La Namibie va vendre 27 300 tonnes de chinchards congelés à la RDC, pour une vente au marché public

Chinchard_mpiodi

Le ministre namibien des pêches et des ressources marines, Derek Klazen, est en négociations avec la République démocratique du Congo (RDC) pour la vente de 27 300 tonnes de chinchards congelés.

Cela est apparu lundi après que le ministre de l’économie de la RDC, Jean-Marie Kalumba Yuma, qui était en Namibie lundi, a remis un chèque symbolique de 86 millions de dollars namibiens à Klazen pour montrer leur engagement à acquérir le poisson.

Klazen a déclaré que les négociations pour l’accord n’étaient pas encore conclues.

« Il s’agit de la visite de retour du ministre des Affaires économiques pour cimenter son engagement à acheter le poisson qui restait de la criée, soit 27 300 tonnes », a-t-il déclaré.

La vente de poisson à la RDC a commencé il y a quelques mois lorsqu’une délégation du pays s’est rendue en Namibie.

Au cours de la visite, Klazen a invité les délégués à participer à la vente aux enchères du quota objectif gouvernemental.

La directrice exécutive des pêches, Annely Haiphene, a confirmé qu’elle attend maintenant que l’argent soit deboursé sur le compte du gouvernement pour conclure l’accord.

Haiphene a déclaré que les Namibiens ont eu la possibilité d’acheter les restes de poisson de la vente aux enchères, mais ne l’ont pas saisie.

« Il y avait des restes et les Namibiens sont revenus et… . . la priorité a été donnée aux Namibiens », a-t-elle déclaré.

Haiphene a déclaré qu’il s’agissait d’un accord unique.

Selon Haiphene, le poisson sera vendu au seul marché de Kinshasa, ce qui n’interférera pas avec le reste du marché.

La RDC est le plus grand marché pour le chinchard namibien.

Haiphene a déclaré que le poisson sera pêché par des navires battant pavillon namibien.

« C’est à eux de négocier directement avec notre industrie. . . Le ministère n’y joue aucun rôle. Nous ne les aidons que parce que nous constatons également que la saison de pêche touche à sa fin », a-t-elle déclaré.

Ester Mbathera

Leave a Comment