Rénovation de l’aéroport de N’DJILI :le chef d’Etat turc Recep Tayyip Erdogan se rapproche de F. Tshisekedi via la société Summa

Encore inconnu en RDC, le groupe turc Summa discute avec les autorités congolaises de l’opportunité de reprendre le chantier de rénovation de l’aéroport international de N’Djili.

Très présent sur le continent africain depuis une dizaine d’années, le groupe turc Summa cherche à s’installer en RDC. D’après nos informations, des discussions sont en cours à ce sujet avec la présidence de Félix Tshisekedi. Ce dernier s’est même entretenu à deux reprises courant 2020 avec le PDG de Summa, le très influent Selim Bora, qui est réputé pour sa proximité avec le chef d’Etat turc Recep Tayyip Erdogan.

Les discussions portent plus précisément sur le projet de rénovation et d’agrandissement de l’aéroport international de N’Djili, dans la capitale Kinshasa, qui susciterait un grand intérêt de la part du groupe turc. Seul problème : ce chantier a déjà été attribué par la Régie des voies aériennes, l’autorité  chargée de la régulation du secteur en RDC, à l’entreprise chinoise Weihai International Economic & Technical Cooperative pour un montant total avoisinant les 365 millions de dollars.

Une première pierre en 2018, puis plus rien…

Les travaux avaient même été lancés en grande pompe par l’ancien président Joseph Kabila au cours d’une cérémonie de pose de la première pierre en mai 2018. Or, depuis cette date, le chantier n’a jamais réellement débuté, suscitant de nombreuses interrogations au sein de la classe politique . Celles-ci portent plus précisément sur le financement du projet par l’Export-Import Bank of China, dont les dollars promis n’ont jamais été débloqués.

Afin de sortir de l’impasse, les autorités congolaises envisagent donc de faire appel à Summa sur la base d’un modèle en Build, Operate and Transfer (BOT). Si le projet venait à se confirmer, il permettrait au groupe turc d’affirmer sa position dans le secteur aéroportuaire sur le continent – celui-ci gère déjà les aéroports de Dakar et de Niamey.

Cela serait également l’occasion pour lui de prendre sa revanche après son échec fin 2020 en Guinée-Bissau, où le président Umaro Sissoco Embaló lui a préféré le groupe émirati Concorde Stars Contracting pour construire le futur aéroport de Bissau. 

Africa Intelligence

Related posts

Leave a Comment