Les promesses non tenues du président congolais. Depuis son arrivée au pouvoir, le Congo a perdu neuf places pour se classer 170eme  sur 180 dans un classement établi par Transparency International, un organisme de lutte contre la  corruption.

Louis bahati, enseignant dans une école primaire de Goma, une ville de l’est de la République démocratique du Congo, n’a pas été payé depuis plus de deux ans. Luttant pour nourrir sa famille et en grève pour la deuxième fois, il a commencé à peindre la maison d’un voisin. Lorsqu’un élève de passage l’a repéré, il a été humilié. « Ma classe s’est moquée de moi », dit-il. « L’élève leur a dit qu’il avait vu leur professeur, couvert de terre, faire ce travail de peinture. »

Bien que Bahati ait été enseignant dans une école publique pendant six ans, il n’a pas encore été ajouté à la masse salariale du gouvernement. Cela signifiait que lorsque le président Félix Tshisekedi  a annoncé que l’enseignement primaire serait gratuit à partir de septembre 2019 – ce qui était l’une de ses principales promesses électorales – Bahati a cessé de recevoir tout salaire. Comme des milliers d’autres enseignants qui ne figuraient pas dans les registres, il comptait sur les honoraires des parents. Après l’annonce du président, ils ont cessé de payer.

Le hic avec l’engagement du président était que son gouvernement n’avait pas assez d’argent pour payer les salaires des enseignants. Même certains de ceux qui étaient sur la masse salariale ont vu leur salaire réduit de moitié, à 140 $ par mois dans la plupart des villes et 90 $ dans les villages. Lorsque les enseignants se sont mis en grève pendant deux semaines en octobre, les écoliers ont pris d’assaut le Parlement en scandant : « Nous voulons étudier » et « Si nous n’étudions pas, nous finirons dans la rue à consommer de la drogue ».

Pour aggraver les choses, des dizaines de faux enseignants travaillant dans des écoles inexistantes ont en quelque sorte fait leur chemin sur la liste de paie, selon un rapport de l’Inspection générale des finances. Il a révélé qu’environ 31 millions de dollars destinés à l’éducation avaient été détournés. Cela a incité la Banque mondiale à suspendre son premier versement des 800 millions de dollars qu’elle s’était engagé à soutenir le programme de scolarisation gratuite de  Tshisekedi. Le gouvernement a depuis annoncé aux enseignants qu’ils seraient payés en janvier, ce qui a encouragé certains à retourner dans leurs classes. Mais beaucoup, dont  Bahati, ne croient pas au gouvernement et sont toujours en grève.

Le fiasco met en lumière un problème plus vaste : la tendance de M. Tshisekedi à promettre la lune. En plus de sa promesse d’une scolarité primaire gratuite, il a également fait campagne sur le vœu d’apporter la paix à l’est du pays et d’éradiquer la corruption. L’électorat semble avoir fait peu confiance à ces entreprises. Lors des élections présidentielles de 2018, il est arrivé loin derrière, avec environ 19% des voix, selon un décompte indépendant de l’église catholique. Il a déclaré que le scrutin avait été remporté par Martin Fayulu, un militant anti-corruption charismatique. Tshisekedi a néanmoins revendiqué la victoire et est arrivé au pouvoir, apparemment après un accord en coulisses avec le président sortant, Joseph Kabila, par lequel il aurait promis de laisser à l’impopulaire Joseph Kabila le contrôle d’une grande partie de l’État.

Depuis, cependant,  Tshisekedi a habilement réussi à prendre ses distances avec son prédécesseur, à former une nouvelle coalition et à consolider son emprise sur le pouvoir. Il a même réussi à licencier certains des plus proches alliés de  Kabila, dont le président de la Gécamines, la société minière nationale et  des amis de  Kabila. Son ancien président, Albert Yuma Mulimbi, a été accusé d’avoir détourné plus de 8 milliards de dollars de revenus de l’extraction de cuivre et de cobalt. Même ainsi, le président peut difficilement prétendre avoir éradiqué la corruption. Depuis son arrivée au pouvoir, le Congo a perdu neuf places pour se classer 170e sur 180 dans un classement établi par Transparency International, un organisme de surveillance anti-corruption.

Le président a également fait peu de progrès dans le respect de sa promesse de rétablir la sécurité et de vaincre les groupes armés qui terrorisent l’est du Congo depuis 25 ans. Plus de 5,5 millions de personnes qui ont été forcées de quitter leur domicile ne peuvent toujours pas rentrer. Beaucoup vivent dans des camps misérables qui sont parfois attaqués par des rebelles. En novembre, une milice a pris d’assaut une milice dans la province de l’Ituri, tuant 44 personnes. Peu de temps après, un groupe armé a kidnappé deux travailleurs humanitaires près de Goma. Dans le but de rétablir l’ordre,  Tshisekedi a imposé la loi martiale dans deux des provinces orientales les plus sanglantes en mai, mais avec peu d’effet. En novembre, il a autorisé les troupes de l’Ouganda voisin à traverser la frontière pour attaquer l’un des groupes les plus dangereux, les Forces démocratiques alliées (adf), une milice liée à l’État islamique, après avoir fait exploser des bombes à Kampala, la capitale de l’Ouganda. Mais cela n’a pas permis aux habitants de se sentir plus en sécurité. Beaucoup craignent que les troupes ougandaises dépassent leur accueil et pillent les minerais de la région, comme elles l’ont fait pendant la deuxième guerre civile du Congo, qui a fait rage de 1998 à 2003.

Pour être juste, le Congo n’est pas un endroit facile à gérer. « Tshisekedi a le travail le plus dur de tous les présidents africains« , déclare Piers Zvegintzov, un conseiller en sécurité basé dans la capitale, Kinshasa. Cela implique « gérer une impossible coalition d’adversaires tout en essayant désespérément de construire une véritable base de pouvoir, de mener des réformes et de ne pas se faire assassiner ». Tenter de remporter un concours équitable lors de la prochaine élection présidentielle en 2023 doit désormais être ajouté à cette liste. Certains craignent que, parce que Tshisekedi n’a honoré aucun de ses engagements de campagne, il puisse simplement essayer de truquer le vote. « Il y a deux façons de rester au pouvoir », a déclaré un député de la coalition au pouvoir qui a demandé à ne pas être nommé. « L’un est de devenir populaire en faisant le travail que vous avez promis – l’autre est d’être stratégique. » Par « stratégique », il entend  » tricherie », ajoutant que « Tshisekedi a opté pour ce dernier. »

Le législateur a nommé un de ses alliés, Denis Kadima, à la tête de la commission électorale. La Cour constitutionnelle, qui aurait le dernier mot en cas de contestation du vote, est empilée avec les fidèles de  Tshisekedi. Les églises catholique et protestante, qui comptent parmi les rares institutions respectées au Congo, ont critiqué la nomination de  Kadima. Il en va de même des partis d’opposition, qui disent que cela érodera la confiance dans les élections. « Nous intensifierons nos protestations jusqu’à ce qu’elles dépolitisent la commission électorale« , a déclaré M. Fayulu. Mais les manifestations ne se sont pas bien passées. Lorsqu’un sit-in a été organisé devant la commission électorale en novembre, des camions de policiers lourdement armés ont bloqué la route qui y menait. Lors d’un autre rassemblement, des affrontements ont opposé des manifestants et des partisans de  Tshisekedi, dont certains auraient été expédiés par le président depuis sa région d’origine, les provinces du Kasaï.

Quant à ceux qui vivent sous le règne de M. Tshisekedi ? « La vie est ingérable, nous avons même du mal à manger », explique  Bahati. « Je ne vois aucun changement avec ce régime. » Il est donc regrettable que le régime semble déterminé à rester.

Cet article est paru dans la section Moyen-Orient et Afrique de l’édition sous le titre « Toutes les promesses du président »

Avec une contribution de Ishiaba Kasonga pour Congovirtuel

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.