Le processus de la mise en place du bureau de la Commission électorale nationale indépendante (CENI) va avancer « avec ou sans » les composantes qui tardent encore d’envoyer les noms de leurs délégués. C’est la décision annoncée ce jeudi 12 août 2021 par le président de l’Assemblée nationale, Christophe Mboso au cours de la plénière.

« Le processus que nous engageons maintenant est une suite, parce que c’est le bureau qui nous a précédé qui l’a commencé. Nous n’avons pas le droit de pénaliser tout le monde. Votre bureau est obligé de vous demander, vous honorables députés, d’approuver le projet de résolution portant mise en place de la commission », a dit Christophe Mboso aux députés.

Il a ajouté : « Ceux qui veulent participer aux élections c’est leur droit, et ceux qui ne veulent pas participer c’est aussi leur droit. Je voudrais vous rappeler qu’à un certain moment, l’UDPS avait refusé de participer aux élections, ils l’ont fait deux fois ».

La plénière a même adopté le rapport de la commission PAJ qui a établi un projet de résolution mettant en place la commission paritaire majorité-opposition. Cette dernière sera composée des députés et experts. Elle travaillera pendant deux jours.

Pendant ce temps, les 8 confessions religieuses chargées de désigner le président de la CENI et un membre à la plénière, sont divisées. Six confessions religieuses ont déposé des procès verbaux au bureau de l’Assemblée nationale sans l’Eglise catholique et l’Eglise du Christ au Congo (ECC), qui insistent sur l’éthique, la probité et le courage exceptionnel de celui qui devra diriger la CENI.

Berith Yakitenge/Actualite.cd

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.