Christian_Shauri

Depuis 2017, la province de l’Ituri est victime d’une milice : « CODECO » qui s’est distinguée par des attaques ciblées et sélectives contre la communauté Hema. Elle a fini par élargir sa criminalité contre plusieurs communautés, qui vivent dans le territoire de Djugu, leur base de renforcement stratégique pour des opérations criminelles. Deux ans plus tard, soit en 2019, il a été constaté la naissance de la milice FPIC dans le territoire d’Irumu composée en grande majorité par des ressortissants Bira. Cette milice s’est rajoutée à celle de FRPI composée  en grande partie des Lendu/Ngiti.

Au début  de l’année 2021, le rapport des Nations-Unies et les services de sécurité ont confirmé la naissance d’une autre milice qui s’appellerait Zaïre dans le territoire de Djugu, composée en grande majorité par des Hema, selon ces mêmes sources.

Les mêmes propos ont été entendus aussi dans la bouche du gouverneur militaire de la Province qui confirme l’existence de cette milice d’auto-défense sur le sol de Djugu.

Le dimanche 21 novembre 2021, les CODECO, ont commis un crime humanitaire contre les vulnérables déplacés de Drodro de la communauté Hema. Incendie des bâches, violes, kidnapping avec un bilan lourd de perte en vies humaines, ont été constaté pendant cette vaste aventure. Les religieux catholiques de Drodro, en ont été aussi victime.

Grâce à la réplique de forces loyalistes FARDC et l’implication active de la Monusco,  le camp de déplacés de Drodro est totalement sécurisé et hors de danger d’une éventuelle  attaque. Cette attaque a été totalement condamnée par la grande majorité de la population.

Rien n’est plus à cacher. Les politiques de Kinshasa se font plus remarqués dans la recherche de leurs intérêts privés, que de s’occuper de vrai problème de l’Ituri. Les députés nationaux Ituriens ont été reçus par le Chef de l’État. Malheureusement ils n’ont pas rencontré les vrais problèmes qui rongent l’Ituri. Leurs propositions soutiennent l’état de siège, dans le but de l’éterniser, sans tenir compte de ses difficultés qui freinent sa bonne évolution. Demander le remplacement des animateurs  de l’état de siège, sans tenir compte de moyens nécessaires pour l’accompagnement de l’état de siège est une distraction et perte du temps qui ne donnera aucune solution. Les autorités de Kinshasa ne rétrocèdent rien à notre province sur toutes les mobilisations de recettes de l’Ituri et  aujourd’hui la province va vers 4 mois sans moyens d’accompagnement de l’état de siège venus de Kinshasa. Quel résultat peut-on attendre des animateurs qui travaillent dans telles conditions ? À qui la faute? Chers députés, vos électeurs sont entrain d’être exterminés. Qui vont vous voter prochainement ? Aucun de vous n’a accepté de quitter Kinshasa pour venir à ses frais propres afin   de s’acquérir de la situation actuelle.

L’Ituri saigne, le peuple devient inconsolable. Les esprits des gens sont en voie de la recherche de vengeance.

Il y a crainte que certaines communautés puissent décider de se prendre en charge.

Nous rappelons que doter les moyens à P-DRCCS et des moyens logistiques, financiers et humains à l’état de siège, est une assurance pour la paix. Le reste est une distraction qui ne nous produira rien.

Dommage que les FPIC, CODECO tous ciblent les civils et détruisent  leurs biens par ses fameuses attaques. Le constat est que tous ces groupes armés locaux, ont des bases solides dans leurs communautés et planifient leurs opérations criminelles sous les yeux de leurs familles.

Leurs attaques, de fois, coïncident avec le rythme des démarches de certains leaders et politiques ituriens à Kinshasa. Serait-il une façon de soutenir ces démarches dans le but d’accélérer le décaissement des fonds pour la réussite de leur mission ? Ou soit c’est une façon de s’opposer à ces démarches en prouvant qu’ils sont forts et capables.

Nous condamnons ce crime contre l’humanité, génocide et massacre que subissent les communautés Ituriennes.

Nous demandons aux autorités compétentes de faire de la paix et la sécurité en Ituri leur priorité. Nous invitons  tous leaders et politiques de l’Ituri au bon sens et à manifester  leur volonté pour l’intérêt général, inscrite dans la logique de rechercher la paix quel que soit votre couleur Politique ou tendance communautaire.

Au gouvernement congolais  de disponibiliser les moyens conséquents pour l’état de siège pour que dans un délai très limité, la paix soit rétablie. Il devient aussi urgent de vous voir rendre effectif le P-DDRCS que de perdre votre temps en recherchant les solutions ailleurs.

Aux autorités provinciales de l’état de siège et FARDC, de prouver les meilleures d’eux-mêmes en nous accordant  le temps à l’anticipation des attaques ou offensive militaire.

Nous demandons à la population de l’Ituri de ne pas tomber dans le piège de l’ennemi qui veut nous opposer à nos autorités provinciales, FARDC et partenaires et nous pousser à se prendre en charge. Nous devons réitérer notre soutien aux FARDC et collaborer avec tous les services de sécurité.

En ce qui concerne le crime économique, nos révélations surprenantes dans la publication prochaine.

Christian Shauri

Coordonnateur des jeunes leaders/Ituri

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.