L’Unesco annoncera sa « décision » en novembre sur la « demande conjointe » de la RDC et du Congo- Brazza d’inscrire la « Rumba » sur le patrimoine  culturel de l’organisation

« C’est notre identité » : deux Congo demandent l’inscription à l’Unesco de la rumba. La « demande conjointe » de deux pays vise à ajouter un style musical qui a inspiré l’indépendance à la liste du patrimoine culturel immatériel.

Les autorités de Kinshasa et de Brazzaville, les capitales de la République démocratique du Congo (RDC) voisine et de la République du Congo, ont soumis une demande conjointe pour ajouter la rumba congolaise à la liste du patrimoine culturel immatériel de l’Unesco.

La liste permet de montrer la diversité du patrimoine et de sensibiliser à son importance. Si la rumba congolaise devait être ajoutée, elle rejoindrait la nourriture des colporteurs de Singapour, la culture du sauna de la Finlande et les systèmes d’irrigation traditionnels des Émirats arabes unis, parmi d’innombrables autres coutumes de la liste.

« Si vous regardez la rumba moderne, nous l’avons élevée et développée, mais nous avons gardé des références aux icônes comme Le Grand Kallé« , a déclaré la chanteuse de rumba kinoise Manda Chante, faisant référence au nom de scène de Joseph Kabasele, qui a écrit Indépendance Cha Cha, un vieil hymne pour les mouvements anti coloniaux africains, pour persuader les politiciens de mettre de côté leurs différences pour assurer l’autonomie.

Face-à-face sur le Congo : la longue rivalité entre Kinshasa et Brazzaville

La chanson a fait ses débuts un soir à Bruxelles en février 1960, électrisant lors des négociations pour la libération du Congo de la Belgique. En quatre mois, le pays était libre.

La République du Congo, sur la rive opposée du fleuve Congo, a gagné la même année la liberté de la France.

Soixante et un ans plus tard, la rumba reste au cœur de la musique africaine, et un mouvement a émergé pour cimenter sa réputation et assurer sa protection.

Née dans le creuset du Cuba du XIXe siècle, la rumba combinait le tambourinage des esclaves africains avec les mélodies des colonisateurs espagnols.

Réexporté en Afrique au début du XXe siècle sur vinyle, il trouve un public tout prêt dans les deux Congos, qui reconnaissent les rythmes comme les leurs.

« Ils ont emmené nos ancêtres en Amérique au XVe ou XVIe siècle. La rumba congolaise a été créée et ancrée dans la même dynamique que l’histoire qui a forgé ce pays », a déclaré André Yoka, directeur de l’Institut national des arts de Kinshasa, qui dirige la candidature de la RDC au statut de l’Unesco.

La rumba dérive de « nkumba », qui signifie nombril dans la langue locale, une danse qui trouve son origine « dans l’ancien royaume du Kongo », selon la soumission à l’Unesco.

« Quand nos ancêtres emmenés à l’étranger voulaient se souvenir de leur histoire, de leur origine, de leur mémoire, ils dansaient la danse du nombril », a déclaré Catherine Kathungu Furaha, ministre de l’Art et de la Culture de la RDC. « Nous voulons que la rumba soit reconnue comme la nôtre. C’est notre identité.

L’Unesco annoncera sa décision en novembre.

The Guardian via Reuters

Related posts

Leave a Comment