Ivanhoe Mines (TSX : IVN) a annoncé mercredi que sa coentreprise Kamoa-Kakula en République démocratique du Congo (RDC) a dépassé la limite supérieure de ses prévisions annuelles de production de cuivre, avec plus de 100 000 tonnes de concentré de cuivre produites cette année en année.

Le chiffre de production est rapporté sur une base de 100 % du projet. Ivanhoe détient une participation de 39,6 % dans Kamoa JV et est l’opérateur du projet. Zijin Mining Group (39,6%), Crystal River Global (0,8%) et le gouvernement de la RDC (20%) sont ses autres parties prenantes.

Kamoa-Kakula a commencé à produire des concentrés de cuivre à partir de l’usine de concentration de la phase 1, d’une capacité de 3,8 mtpa en mai 2021. Elle a ensuite atteint la production commerciale le 1er juillet et devrait produire 200 000 tonnes de cuivre par an.

La construction du concentrateur de la phase 2 , qui serait une « copie conforme » de l’usine de la phase 1 et doublerait la production annuelle, est actuellement en cours et est achevée à environ 70 %, selon la dernière mise à jour d’Ivanhoe.

Les prévisions de production d’Ivanhoe pour 2021 ont été fixées à 92 500 à 100 000 tonnes, ce qui était initialement prévu à 80 000 à 95 000 tonnes. Les prévisions de production annuelle ont également été précédemment augmentées en novembre, reflétant l’achèvement réussi de la montée en puissance du concentrateur de la phase 1.

« La performance de Kamoa Copper marque une excellente fin à ce qui a vraiment été une année record pour Ivanhoe Mines », a déclaré le fondateur et coprésident exécutif d’Ivanhoe, Robert Friedland, dans un communiqué de presse.

« Nous tenons à adresser nos plus sincères félicitations à l’équipe de Kamoa-Kakula, qui a constamment dépassé les attentes lors de la construction et du développement de la plus récente mine de cuivre à l’échelle mondiale, et a continué cette surperformance alors que nous progressons dans la montée en puissance et dans pleine production », a ajouté Friedland.

Friedland a également déclaré que l’expansion de la phase 2 restait « considérablement en avance sur le calendrier » et que la société était en passe de doubler la production annuelle de cuivre à environ 400 000 tonnes à partir du début du deuxième trimestre 2022.

Jusqu’à présent en décembre, Ivanhoe a vu des teneurs d’alimentation supérieures à 6 % en cuivre, et les récupérations ont également dépassé sa récupération de conception de 86 %, ce qui, selon Friedland, est de bon augure pour la capacité de l’entreprise à accélérer efficacement les futures expansions à Kamoa-Kakula.

L’équipe de direction d’Ivanhoe envisage maintenant que le concentrateur de phase 3 entre en production d’ici la fin de 2024.

Grâce à des expansions planifiées par étapes, l’exploitation souterraine de Kamoa-Kakula est en position de devenir l’un des plus grands producteurs de cuivre au monde, avec une production annuelle maximale de cuivre de plus de 800 000 tonnes.

Mining. Com

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.