La détérioration apparemment rapide de la sécurité dans l’est de la RDC et la résurgence du M23 sont le résultat de rivalités régionales de longue date entre le Rwanda et l’Ouganda.

La résurgence soudaine du M23 est également liée à des intérêts économiques et commerciaux qui se chevauchent. « Le Rwanda et l’Ouganda peuvent prétendre avoir des intérêts sécuritaires légitimes au Congo », déclare Mngqibisa. « Cependant, ils y ont aussi d’énormes intérêts financiers, en particulier dans les industries extractives, ce qui contribue à leur rivalité. » L’arc s’étendant de Bunagana à la frontière ougandaise, en passant par Kanyabayonga, jusqu’à Goma à la frontière rwandaise, couvre une ceinture minière lucrative contenant certains des plus grands gisements de coltan au monde, qui est utilisé dans presque tous les appareils électroniques.

Il existe de nombreuses preuves suggérant que les factions rebelles soutenues par l’Ouganda et le Rwanda, y compris le M23, contrôlent des chaînes d’approvisionnement stratégiques mais informelles allant des mines des Kivus aux deux pays. Les insurgés utilisent le produit du trafic d’or, de diamants et de coltan pour acheter des armes, recruter et contrôler des mineurs artisanaux et payer des douaniers et des agents des frontières congolais corrompus ainsi que des soldats et des policiers. Une violence importante est également impliquée dans ces opérations illicites, car diverses factions rebelles s’affrontent souvent pour le contrôle des mines et des voies de transport.

Tous deux nient ces accusations. Cependant, certaines des preuves apparaissent dans leurs recettes d’exportation. Par exemple, l’or est maintenant la plus grande exportation de l’Ouganda, mais la majeure partie provient de la RDC. Dans le même ordre d’idées, 40 % du coltan mondial était officiellement produit en RDC en 2019. Cependant, de grandes quantités seraient acheminées clandestinement vers le Rwanda et exportées de là. Ce modèle est reproduit ailleurs dans la région. Par conséquent, alors que la RDC est reconnue comme le plus grand producteur de coltan au monde , le Rwanda, l’Ouganda et le Burundi se classent respectivement troisième, neuvième et onzième, même s’ils n’ont eux-mêmes que des gisements connus limités.

En novembre 2020, Dott Services, la société ougandaise qui cofinance et construit les réseaux routiers reliant l’Ouganda à la RDC, a créé une joint-venture avec la société parapublique minière congolaise, la Société Aurifère du Kivu et du Maniema (Sakima), issue de ce qui lui a donné accès à des mines stratégiques dans la province de Maniema riches en étain, tantale, or et tungstène.

PKM, joint-venture créée entre le groupe ougandais de construction Dott Services (70 %) et la compagnie publique congolaise Sakima (Société aurifère du Kivu et du Maniema, 30 %), avait obtenu la cession par cette dernière de sept de ses actifs miniers. Ceux-ci, sur lesquels les équipes de Dott Services avaient effectué des due diligences à partir de janvier 2020, sont riches en étain, tantale et tungstène (les « 3T »), ainsi qu’en niobium et en monazite. En sus de la réalisation d’une étude de faisabilité des projets miniers, Dott Services s’est engagé auprès de la société d’Etat congolaise à réhabiliter les infrastructures hydroélectriques et de transport de la zone.

Dott Services construira également une usine pour traiter les minéraux et les métaux précieux en plus des projets d’infrastructure. Dott Services est largement considéré comme étant proche de la  famille présidentielle ougandaise et d’autres acteurs influents dans la région, ce qui souligne les enjeux importants liés aux engagements du pays en RDC.Renforcer le commerce et la sécurité

Dott Services – dirigé par l’homme d’affaires d’origine indienne Boinapally Venugopal Rao et actif en Ouganda, au Soudan du Sud et en Tanzanie – est en effet un spécialiste de ce type de travaux. Quelques semaines avant de former la joint-venture minière PKM avec Sakima, en septembre, l’entreprise avait signé un contrat en vue de la construction de 223 kilomètres de routes dans le nord-est de la RDC pour faciliter la liaison avec l’Ouganda voisin.Ces travaux, sur les axes Mpondwe-Kasindi-Beni (80 kilomètres), Beni-Butembo (54 kilomètres) et Bunagana-Rutshuru-Goma (89 kilomètres), ont démarré officiellement le 16 juin, avec la pose de la première pierre, en présence des présidents ougandais Yoweri Museveni et congolais Félix Tshisekedi. Le chantier routier, dans lequel Kampala a promis d’investir 53 millions de dollars, est extrêmement stratégique mais menace la zone d’ influence du Rwanda.

Le déploiement des forces ougandaises au Nord-Kivu et la construction d’un réseau routier financé par l’Ouganda, protégé par l’UPDF et s’étendant jusqu’à Goma, aux portes du Rwanda, ont été considérés comme des actes hostiles à Kigali. Dans un discours devant le Parlement en février 2022, le président rwandais Kagame a averti que les menaces émanant du Nord-Kivu étaient suffisamment graves pour justifier un déploiement rwandais sans l’approbation de la RDC : « Nous faisons ce que nous devons faire, avec ou sans le consentement des autres.

« Les contre-accusations entre le Rwanda et l’Ouganda »

Le Rwanda a aussi un pied dans la porte. En juin 2021, les présidents Kagame et Tshisekedi ont signé un accord en vertu duquel Dither Ltd., une entreprise largement considérée comme proche de l’armée rwandaise, raffinera l’or produit par Sakima « pour priver les groupes armés des revenus du secteur« . C »est  Jean Paul Rutagarama un proche   de Paul Kagame  qui dirige la société Dither Ltd.

Cela a placé Paul Kagame dans une position stratégique pour contrôler l’ensemble de la chaîne d’approvisionnement – une décision que beaucoup pensent avoir contrarié Museveni . Cependant, l’accord de raffinage de l’or congolais par le rwandais   Jean Paul Rutagarama via Dither Ltd

a été suspendu début juin 2022 en raison des affirmations de la RDC selon lesquelles le Rwanda soutenait la résurgence du M23.

Les responsables ougandais affirment que le Rwanda est devenu plus déterminé à relancer le M23 après le désarroi de ses entreprises et ses intérêts économiques en RDC. Lors du raid du M23 à Bunagana le 23 mars 2022, des militaires ougandais sont intervenus pour protéger les biens et le personnel de Dott Services. Le récit à Kampala est que l’attaque a été menée par « l’aile rwandaise » du M23 dans le cadre d’un complot du Rwanda visant à perturber les entreprises économiques ougandaises en RDC. Le récit à Kigali est que l’attaque a été menée par des éléments du M23 contrôlés par l’Ouganda dans le but de s’emparer de la ville frontalière, qui est une zone de rassemblement importante pour les opérations de Dott Services. Ces contre-accusations soulignent le rôle que jouent les intérêts financiers et économiques dans la résurrection du M23 qui se nourrit de la rivalité Ouganda-Rwanda.

Un condensé d’analyses d’ Africa Center for Strategic Studies et Afrique Intelligence réuni par Richard Nomba Tshimanga pour Congovirtuel

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.