nous réservons la primeur à la Commission d’enquête internationale qui aurait plus   la latitude de reconstituer les faits avec force et détails tout en espérant que   cette composition, le Prérapport et les Conclusions de cette Commission ne relèveront pas d’un secret d’Etat comme le fut en 2001 lors de l’assassinat du feu Président Laurent Désiré Kabila, encore que nous avons déjà théâtralement assisté à un démenti du Fdlr datant du 22 février 2012 et signé par Cure Ngoma.

Gestion de la Crise

Une énième fois, le Peuple Kino-Congolais a assisté au fameux   Je ne savais pas, après celui de Félix Tshisekedi dans le dossier  de l’installation de la commune de Minembwé en octobre 2020,   monsieur Gilbert Kankonde le Ministre de l’intérieur d’obédience Udps, parti au pouvoir, a prétendu sans être ému de compassion ne pas avoir été informé de la présence de l’ambassadeur à l’Est  de la République outre  le fait de son passeport diplomatique et accréditation comme personna grata sur la Terre de Lumumba conformément l’article 13 de la convention de vienne sur les relations diplomatiques de 1961, suscitant ainsi un non-dit inavouable  au détriment du de cujus surement

un homme bien, ses fréquentations faisant foi, alors même que la Rdc n’est pas signataire de la Convention    de l‘OCDE sur la lutte contre la corruption d’agents publics étrangers dans les transactions commerciales internationales.

Dénouement Juridique

3 Hypothèses peuvent émises :

  1. Saisine de la Cour Internationale de Justice, sur base   de la Violation de la Convention sur la prévention et   la répression des infractions contre les personnes jouissant d’une protection internationale, y compris les agents diplomatiques de 1973, sur pied de ses articles 3,4, et 13 ;
  2. Saisine de la Cour Pénale Internationale, sur base    de la Violation du Statut de Rome entré en vigueur le 1er juillet 2002 en termes de crime contre l’Humanité vu qu’il y avait  deux victimes de nationalités italiennes lors du forfait conformément aux prescrits des articles 5 et 7 du susdit Statut. Dans cette optique, même les familles biologiques  des victimes peuvent intenter une action internationale en justice, avec une éventuelle responsabilité hiérarchique dans le chef du gouvernement et un éventuel mandat d’arrêt international émis  par le Procureur de cette institution basée à la Laye.
  3. Répression par les Juridictions militaires de la RDC sur base de terrorisme, en application du principe de la territorialité du droit pénal tel que disposé à l’article 96 de la loi n°023/2002 du 18 novembre 2002 portant code judiciaire militaire et l’article 2 du décret du 30 janvier 1940 modifiant et complétant à ce jour code pénal congolais,  outre le principe de complémentarité édicté à l’article premier du Statut précité,   avec comme grief  le terrorisme en fonction des 157 à 160 de la loi n° 024/2002 du 18 novembre 2002 portant code pénal militaire, sans préjudice aux incriminations de crime contre l’humanité.  Jusqu’à aujourd’hui, il faut avouer que sur les 617 crimes de droit humanitaire international dénoncés dans le Rapport Mapping, seule l’affaire des Milobs, en mai 2003 a pu valablement réprimer six des Sept miliciens furent inculpés de crimes de guerre plus de trois ans après les incidents, par un jugement du Tribunal de garnison militaire de Bunia, le 19 février 2007.

Aléas moral et politique

Actuellement Félix Tshilombo est très bonne relation avec Paul Kagame réputé être de connivence avec les rebelles armées, tutsi comme hutu en République Démocratique du Congo.

Par ailleurs, Les FDLR sont issues du Comité de coordination de la résistance, un groupe d’exilés rwandais hutus dissident de l’Armée de libération du Rwanda qui se transforme en FDLR en mai 2000. La première apparition des Forces démocratiques de libération du Rwanda date de juillet 2000. Prétendant représenter les intérêts des Hutus rwandais des camps de réfugiés en RDC créés en 1994, les FDLR seraient formées d’anciens membres des Forces armées rwandaises et des milices Interahamwe, prenant la suite selon les observateurs de l’Armée de libération du Rwanda, rassemblant des responsables du génocide au Rwanda et active dans la deuxième partie des années 1990.

Il y a donc une complicité perceptible de la présidence congolaise choisissant un allié agent double et en concluant des accords anticonstitutionnels d’intervention militaire conjointe rwando-conjointe     à propos desquels récemment, dimanche 14 février 2021, la délégation du Rwanda est dirigée par le chef d’état-major de la défense (CEMD),  le général Jean-Bosco Kazura, tandis que la délégation congolaise est dirigée par François Beya, conseiller spécial du président Félix Tshisekedi pour les affaires de sécurité.

D’ailleurs, Les Forces de Défense rwandaises (FDR, l’armée gouvernementale) ont été présentes dans l’est du territoire congolais au moins entre fin 2019 et octobre 2020, en dépit des dénégations de Kigali, affirme le dernier rapport des experts de l’Onu   sur la République démocratique du Congo (RDC) grâce  à l’examen des éléments de preuve (des documents  des opérations militaires  et des photographies aériennes), selon la libre Afrique.

Tribune de Sé Rhonny Monsenkwe Wembia, Rhonny_Monsenkwe

Représentant ECIDE France

(Une tribune d’expression libre et publique d’idées, d’avis, de critiques laissés à la responsabilité de leurs auteurs)

Related posts

Leave a Comment