Le Conseil de sécurité a donné son accord pour une réduction progressive de la présence de la force onusienne au Congo. Le président de la RDC et le gouvernement ont exprimé leur demande à plusieurs reprises cet automne. Le Conseil a répondu favorablement le lundi 16 octobre en émettant une déclaration qui établit les fondements du retrait de la Monusco.

Le président Félix Tshisekedi et le gouvernement congolais ont enfin reçu le signal qu’ils attendaient depuis plusieurs semaines. Le Conseil de sécurité a dépassé le simple fait de « prendre acte » des demandes de Kinshasa. Dans sa déclaration, il jette les bases du retrait progressif et ordonné de la Monusco de la RDC : il encourage l’exécutif congolais et l’ONU à présenter le mois prochain un plan de désengagement des casques bleus.

Il incite également le Congo et le Rwanda à augmenter leurs échanges pour favoriser la paix, désapprouve tout soutien au groupe armé M23, et encourage la tenue d’élections justes en 2023. Le représentant congolais s’est réjoui de cette déclaration qui devrait apaiser les tensions entre la population locale et la Mission de l’Organisation des Nations unies pour la stabilisation en République démocratique du Congo (MONUSCO), d’après lui.

Difficile de savoir si cette décision de l’ONU est lié aux huit casques bleus arrêtés pour avoir entretenu un système de prostitution dans la partie Est de la RDC, principalement à Beni.

Avec RFI

Une réflexion sur “ Le Conseil de sécurité disposé à prendre une décision concernant le retrait graduel et organisé de la Monusco

Les commentaires sont fermés.