TANZANIE : BARRICK GOLD accusé en justice au Royaume – Uni pour “des graves violations des Droits de l’Homme” En complicité avec l’Etat (RAID)

Trois autres victimes tanzaniennes se sont jointes à une action en justice devant les tribunaux britanniques contre des filiales de Barrick Gold pour de graves violations des droits humains dans la mine d’or de la société North Mara, dans le nord de la Tanzanie. Les filiales de Barrick ont ​​maintenant été informées de la procédure relative aux nouvelles demandes, les documents finaux ayant été signifiés vendredi dernier (7 août).


La plainte initiale a été déposée devant la Haute Cour britannique en février 2020 au nom de sept victimes des droits humains contre Barrick Tz Limited, anciennement connue sous le nom d’Acacia Mining, dont Barrick était l’actionnaire majoritaire, et sa filiale tanzanienne.

Les nouvelles victimes affirment que les forces de sécurité qui gardaient la mine d’or de Barrick ont ​​tiré et tué des membres de leur famille. Parmi les victimes, Il y a un jeune homme dont le père a reçu une balle dans la tête à bout portant sur le site de la mine, un autre jeune homme dont le frère a reçu une balle dans la poitrine et une jeune femme dont le mari a reçu une balle dans le dos alors qu’il fuyait les forces de sécurité à la mine. Les trois personnes décédées étaient pères de jeunes enfants.

La police Tanzanienne payée et équipée par Barrick Gold pour sécuriser la mine d ‘or de nord Mara

Les victimes affirment que c’est la police tanzanienne, qui est payée et équipée par la mine en vertu d’un accord exigeant que la police coordonne les opérations de sécurité avec le personnel de la mine, qui a tiré les coups de feu mortels.

«Ces allégations soulignent la gravité des violations des droits de l’homme et des tactiques violentes utilisées depuis des années par les forces de sécurité dans la mine de Barrick à North Mara», a déclaré Anneke Van Woudenberg, directrice exécutive du groupe de surveillance des entreprises britanniques, RAID. «Barrick devrait rechercher activement les moyens de remédier aux violations et prendre des mesures immédiates pour éviter que de tels abus ne se reproduisent.»

La mine d’or de North Mara, située dans une partie reculée du nord de la Tanzanie, a fait l’objet d’informations faisant état de graves violations des droits de l’homme contre des membres de la communauté locale par les forces de sécurité depuis son acquisition par Barrick en 2006.

Cette semaine, Barrick a publié ses résultats semestriels et a déclaré qu’il était confronté à un «nettoyage aux proportions herculéennes» de ses opérations tanzaniennes sur les questions environnementales, de droits de l’homme et de fiscalité après son rachat des actionnaires minoritaires d’Acacia Mining en septembre 2019.

Le PDG de Barrick, Mark Bristow, a précédemment reconnu que «Acacia était une entreprise dirigée de manière irresponsable» qui n’était «pas correctement gérée». Lors de la présentation des résultats de Barrick le 10 août, Bristow a déclaré que l’entreprise avait «rompu les relations» avec la communauté locale et qu’il s’agissait «encore d’un travail en cours», bien qu’il n’ait pas tenu compte du fait que Barrick était l’actionnaire majoritaire d’Acacia Exploitation minière tout au long de cette période.

Le 9 juillet, RAID a appelé la London Bullion Market Association (LBMA) à suspendre le raffineur d’or MMTC-PAMP, qui raffine l’or de la mine de North Mara, pour son incapacité à agir conformément aux normes d’approvisionnement responsable concernant les violations des droits de l’homme dans son chaine approvisionnement. La LBMA n’a pas encore délivré au MMTC-PAMP son certificat d’or responsable pour 2019. Le non-respect des normes entraînerait le retrait du MMTC-PAMP de la liste de bonne livraison de la LBMA.

De nombreuses entreprises répertorient MMTC-PAMP dans leurs chaînes d’approvisionnement en or, y compris des sociétés technologiques telles que Apple, Nokia, Canon, Amazon, Cisco Systems et Lenovo, ainsi que les constructeurs automobiles Tesla et General Motors, la société de jeux de hasard International Game Technology et les sociétés de divertissement. Walt Disney et Sony.

Le groupe de victimes a été aidé par RAID et MiningWatch Canada, qui ont tous deux documenté des violations des droits de l’homme dans la mine de North Mara au cours de visites de recherche répétées à partir de 2014. Les victimes sont représentées par le cabinet d’avocats britannique Hugh James.

Ce n’est pas la première action en justice  contre les filiales de Barrick au Royaume-Uni pour décès et blessures sur le site de la mine de North Mara. Un précédent procès, commencé en 2013, a été réglé en 2015 par Acacia Mining. L’engagement de la police locale de la mine, qu’elle paie, équipe et héberge pour assurer la sécurité à l’intérieur et autour du site minier, est au cœur du problème. La mine continue d’employer la police malgré un usage excessif de la force depuis de nombreuses années contre les résidents locaux sur et hors du site minier.

Mining Watch Canada et RAID ont documenté 22 meurtres et 69 blessés à la mine ou à proximité de la mine entre 2014 et 2016 

Une enquête parlementaire tanzanienne de 2016 a fait état de 65 morts et 270 blessés par la police conjointement responsable de la sécurité des mines. De 2014 à 2017, Acacia elle-même a reconnu 6 décès liés à l’usage de la force contre des intrus et / ou l’implication de la police et 28 autres « décès d’intrus », qu’il a attribués à des « chutes de hauteur  », des « combats internes », des « noyades », « rockfall », «accident de véhicule» et «autre». RAID a demandé plus d’informations sur ces décès, mais aucune n’a été fournie. Malgré l’attention généralisée et les appels à la réforme de la mine, les abus se sont poursuivis. À la connaissance de MiningWatch et de RAID, aucun policier n’a été tenu de rendre des comptes.

Cet article a été initialement publié par RAID avec sous titrage de la rédaction Congovirtuel


Téléchargez le rapport complet sur les graves  violations de droits de l’homme dans la mine d’or de North Mara publié par RAID,  une ONG de surveillance des entreprises britanniques pour prévenir les abus de droits de l’homme basée à Londres

Related posts

Leave a Comment