La République démocratique du Congo a les taux de faim les plus élevés au monde, selon l’ONU

bilanga

Pour les agences humanitaires qui tentent de maintenir les gens en vie, la République démocratique du Congo (RDC) présente de multiples défis: la faim, les déplacements, la maladie et la violence.

Nulle part dans le monde plus de personnes n’ont besoin d’aide alimentaire, selon une nouvelle étude réalisée par deux agences des Nations Unies.


Plus de 27 millions de personnes en RDC – un tiers de la population – sont touchées par ce que les agences appellent «une insécurité alimentaire aiguë élevée». Cela représente 13 millions en 2018.
Selon l’analyse de l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) et du Programme alimentaire mondial (PAM), sept millions de personnes luttent désormais pour survivre aux «niveaux d’urgence» d’insécurité alimentaire.
Cela signifie qu’ils dépendent de l’aide pour plus de la moitié de leurs besoins alimentaires.


Pénurie due aux conflits

Le PAM affirme qu’il fournit déjà une aide alimentaire vitale à 8,7 millions de personnes en RDC.
«Pour la première fois, nous avons pu analyser la grande majorité de la population, ce qui nous a aidés à nous rapprocher de la véritable image de l’ampleur stupéfiante de l’insécurité alimentaire en RDC», déclare Peter Musoko, représentant du PAM en RDC.

Le conflit est un facteur clé de cette insécurité alimentaire en RDC, en particulier dans l’est du pays et dans la région centrale du Kasaï.

Aristide Ongone Obame, le représentant de la FAO dans le pays, déclare que « les conflits récurrents dans l’est de la RDC et les souffrances qu’ils entraînent restent très préoccupants ».
Il y a plus de 40 groupes armés en RDC. L’insécurité est particulièrement élevée dans certaines parties de la province du Nord-Kivu où un groupe se faisant appeler les Forces démocratiques alliées – qui est affiliée à l’État islamique – lance de fréquentes attaques contre des villages. Une partie de la province connaît des niveaux d’urgence d’insécurité alimentaire.
L’impact de la pandémie de coronavirus et la propagation de maladies telles que la rougeole ont aggravé le sort des Congolais.


Plus tôt ce mois-ci, l’ONG Médecins Sans Frontières a signalé plus de 13 000 cas de rougeole depuis le début de l’année.
Le choléra et le paludisme sont également répandus, et il y a eu d’autres flambées d’Ebola.

La pandémie a également affecté l’économie de la RDC et le gouvernement a réduit son budget 2021 de 38%.
Face à ces défis, les agences humanitaires tentent de fournir une aide d’urgence et une aide à plus long terme.
La FAO affirme que sa priorité cette année est d’améliorer l’accès des agriculteurs aux outils et aux semences; fournir du bétail et un meilleur stockage des cultures et aider à lutter contre les maladies animales et végétales.

CNN

Related posts

Leave a Comment