Qui est Mamadou Ndala


Née Mamadou NDALA, le 08 Décembre 1978 à IBAMBI dans la Province Orientale, Secteur d’IMONIKO, Territoire de WAMBA, District de Haut-Uélé, d’un père malien et d’une mère congolaise Etat-civil : Marié+03 (enfants) ; Date d’incorporation dans l’Armée : le 06.06.1997





Unité d’affectation : 42ème bataillon Unité de Réaction Rapide (URR) MURA, Garnison : GOMA/ Nord-Kivu. Nommé colonel le 07 janvier 2011 par ordonnance du 23 mars 2013 Il est mort général de brigade à titre posthume



Le colonel Mamadou Ndala, assassiné jeudi dans l’est de la République démocratique du Congo, doit être enterré lundi à Kinshasa, a-t-on appris dimanche soir auprès d’une source de la présidence. La télévision publique a annoncé la levée du corps lundi au camp militaire Kokolo, où la dépouille du colonel est arrivée dimanche en fin d’après-midi, selon la même source.



Le cercueil de l’officier a été placé dans l'enceinte du camp avec celui de militaires tombés le 30 décembre après des attaques simultanées ayant principalement ciblé Kinshasa et Lubumbashi, deuxième ville du pays (sud-est). Jeudi matin, une roquette a visé la jeep du colonel Ndala à Matembo, une localité du territoire de Beni, situé dans le nord de la province riche et instable du Nord-Kivu (est), où sévissent plusieurs dizaines de groupes armés locaux et étrangers. Le gouvernement a accusé les rebelles ougandais de l’Alliance des forces démocratiques et de l'Armée nationale pour la libération de l'Ouganda (ADF-Nalu), mais cette thèse ne convainc pas de nombreux habitants ainsi que plusieurs militaires. Vendredi soir, le corps du colonel Ndala a été rapatrié à Kinshasa.

Samedi, une marche de quelques centaines de jeunes qui réclamaient notamment l’enterrement du colonel Ndala à Goma, capitale du Nord-Kivu, a été dispersée au gaz lacrymogène par la police. Dimanche soir, la société civile (associations, organisations, syndicats, etc) du Nord-Kivu a appelé la population de la province à observer une "journée de deuil (lundi) pour honorer ce héros". Le colonel Ndala, 35 ans, était connu pour ses nombreuses victoires contre la rébellion du Mouvement du 23 mars (M23), que le Rwanda et l’Ouganda voisins sont accusés d’avoir soutenue, et qui a capitulé le 5 novembre après une offensive de l’armée et de la brigade d’intervention de l’ONU.

Verdict du procès de l’assassinat de Mamadou Moustapha Ndala Deux officiers militaires des FARDC condamnés en cascade et radiés de l’Armée C’était hier lundi 17 novembre que la Cour Militaire Opérationnelle du Nord-Kivu a rendu son verdict en rapport avec les présumés auteurs de l’assassinat du colonel Mamadou Ndala, abattu le 2 Janvier 2014 sur la route Beni-Oicha, dans la province du Nord-Kivu. Ce verdict laisse un gout amer car, la Cour Militaire Opérationnelle du Nord Kivu n’est pas allée jusqu’au bout, pour sortir toute la vérité et de ce fait étendre les responsabilités.

Au terme de son verdict, la justice militaire a condamnée deux Officiers FARDC avec des lourdes peines. Il s’agit du lieutenant-colonel Birotso Nzanzu Consy, condamné sans la moindre admission des circonstances atténuantes à la peine capitale pour notamment, complicité avec un mouvement terroriste et participation à un mouvement insurrectionnel.

Quant aux ADF-NALU accusés mais en fuite, la Cour les a condamnés par défaut. Leur chef de file, Jamili Mukulu, est condamné à la peine de mort et ses complices à 20 ans de servitude pénale.

Article congovirtuel et TV5 Monde Dernière mises à jour, le 25 novembre 2014