Carlos Ghosn : comment un père et un fils l’ont aidé à sortir du Japon dans une valise

Le mystère a longtemps plané sur la façon dont Carlos Ghosn, l’ancien dirigeant de Nissan accusé de fraude fiscale, a réussi à fuir le Japon pour se rendre au Liban.

Aujourd’hui, un père américain et son fils ont admis l’avoir aidé à déjouer les autorités en 2019.

Michael Taylor, 60 ans, ancien membre des forces spéciales américaines, et son fils Peter, 28 ans, ont été extradés vers les États-Unis, accusés d’avoir fait sortir le magnat dans une valise.

Ils l’ont fait dans un jet privé pendant que le cadre attendait son procès.

Les procureurs américains ont qualifié leur évasion de « l’un des actes de fuite les plus effrontés et les mieux orchestrés de l’histoire récente ».

La maison présumée de Ghosn à Beyrouth.
Légende image,Les documents judiciaires indiquent que cette maison est l’une des propriétés de Ghosn dans un quartier aisé de Beyrouth.

Devant un tribunal de Tokyo, les deux hommes ont décidé de ne pas contester les faits exposés par les procureurs dans l’acte d’accusation.

Tous deux risquent jusqu’à trois ans de prison.

Taylor et son fils ont répondu « non » lorsqu’un juge leur a demandé s’il y avait des erreurs dans les accusations déposées par le bureau du procureur de Tokyo lundi, selon l’agence de presse Reuters.

Le père et le fils sont accusés d’avoir orchestré la fuite de Ghosn vers le Liban depuis l’aéroport de Kansai, dans l’ouest du Japon, en décembre 2019.

Ils sont également accusés d’avoir reçu 1,3 million de dollars US en retour.

Comment Carlos Ghosn s’est-il échappé du Japon ?

L’ancien patron de Nissan a été déclaré fugitif international, mais il se terre dans la maison où il a grandi au Liban, un pays qui n’a pas d’accord d’extradition avec le Japon.

Carlos Ghosn sur des panneaux d'affichage au Japon.
Légende image,Personnage célèbre et facilement reconnaissable au Japon, Ghosn a dû s’arranger pour passer inaperçu.

Selon le récit entendu au tribunal, M. Ghosn était en liberté sous caution dans l’attente de son procès pour quatre chefs d’accusation de malversations financières, qu’il nie, lorsqu’il a réussi à échapper à la surveillance des autorités et à embarquer dans un jet privé.

« Pris en otage »

Le spécialiste de la sécurité privée Taylor et son fils se sont battus pendant des mois pour éviter l’extradition avant que la Cour suprême des États-Unis ne les remette aux autorités japonaises en mars.

Les procureurs de Tokyo ont refusé de commenter les accusations portées contre les deux hommes avant le procès.

L’agence de presse Reuters a rappelé que le taux de condamnation au Japon est de 99%.

Après son arrivée au Liban, M. Ghosn a déclaré qu’il avait été un « otage » au Japon, où on lui avait laissé le choix entre mourir sur place ou fuir.

Un tribunal turc a condamné un cadre de la compagnie aérienne turque MNG et deux pilotes pour leur rôle dans l’opération visant à le faire sortir du Japon.

Carlos Ghosn
Légende image,Carlos Ghosn tiene un alto perfil en la sociedad japonesa luego de que varias de sus medidas resultaran un éxito empresarial.

Ghosn a été arrêté pour la première fois pour des accusations de malversations financières en novembre 2018, accusé d’avoir prétendument omis de déclarer son enveloppe salariale pendant cinq ans jusqu’en 2015.

Qui est Carlos Ghosn ?

Le Brésilien Carlos Ghosn a été président du conseil d’administration du géant de l’automobile Nissan, considéré comme un « titan » de cette industrie pendant près de 20 ans.

En novembre 2018, Nissan, qui est le sixième constructeur automobile mondial, a indiqué qu’il avait découvert, lors d’une enquête interne, que Ghosn avait déclaré aux autorités des revenus inférieurs à la réalité.

En conséquence, le dirigeant a été arrêté au Japon pour « mauvaise conduite » financière.

Né à Rondônia, au Brésil, d’ascendance libanaise et de nationalité française, M. Ghosn affirme que ses origines ont éveillé en lui le sentiment d’être différent, ce qui l’a aidé à s’adapter à de nouvelles cultures.

La carte d'évasion de Ghosn
Légende image,On pense que c’était l’itinéraire emprunté par Ghosn pour fuir le Japon

Il a été considéré comme un candidat potentiel à la présidence du Liban, mais a fini par écarter cette possibilité parce qu’il avait déjà « de nombreux emplois ».

Après des études d’ingénieur à l’École polytechnique et à l’École des mines de Paris, M. Ghosn a commencé sa carrière chez Michelin, où il a occupé des postes en France et au Brésil.

Il est ensuite venu chez Renault. Il a rejoint Nissan en 1999, après que Renault a pris une participation dans le constructeur automobile japonais, et en est devenu le directeur général en 2001.

Le dirigeant est considéré comme un « titan » car il est à l’origine du redressement spectaculaire de Nissan au début du XXIe siècle, alors que le constructeur automobile était au bord de la faillite.

CNEWS

Related posts

Leave a Comment