Trois préventions à charge de Massaro: corruption, blanchiment des capitaux et outrage au Chef de l’État

daniel_massaro

On en sait un peu plus sur les griefs retenus à charge du prévenu Shangalume Nkingi Daniel alias Massaro, cousin de Vital Kamerhe, qui va être jugé à partir de ce vendredi 24 Juillet 2020 à la prison centrale de Makala par le Tribunal de Grande Instance de Kinshasa/Matete.

Selon les éléments parvenus au Phare, Massaro fait l’objet de trois préventions :

1)       Corruption

2)       Blanchiment des capitaux

3)       Outrage au Chef de l’État

Concernant l’infraction de Corruption, il est reproché au prévenu d’avoir, étant agent public ou toute autre personne, sollicité ou accepté directement ou indirectement un avantage indu, pour lui-même ou pour autrui afin d’abuser de son influence réelle ou supposée  en vue de faire gagner des marchés publics en violation de la procédure d’appels d’offres  et des seuils fixés par la législation en matière de passation des marchés publics par voie de gré à gré.

On se rappelle, à ce sujet, le dossier qui avait nécessité la comparution de Soraya Mpiana, fille du célèbre chanteur JB Mpiana, patron de Wenge BCBG, et Hamida Shatur. Massaro avait bénéficié d’une parcelle de 70 mètres sur 100 mètres de Samih Jammal, patron de Samibo Sarl et de Husmal Sarl. A la barre, le prévenu avait soutenu avoir acheté la parcelle mais Jammal l’avait aussitôt contredit en révélant que c’était un cadeau pour services rendus. «Et Moi donner lui cadeau parce que lui aider moi beaucoup, avait précisé le Libanais».

            C’est ce dossier qui sera de nouveau sur la table ce vendredi, les cadeaux au pluriel cette fois parce qu’à la parcelle, il faut ajouter des sommes d’argent) de Jammal étant considérés, du point de vue de la loi, comme des moyens utilisés pour influencer  son cousin Kamerhe, superviseur du Programme de 100 jours, en vue de faire octroyer à Samih Jammal, sous les noms de ses sociétés  Samibo SARL et Husmal SARL, les marchés publics de construction de 1500 et 3000 maisons préfabriquées, en violation de la procédure d’appels d’offres et des seuils fixés par la législation en matière de passation des marchés par voie de gré à gré.

          Les enquêtes menées par le Parquet ont permis de constater l’augmentation anormale des avoirs financiers du prévenu Massaro qui s’est par ailleurs lancé sur le marché immobilier pour faire des acquisitions importantes. Coup sur coup, on l’a vu acheter des parcelles de grande valeur, tantôt à la Gombe, tantôt à Lingwala ou encore dans la commune de Ngaliema. Chaque fois, les sommes exigées par les vendeurs ont été déboursées en espèces et aucun revenu légitime ne peut les justifier.

          S’agissant de l’infraction de blanchiment des capitaux, le prévenu Massaro est poursuivi pour avoir intentionnellement dissimulé ou déguisé l’origine illicite de la somme de 47.980.150 dollars américains détournés en acquérant des propriétés immobilières à Kinshasa notamment la parcelle numéro 5082 du plan cadastral de la commune de la Gombe, numéro 5807 du plan cadastral de la commune de Lingwala et 44988 du plan cadastral de la commune de Ngaliema. Des achats acquittés en espèces et par des canaux non bancaires.

          La troisième infraction est celle d’offense au Chef de l’État. Ici, Massaro va être confronté à lui-même, à travers une vidéo qui avait fait le buzz à l’époque, lorsqu’il traitait le Chef de l’État de tous les noms dans une interview accordée à une chaîne en ligne, juste devant le Parquet Général près la Cour d’ Appel de Kinshasa/Matete. C’était le 8 avril 2020, au moment même où Vital Kamerhe était auditionné avant d’être placé sous mandat d’arrêt provisoire et conduit à la prison centrale de Makala.

          A titre de rappel, Shangalume Nkingi Daniel alias Massaro avait été invité à se présenter au Parquet Général près la Cour d’Appel de Kinshasa/Matete peu après l’enfermement de son cousin Vital Kamerhe à la prison centrale de Makala. Au lieu de se présenter devant le magistrat instructeur, il avait préféré mettre les voiles, à la recherche des cieux plus cléments. Mais c’était sans compter avec la détermination des services spécialisés qui, exécutant un avis de recherche émis par le Procureur Général, vont finalement le débusquer dans une ferme située dans la périphérie du Kwango.

Le Phare

Related posts

Leave a Comment