La République démocratique du Congo (RDC) a enregistré une amélioration en matière des violations et d’atteintes des droits de l’hommes au cours du premier semestre de 2021.  Dans son rapport publié mercredi 4 août, le Bureau conjoint des Nations unies aux droits de l’homme (BCNUDH) note une diminution de 14% par rapport au premier semestre 2021, et de 20 % par rapport à la période correspondante (janvier à juin) de l’année 2020.

Le Bureau conjoint dit avoir documenté 3 276 violations et atteintes aux droits de l’homme sur l’ensemble du territoire de la RDC.

Cette diminution du nombre de violations est attribuable aux agents de l’Etat (-19%) et les atteintes aux groupes armés (-21%), notamment dans les provinces en conflit, le Nord-Kivu, le Sud-Kivu, l’Ituri et le Kasaï.

Autre détail : 271 violations des droits de l’homme et des libertés fondamentales liées à des restrictions de l’espace démocratique ont été enregistrés sur l’ensemble du territoire congolais.

Cette tendance à la baisse s’explique par la mise en œuvre des mesures barrières dans le cadre la lutte contre la pandémie Covid-19, indique le document.

En revanche, le Bureau conjoint note la multiplication des menaces, y compris sous la forme de procédures judiciaires contre des lanceurs d’alerte.

Au cours du premier semestre de 2021, le Bureau conjoint a organisé, sur l’ensemble du territoire national, au moins 123 activités de formation, d’appui technique ou de sensibilisation.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.