Passeportgate en Afrique: après la RDC, les scandales du fabriquant de passeports belges Semlex dévoilés à Madagascar

Kabila and karwazan in DRC

Le groupe belge Semlex a versé à un grand responsable malgache au moins 140 000 $ (mais probablement plus) en récompenses. Cela découle des courriels de la société qui sont parvenus aux journalistes, qui semblent divulguer des accords sur des «pots-de-vin» au nom d’un contrat lucratif pour la production de passeports.

Semlex crée des produits biométriques pour des clients aussi respectables que l’ONU et l’Union européenne, avec l’un des nobles objectifs de rendre difficile la falsification de documents. Dans le même temps, l’entreprise a une traînée de situations scandaleuses en Afrique, où elle est régulièrement accusée de corruption. Auparavant, l’OCCRP avait écrit sur la façon dont Semlex avait soudoyé d’importants responsables afin d’obtenir des ordres du gouvernement de l’ex-dictateur de la Gambie  Yayi Jammeh, et au Congo a  aidé un grand négociant pétrolier à payer des pots-de-vin afin de développer son activité.

Et maintenant, une nouvelle enquête suggère une tactique similaire de Semlex déjà à Madagascar, où l’entreprise, sans publicité, a transféré de l’argent à l’ancien fonctionnaire du gouvernement Lucien Victor Razakanirin. Le fonctionnaire, alors qu’il était encore ministre d’État et de la Sécurité publique, a fait de Semlex le fournisseur officiel de cette nation insulaire au large de la côte est de l’Afrique.

Selon les relevés de compte (détenus par l’OCCRP), de 2007 à 2009, Semlex a versé à Razakanirine plus de 120 milliers d’euros en virements périodiques à finalité imprécise, auxquels s’ajoutent des tranches mensuelles de «services de conseil». Les chiffres des e-mails internes indiquent également qu’en 2010 et début 2011, il a reçu plusieurs milliers d’euros chaque mois.

Lorsque Razakanirina, maintenant âgé de 75 ans, a été contacté par des journalistes, il a confirmé qu’il travaillait pour Semlex en tant que consultant, mais a refusé de commenter cet article.

En 2010, Semlex a fait appel à un autre grand responsable de Madagascar, Hippolyte Rarison Ramaroson, pour la représenter au niveau gouvernemental. Et lorsque Ramaroson a été limogé, le directeur régional de Semlex de l’époque a élaboré des plans secrets pour le ramener au pouvoir.

biométrique-corruption-semlex / Invitation-du-Ministre.jpg

Semlex produit toujours des passeports malgaches; le coût d’un est égal au salaire minimum local. Cependant, la plupart des Malgaches vivent avec moins de deux dollars par jour.

«Bien sûr, le prix de 190 000 ariari (environ 50 $) est très cher compte tenu de ce que nous gagnons à Madagascar», explique l’enseignante Marie Lucy, dont la fille vit en Allemagne.

«Mon passeport est expiré, c’est-à-dire que je devrai à nouveau payer ce montant. Quand j’ai reçu mon premier passeport, il coûtait 128 000 Ariari, et une telle hausse de prix affectera définitivement mon budget », se plaint-elle.

Les responsables de Semlex à Madagascar ont refusé de commenter, citant les instructions de leurs supérieurs. Plusieurs responsables gouvernementaux n’ont pas répondu aux demandes de commentaires sur cet article.Photo: Edward MaintikeliRue animée près du centre d’Antananarivo

Paiements cachés

Semlex a commencé à chercher des solutions avec le gouvernement de Madagascar il y a plus de dix ans – après être venu en Afrique pour développer ses activités au début des années 2000.

En mai 2006, Semlex a invité Razakanirina, alors ministre du gouvernement insulaire, à visiter son siège à Bruxelles pour parler de la production des passeports. Le même mois, le gouvernement malgache a signé un contrat avec l’entreprise, et moins d’un an plus tard, en février 2007, Semlex a déjà commencé à délivrer des documents.

biométrique-corruption-semlex / Picture-Passport-1.jpg

Les termes de l’accord ont été avantageux pour Semlex: ils ont reçu des locaux gratuitement, ils ont promis de ne pas percevoir d’impôts sur le revenu et d’accorder des privilèges douaniers pour l’exportation de l’argent reçu de l’accord à l’étranger. Sur chaque passeport (ils étaient vendus 60 000 Ariari, soit 22 euros au taux de change de l’époque), l’entreprise avait droit à 15,5 euros. Cependant, même quelques mois avant la délivrance des passeports, Semlex a réussi à négocier un euro de plus par rapport à la part convenue précédemment.

Dans le même temps, les coûts réels de production des passeports étaient beaucoup plus modestes. Selon les contrats, de 2006 à 2009, Semlex a acheté des formulaires vierges de documents à l’imprimerie nationale française à deux euros chacun et moins – une infime fraction de ce que les Malgaches ont dû payer plus tard pour eux.

Par accord, Razakanirina (il a quitté le gouvernement en janvier 2007) devait également environ deux euros sur chaque passeport. La raison de cette condition n’est pas claire.

Des documents internes, notamment des courriels et des journaux comptables, montrent que Semlex lui a versé des dizaines de milliers d’euros en plusieurs tranches. Parmi eux, deux paiements de 2007, totalisant environ 23 900 €, ont été engagés par la société en tant que «dépenses internes» (cela est confirmé par les données comptables et la correspondance reçues par l’OCCRP). En janvier 2008, Semlex a transféré à Razakanirine environ 19 600 euros, sans préciser le motif du paiement, et le mois suivant, il a reçu 6 500 euros supplémentaires d’un employé local – le service comptable de la société les a radiés comme « dépenses imprévues ».

Certains virements sur le compte de Razakanirina dans une banque française ont été effectués par Semlex Europe SA, d’autres fonds lui ont été transférés en espèces par les employés de Semlex. Lorsque le Razakanirin a accidentellement transféré 7 000 € d’un compte Semlex à Madagascar en novembre 2008, il a semblé paniqué et s’est tourné vers Guy Ramahai, alors directeur régional de Semlex pour l’Afrique australe et l’océan Indien.

biométrique-corruption-semlex / Madagascar-Passport-Inside-2.jpg

«J’ai déjà parlé à Lucien ce matin», a déclaré Ramahai le 28 novembre dans un courriel adressé à Michelle Boter, la directrice financière de l’entreprise. «[Il était] un peu inquiet, mais je lui ai dit d’émettre une facture pour la prestation de services en tant que consultant en Afrique», pour justifier le paiement.

Au total, selon deux courriels de Razakanirina au directeur financier de Semlex, la société lui a versé au moins 122 milliers d’euros de mai 2000 à novembre 2009.

L’éminent juge et ancien secrétaire général du ministère de la Justice de Madagascar, Tsanta Randrianarimanana, est convaincu que les versements au ministre d’une société privée dans un tel contexte sont «totalement illégaux» du point de vue des lois de l’île.

« Si l’objet du chèque est de faire le compte bancaire du ministre ou de s’enquérir en général des opérations comptables de l’entreprise dont le paiement a été reçu, alors il ne sera pas nécessaire de prouver l’acte de corruption – c’est évident », a déclaré l’avocat.Photo: Edward Maintikeli et OCCRPCouverture (photo ci-dessus) et l’une des pages intérieures d’un passeport malgache délivré par Semlex

Plus tard, en 2009, Razakanirin, dans un e-mail adressé au PDG de Semlex Group, Albert Karazivan, a demandé de transférer les paiements de ses services sur une base mensuelle – 3 500 euros chacun.

« Ce format me serait plus pratique financièrement, et je n’aurais pas à vous déranger à chaque fois … Comme vous l’avez dit, je suis prêt à être consultant SEMLEX dans la région de l’océan Indien et, si nécessaire, pourrais aider votre agent (très productif) à Thane. » , – a écrit Razakanirina, en utilisant le nom abrégé de la capitale de l’île, Antananarivo – Tana.

Il semble avoir obtenu ce qu’il voulait et a reçu 3 500 € par mois jusqu’au début de 2011, lorsque le directeur régional Guy Ramahai a écrit à Karaziwan pour lui suggérer de réduire la rémunération régulière de Razakanirina.

« Tana ne gagne pas grand-chose par rapport aux Comores, bien que les Comores représentent plus du double de celle de Tana », a déclaré Ramahai, faisant référence aux opérations douteuses de Semlex aux Comores, un petit archipel de moins d’un million d’habitants. «Et le nombre de passeports délivrés aux Comores a déjà dépassé le même nombre à Tanya», a-t-il expliqué.

Le lendemain, Karazivan a accepté de réduire les paiements de Razakanirina à 2750 euros par mois.

Si ces «frais» réguliers se sont poursuivis depuis, il s’avère qu’au fil des années, la rémunération de Razakanirina s’est élevée à des centaines de milliers d’euros. Il a lui-même confirmé à l’OCCRP qu’il continuait d’informer Semlex, mais a refusé de préciser combien il avait été payé. Il n’a pas non plus divulgué les détails de son travail à Semlex.

🔗Affaire de famille

Aux dépens de Semlex, Razakanirin a également amélioré sa situation financière en attirant sa propre entreprise de construction pour rénover les installations de production où les Belges allaient ajouter la biométrie à leurs formulaires de passeport.

L’entreprise est connue sous le nom d’ERAC, mais bien qu’elle appartienne à Razakanirin, elle était alors dirigée par son neveu, Ciri Rakotondramanana. Selon des documents divulgués aux journalistes, d’octobre 2006 à janvier 2007, l’ERAC a facturé à Semlex environ 47 millions d’ariari (alors c’était environ 21 650 $) pour la réparation et l’aménagement de nouveaux bâtiments.

Dans plusieurs courriels, Xavier Davar, directeur de Semlex, a clairement indiqué que l’ERAC forçait les Belges à payer trop cher: «Ciri surestime légèrement le budget», a-t-il déclaré dans un message de janvier 2007. Quoi qu’il en soit, Semlex a payé tout ce que l’ERAC exigeait.

Razakanirina a refusé de commenter le message. Rakotondramana n’a pas pu être contacté.Photo: Edward Maintikeli et OCCRPEntrée de la filiale du Ministère de la Sécurité Publique de Madagascar

« Courses dans les coulisses »

Razakanirina a quitté le Cabinet des ministres en janvier 2007, alors que la commande de l’État pour Semlex était déjà en cours. On ne sait pas ce qu’il a fait par la suite, mais au registre du commerce, il est inscrit comme directeur de la société Import-Export Hery SARL, créée en 2001. Son domaine d’activité déclaré est l’importation de denrées alimentaires et l’exportation de produits locaux, y compris le bois. (OCCRP n’a pas été en mesure de confirmer si l’entreprise faisait de vraies affaires.)

Semlex a payé Razakanirin sans interruption, même s’il perdait clairement son influence politique. Ainsi, malgré son soutien, l’entreprise a raté en 2007 un contrat pour la délivrance de cartes d’identité. De plus, l’année suivante, un employé de Semlex à Madagascar a informé Karazivan et Ramahay qu’une autre entreprise avait remporté un appel d’offres dont Semlex n’avait aucune idée.

Après qu’un gouvernement de transition dirigé par le président sortant Andri Radzuelina a pris le pouvoir à Madagascar en 2009, Semlex a embauché un autre initié de poids lourd pour résoudre ses problèmes. Cette fois, le choix s’est porté sur le vice-amiral Ippolit Ramaroson, alors ministre des Affaires étrangères et l’un des trois vice-premiers ministres du gouvernement.

Ramaroson avait la réputation d’être une personne « très corrompue », selon un câble diplomatique américain de 2010 publié par WikiLeaks . Il a affirmé que l’homme était impliqué dans « des abus de pouvoir et des pots-de-vin dans le passé dans le cadre de programmes d’aide [fournis par les États-Unis] ».

Un mois après la prise de fonction de Ramaroson en février 2010, il a nommé Karazivan au poste de conseiller spécial au ministère des Affaires étrangères de Madagascar. L’un des responsables du département a déclaré que le PDG de Semlex n’occupait plus ce poste, mais n’a fourni aucune preuve.Photo: OCCRP.Document sur la nomination du chef de Semlex Albert Karazivan en tant que conseiller spécial auprès du ministère des Affaires étrangères de Madagascar

Un an plus tard, Ramaroson a été démis de ses fonctions de vice-premier ministre pour des «motifs politiques», comme Ramakhai l’a écrit dans un courriel adressé à Karazivan.

Ramahai a appelé le chef de Semlex à aider Ramaroson à se remettre dans une position élevée, soulignant qu’il pourrait être « extrêmement utile pour promouvoir les intérêts [nécessaires] ». Comme l’a dit Ramahai dans l’un de ses e-mails, le récent ministre a suggéré que «les députés belges, les députés européens et les présidents» signent une lettre adressée au président Radzuelina condamnant sa destitution du gouvernement.

En échange du soutien de Semlex, Ramaroson, selon Ramahay, a accepté d’assumer certains «rôles et missions occultes» (probablement dans les coulisses en tant que porte-parole de l’entreprise) pour forger une relation étroite avec le président Radzuelina et gagner son soutien.

Seulement 11 jours se sont écoulés et Ramakhai a exprimé une autre option à Karazivan: Semlex était censé aider Ramaroson dans son intention de se présenter à la présidence en 2011 (bien que les élections aient été reportées plus tard).

«L’amiral et le parti qu’il représentera ont trouvé une station de télévision et de radio à vendre. Ils ont besoin d’un montant équivalent à 30 000 euros, a écrit Ramahai. – Ma proposition: au lieu du parrainage, nous participons au capital de cette radio et télévision à hauteur de ce montant. Leur personnel a déjà été recruté. « 

On ne sait pas si Karazivan a répondu à la proposition de soutenir financièrement Ramaroson. Cependant, l’ex-ministre n’est jamais allé à la présidence et n’a plus jamais occupé de poste au sein du gouvernement.

Ramaroson n’a pas pu être contacté pour commenter.

🔗Projets de haut vol

En 2010, le directeur régional de Semlex a également tenté sans succès d’aider la compagnie aérienne nationale Air Madagascar à organiser un nouveau vol de Madagascar vers la France via les Comores.

Selon les données d’enregistrement, Ramahai était le président de la société comorienne Air Ocean Indien, qui appartenait à une autre société de l’archipel – Leignon Synergie Comores. Il ressort des documents divulgués qu’en 2010, 70% des actions de Leignon Synergie Comores appartenaient à Karazivan, et 30% à la société belge Leignon Synergie SA, qui était alors également contrôlée par le patron de Semlex.

Ramahai a entamé des négociations avec la société américaine Gibbs International Inc. sur l’achat d’un Boeing-767 pour la flotte d’Air Madagascar. Cependant, l’ensemble du projet s’est effondré après que les autorités comoriennes ont refusé de certifier Air Ocean Indien en tant que transporteur aérien, comme l’a écrit Ramahai dans une lettre au ministre des Transports et du Tourisme de Madagascar.

Ramahai a de nouveau tenté d’obtenir un certificat d’exploitant aérien pour Air Ocean Indien en 2011, lorsque les avions d’Air Madagascar ont été interdits de vol dans l’espace aérien européen pour des raisons de sécurité. Mais cette fois aussi, la tentative de Ramahai a échoué.Photo: Edward Maintikeli et OCCRPEntrée au ministère de l’Intérieur, où les Malgaches peuvent demander un passeport

« Ils pensaient que le passeport était faux. »

En 2013, Madagascar a prolongé de dix ans le contrat avec Semlex pour la délivrance de passeports. Comme l’a rapporté Reuters , dans le cadre du nouvel accord, Semlex a reçu le droit de prendre 33,75 euros pour chaque document – deux fois plus qu’avant.

Bien que l’entreprise continue à faire des affaires à Madagascar, elle est en difficulté ici. Ces dernières années, il a retardé à plusieurs reprises la  délivrance des passeports – comme indiqué, en raison de difficultés  de production.

De plus, les citoyens locaux se plaignent régulièrement d’avoir des problèmes en raison de la qualité des passeports fabriqués par Semlex.

Par exemple, une femme d’affaires de 35 ans, qui a demandé à ne pas être nommée, craignant de se venger, a raconté comment en 2018 elle souhaitait rendre visite à des proches en Allemagne et en France. Au début, elle n’a pas été autorisée à traverser la frontière, car le service frontalier n’était pas en mesure de numériser ses documents.

«Quand j’ai pris l’avion pour l’aéroport de Francfort, ils ont refusé de me laisser passer – les douaniers ont dit que mon passeport était faux, bien que je l’ai reçu selon la procédure standard», s’est plainte la dame.

«On m’a également dit qu’ils avaient vérifié auprès d’autres aéroports, et il s’est avéré que ce genre d’incidents avec les passeports malgaches se produisait très souvent. C’était très désagréable pour moi!  » – elle a admis.

Organized Crime and Corruption Reporting Project (OCCRP)

Related posts

Leave a Comment