Coronavirus : politiques et artistes se lancent dans la sensibilisation

Martin_Fayulu

La pandémie de coronavirus a déjà fait deux  morts en République démocratique du Congo. La première victime est un membre du cabinet politique au Ministère de l’Economie.
Face à cette évidence, des leaders d’opinion se lancent dans la sensibilisation de la population congolaise, à travers des vidéos diffusées sur les réseaux sociaux. Des messages appelant la population à observer les règles d’hygiène recommandées par l’Organisation Mondiale de la Santé et le Ministère de la Santé Publique, afin d’arrêter la chaîne de contamination.

Certains artistes congolais, notamment Werrason, Koffi Olomide ou encore Alesh, ont eu à sensibiliser l’opinion sur l’existence réelle de la maladie dans le pays. Depuis que le ministre de la Santé, Eteni Longondo, a annoncé le premier cas congolais  de coronavirus, cela a attiré l’attention des leaders d’opinion, qui ont bien voulu apporter leur pierre à la lutte contre le Covid-19.

L’heure étant grave, la sensibilisation de masse demeure également l’une des stratégies pour freiner la propagation du virus à l’échelle nationale. Des politiciens sensibilisent aussi sur les réseaux sociaux. Il s’agit notamment de Martin Fayulu, Bahati Lukwebo, Evariste Boshab, Moïse Katumbi…

Le vice-ministre des Ressources Hydrauliques et Electricité, Papy Pungu, a quant à lui demandét à la population de ne pas céder à la panique ni à la peur.  » Nous implorons la miséricorde de notre Dieu et encourageons la population congolaise à observer sans atermoiement les mesures d’hygiène sanitaires requises « , s’est-il exprimé, dans un message imprimé en circulation sur la toile.

Dans un message télévisé, la ministre d’Etat en charge du Genre, de l’enfant et de la famille, Mme Béatrice Lomeya, a aussi exhorté la femme congolaise à pouvoir observer les recommandations édictées pour se protéger contre la contamination.  Les réseaux sociaux sont à ce jour inondés par des avertissements venant de la part des personnes de différentes catégories de la vie nationale.

Chaque personne doit être avisée en se lavant régulièrement les mains, en évitant tout contact, en toussant  dans le creux de  son coude, etc. Toutes ces mesures préventives s’avèrent primordiales, d’autant plus qu’il n’existe pas de médicament ni de vaccin contre le virus. La contamination du virus entre humains reste le seul défi à relever pour l’instant, et dans certains pays, les gens sont confinés chez eux, afin d’éviter de nouvelle contamination et permettre au personnel soignant de ne pas être débordés par de nouveaux cas.

Par Tantia Sakata

Related posts

Leave a Comment