RDC: La société dubaïote Averi Capital va  déplacer ses machines d’exploration d’or et de diamants de l’Angola vers  Kisangani

Les tentatives de la London Bullion Market Association (LBMA) pour parvenir à un approvisionnement en or responsable échoueront à moins qu’elle ne puisse s’attaquer aux chaînes d’approvisionnement d’Afrique de l’Est utilisées pour acheminer l’or du conflit en République démocratique du Congo (RDC) vers Dubaï.

L’Ouganda est devenu une plaque tournante du commerce illégal de l’or, mais le problème s’étend bien au-delà de ses frontières. En février, The Sentry a estimé que 4 milliards de dollars d’or à haut risque , extrait dans des pays déchirés par la guerre comme le Congo, le Soudan du Sud et la République centrafricaine, transitent chaque année sur le marché international. Une enquête de l’ONU en août a également impliqué des commerçants du Rwanda voisin dans le commerce d’or et de coltan du Congo , malgré les efforts signalés par les autorités rwandaises pour éradiquer le commerce illicite de minerais.

Sasha Lezhnev , directrice adjointe de la politique de The Sentry, juge positivement les mesures prises par la LBMA. Leur pression sur Dubaï et d’autres centres mondiaux de commerce de l’or pour combler leurs lacunes sur l’or de conflit est un « game changer ».

C’est ainsi que pour lutter contre trafic illicite d’or de la RDC vers Dubaï, Averi Capital veut faire de la Tshopo la base arrière de Dubaï pour ces minerais.

Averi Capital est une société d’investissement, de financement et de conseil sur les marchés émergents axée sur l’Afrique.

Averi Capital fournit des solutions commerciales structurées et des services intégrés aux clients souverains, aux entreprises et aux institutions financières dans les secteurs du commerce, des infrastructures, de l’énergie et de l’industrie.

Le fonds d’investissement émirati Averi Capital, fondé par l’ancien directeur général Afrique de Gemcorp, a acquis des permis d’or et de diamants dans la province de la Tshopo, en RDC. Le groupe a même l’ambition d’y installer une raffinerie d’or.

La société dubaïote Averi Capital prépare le déplacement de machines d’exploration minière qu’elle détient en Angola vers la zone de Kisangani, dans la province congolaise de la Tshopo. Averi Capital, qui est à la fois fonds d’investissement, cabinet de conseil et opérateur de ses propres projets, a acquis au cours du deuxième trimestre 2021 deux permis dans cette zone du nord-est de la RDC, l’un d’or et l’autre de diamants.

La société entend avancer vite dans l’exploration de ces deux sites, l’équipe dédiée ayant travaillé sur des projets de diamants alluviaux en Angola par le passé. Pour ce faire, une filiale a été enregistrée en RDC début novembre. Son gérant est le Congolais originaire de Kisangani Olivier Lokolomba Abrahamson. L’un des marchés tout trouvés pour l’exportation des pierres est Dubaï : le Dubai Multi Commodities Centre (DMCC) est l’une des bourses minières les plus importantes du monde, notamment d’or comme de diamants africains, et la ville compte plusieurs raffineries.

Toutefois, Averi Capital dit ambitionner de construire lui-même une telle unité dans la Tshopo. La société prévoit d’y mettre sur pied une raffinerie d’or. Ceci va dans la droite ligne de la stratégie des autorités de RDC, notamment de la ministre des mines Antoinette N’Samba Kalambayi, qui espèrent voir les minerais être transformés sur le territoire national. Les raffineries sont pourtant des investissements lourds et gourmands en électricité, dont manque la RDC. Afin de pallier le déficit énergétique de la zone où elle mène ses projets, Averi Capital a en parallèle signé un protocole d’accord avec le ministère de l’énergie en vue de l’installation d’un parc solaire de 50 MW. La société devra trouver les fonds pour ces deux infrastructures.

Coco Kabwika

Kabwikacoco@gmail.com

Related posts