La Première ministre belge Sophie Wilmès mènera une mission en République démocratique du Congo (RDC) début février

Sophie Wilmès et Félix, image RTBF

La Première ministre belge Sophie Wilmès mènera une mission en République démocratique du Congo (RDC) début février qui permettra de « consacrer les relations » entre les deux pays, a-t-elle annoncé mercredi matin, à l’issue d’une rencontre avec le président congolais, Félix Tshisekedi, au Forum économique mondial de Davos, en Suisse. Le ministre des Affaires étrangères, Philippe Goffin, et le ministre de la Coopération au développement, Alexander De Croo, sont également annoncés pour le voyage.

Les points qui fâchent n’ont pas été abordés mercredi matin. M. Tshisekedi et la Première ministre Sophie Wilmès ont surtout discuté de « l’importance de communiquer entre nous et de marquer nos relations plus officiellement« .

Les deux responsables politiques se reverront « dans deux semaines et demi, lors d’une mission que je mènerai en RDC« , a précisé la Première ministre, soulignant que « beaucoup d’investisseurs veulent travailler avec le Congo« .

Une série de points de discussion sera à l’agenda, comme la réouverture d’un consulat congolais à Anvers ou encore la nomination par la RDC d’un ambassadeur à Bruxelles. « Ce sera aussi l’occasion d’ouvrir le consulat général de Lubumbashi« , qui a rouvert officiellement ses portes début janvier.

Les deux pays sortent d’une grave crise diplomatique mais leurs relations se sont largement normalisées depuis l’entrée en fonction de Félix Tshisekedi, sorti vainqueur de la présidentielle contestée du 30 décembre 2018. Bruxelles et Kinshasa avaient scellé leur réconciliation lors d’une visite officielle de M. Tshisekedi en Belgique en septembre.

La crise avait été causée par le report des élections en RDC, initialement prévues fin 2018 et des critiques exprimées par le gouvernement belge. Elle avait mené à la suspension du Programme de Partenariat militaire (PPM) bilatéral en avril 2017, puis début 2018 à la suite d' »une révision fondamentale » de la coopération décidée par le gouvernement belge jusqu’à « l’organisation d’élections crédibles » en RDC.

En représailles, le gouvernement congolais avait ordonné à la Belgique de fermer son consulat général à Lubumbashi, de mettre fin aux activités de sa nouvelle agence de développement (Enabel) et de fermer la Maison Schengen à Kinshasa. Les fréquences de la compagnie aérienne Brussels Airlines avaient également été réduites de sept vols hebdomadaires à quatre.

Ces mesures ont été annulées depuis l’entrée en fonction de M. Tshisekedi et un nouvel ambassadeur de Belgique, Jo Indekeu, a pris ses fonctions fin octobre à Kinshasa.

RTBF

Related posts

Leave a Comment