RDC/Nord-Kivu: les hôpitaux débordés par les blessés des manifestations contre les soldats de l’ONU

Le Comité international de la Croix-Rouge (CICR) s’est inquiété samedi de « l’afflux de blessés par arme » dans les hôpitaux de la province du Nord-Kivu, après les manifestations contre la mission de l’ONU qui ont secoué cette région de l’est de la République démocratique du Congo.

« Plus de 120 personnes blessées » sont prises en charge à l’hôpital général de référence (HGR) de Beni et à l’hôpital CBCA Ndosho de Goma avec le soutien du CICR, a indiqué cette organisation humanitaire dans un communiqué.

Au 14 avril, les équipes médicales « suivaient 51 personnes blessées par armes, hospitalisés à l’HGR de Beni dont 9 nouveaux cas liés aux récentes manifestations » dans la zone, a-t-on expliqué.

« Actuellement, nous avons atteint nos limites en capacité d’accueil à l’HGR de Béni qui compte 43 lits et sommes presqu’à terme pour l’Hôpital CBCA Ndosho de Goma qui en a 74. Les équipes sont mobilisées depuis plus d’une semaine pour répondre à cet afflux », a expliqué Kelnor Panglungtshang, chef de la Sous-délégation du CICR à Goma.

Selon ce responsable, le nombre de blessés hospitalisés a explosé à la suite de manifestations dans plusieurs localités du Nord-Kivu, depuis le début de la semaine.

Ces manifestations, associées à une grève générale dans plusieurs villes (Beni, Butembo, Goma…), ont été organisées à l’appel des groupes de pression et des mouvements citoyens dénonçant l’inaction de la Mission des Nations unies (Monusco) face aux massacres de civils dans la province du Nord-Kivu.

En début de semaine, le gouverneur de province a interdit toute manifestation, alors qu’une dizaine de personnes ont été tuées lors d’affrontements avec les forces de l’ordre au cours de ces rassemblements au Nord-Kivu depuis le lancement de cette mobilisation le 5 avril.

Le décret du gouverneur est considéré comme « nul », selon Lucha, un groupe de défense des droits des citoyens. « Nos manifestations continuent », a tweeté mercredi ce groupe à but non lucratif.

« Les jouisseurs de la Gombe (quartier administratif de Kinshasa, ndlr) ne prennent pas au sérieux les priorités du peuple congolais notamment l’insécurité à l’Est et le social. La réalité sur terrain est éloquente, le dire n’est pas un crime », a écrit Lucha dans un autre tweet.

La région du Kivu, où sévissent une centaine de groupe armés, est en proie à des violences meurtrières depuis 25 ans.

Pour sa part, la nouvelle cheffe de la Monusco, la Guinéenne Bintou Keita, a effectué une brève tournée dans l’est du pays, où elle a notamment rencontré l’ancien président Joseph Kabila à Lubumbashi.

Sur le terrain, pourtant, rien n’a changé.

« Trois personnes ont été tuées et plus de cent maisons incendiées au cours d’une nouvelle attaque vendredi » en Ituri, rapportent nos confrères de Radio Okapi. Toujours selon la radio onusienne, le nouveau ministre de la défense, Gilbert Kabanda Kurhenga, promet de s’attéler à mettre fin aux massacres.

VOA

Related posts

Leave a Comment