La RDC interdit l’exploitation de l’or à Luhihi un village du Sud-Kivu après une ruée d’une foule de creuseurs sur le site (REUTERS)

Luhihi

Une ruée vers l’or qui a attiré des milliers de personnes dans un village de la province du Sud-Kivu au Congo a poussé les autorités à y interdire l’exploitation minière jusqu’à ce qu’une surveillance accrue soit établie, a déclaré jeudi le ministre provincial des mines. La découverte de minerai riche en or à Luhihi fin février a amené une foule de creuseurs sur le site, a déclaré le ministre des Mines du Sud-Kivu, Venant Burume Muhigirwa, faisant pression sur le petit village situé à environ 50 km de la capitale provinciale, Bukavu.

L’exploitation minière de subsistance – l’extraction de minerais avec des outils rudimentaires – est courante dans toute la République démocratique du Congo, et l’exploitation minière «artisanale» de l’or est particulièrement répandue dans l’est et le nord-est du pays .

Les mineurs, les commerçants et les membres des forces armées congolaises (FARDC) ont été tenus de quitter les sites miniers de Luhihi et ses environs et toutes les activités minières ont été suspendues jusqu’à nouvel ordre, a indiqué un décret daté de lundi et confirmé par Muhigirwa.

La présence des FARDC sur les sites miniers – interdits par le code minier du Congo – a contribué au «désordre» à Luhihi, selon le décret.

Muhigirwa a déclaré que la suspension de l’exploitation minière permettrait aux autorités d’identifier les mineurs et de s’assurer qu’ils sont correctement enregistrés auprès des régulateurs de l’exploitation minière artisanale.

L’ordre doit être rétabli dans les activités minières à Luhihi «non seulement pour protéger des vies mais aussi pour assurer la traçabilité de l’or produit conformément à la loi congolaise», précise le décret.

La production d’or au Congo est systématiquement sous-déclarée et des tonnes de métal précieux sont introduites en contrebande dans les chaînes d’approvisionnement mondiales via ses voisins de l’Est, a rapporté l’année dernière le Groupe d’experts des Nations Unies sur le Congo.

(Par Helen Reid et Hereward Holland; Édité par Peter Cooney)

Related posts

Leave a Comment