Après 5 ans d’immobilisation forcée en Espagne pour cause de factures d’entretien impayées, l’avion présidentiel Gulfstream IV battant pavillon congolais est rentré au pays  mardi 9 novembre soir.

Sur instruction du Président Tshisekedi, soucieux de ne plus voyager via des prestataires privés,  son Directeur de Cabinet, Guylain Nyembo, avait mis en place un groupe de travail incluant la logistique présidentielle pour gérer ce dossier.

Pour la réussite de cette mission, il y a eu une force d’intervention mise  en place par le Président Félix Tshisekedi,  soucieux de ne plus voyager via des prestataires privés.

Ainsi, Charles Deschryver Bujiriri, qui organise les voyages de la présidence congolaise depuis la mandature de Joseph Kabila, Charles Bujiriri Deschryver a d’abord évolué comme membre du personnel civil (PersCi) de la présidence. Il était aussi l’assistant de Joseph Kabila quand il était chef d’état-major général adjoint des FAC (Forces armées congolaises sous Laurent-Désiré Kabila) et ensuite chef d’état-major de la force terrestre des FAC. C’est un métis de père hollandais (un riche homme d’affaires installé à Bukavu depuis 3 générations) et de mère mushi de Bukavu (la fille du mwami Kabare). Mais très discret. Son épouse est la dame de compagnie d’Olive Lembe Kabila.

Il a joué un rôle clé dans le rapatriement début novembre à Kinshasa du Gulfstream IV (immatriculé 9S-CGC). Propriété de l’Etat, cet avion était entreposé dans un entrepôt madrilène de l’entreprise Gestair, où il avait été envoyé en 2016 pour des travaux de maintenance. Il y est resté près de six ans, faute de voir les factures réglées par Kinshasa.

Il y eu aussi  l’assistant logistique du chef de l’État Jean-Paul Mulamba Mutekemena,  ainsi que de Joe Dumbi Kabangu, responsable de la Coordination des ressources extérieures et du suivi des projets (CRESP) au sein de la présidence. Il s’était rendu en amont à Madrid afin de s’enquérir du dossier auprès du prestataire espagnol et de négocier avec ses représentants un rabais pour le coût des réparations de l’appareil, ainsi que ses frais de stationnement s’étalant sur six ans. 

GESTAIR, le centre de maintenance de renommée internationale a remis à neuf le GIV en remotorisation l’aéronef de deux nouveaux moteurs Rolls –Royce dans l’un des sites de Gulfstream Aerospace, au Texas.

L’intérieur du GIV présidentiel a été complètement rénové et l’avion a été réadmis parmi les 3000 prototypes en état de navigation au monde et dont aucun n’a jamais connu un crash.

En récupérant ce Gulfstream IV, la présidence espère réduire le coût de ses voyages à l’étranger

Cependant, le coût de l’opération est en revanche tenu secret, une source proche du dossier se contentant d’affirmer qu’il est bien moins élevé que l’achat d’un nouvel appareil.

Coco Kabwika

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.