ChinAfrique : 200 000 travailleurs chinois sont en Afrique pour travailler dans le cadre de One Belt One Road (OBOR, yī dài, yī lù, 一带一路)-Paul Nantulya

Le déploiement des entreprises de sécurité chinoises en Afrique s’étend sans un cadre réglementaire solide. Cela pose des risques accrus pour les citoyens africains et soulève des questions fondamentales sur la responsabilité de la sécurité en Afrique.

Depuis 2012, plus de 200 000 travailleurs chinois ont déménagé en Afrique pour travailler sur One Belt One Road (OBOR, yī dài, yī lù, 一带一路), communément appelé l’Initiative Belt and Road, portant le nombre d’immigrants chinois sur le continent à 1 million. Il existe plus de 10 000 entreprises chinoises en Afrique, dont au moins 2 000 entreprises d’État. Les entreprises publiques chinoises ont une participation majeure dans les projets de construction africains, générant plus de 40 milliards de dollars de revenus par an.

L’Académie chinoise des sciences sociales note que 84 % des investissements chinois de la Ceinture et de la Route sont réalisés dans des pays à risque moyen à élevé. Trois cent cinquante incidents de sécurité graves impliquant des entreprises chinoises se sont produits entre 2015 et 2017, allant des enlèvements et des attaques terroristes à la violence anti-chinoise, selon le ministère chinois de la Sécurité d’État. Cela a mis l’accent sur la sécurité pour protéger ces investissements et une demande croissante des dirigeants des entreprises publiques chinoises pour une présence de sécurité chinoise plus robuste sur le terrain. Alors que l’Armée populaire de libération (APL) a refusé de maintenir une forte présence en Afrique en raison d’une multitude de facteurs de réputation et de logistique, la Chine n’est pas convaincue que les forces de sécurité africaines puissent faire le travail.

Par conséquent, le gouvernement chinois s’appuie de plus en plus sur les entreprises de sécurité chinoises dans le cadre de son offre de sécurité. Il y a 5 000 entreprises de sécurité enregistrées en Chine, employant 4,3 millions d’ex-APL et de la police  de l’ armée populaire. Vingt d’entre eux sont autorisés à opérer à l’étranger et indiquent qu’ils emploient 3 200 entrepreneurs individuels, plus que la taille des déploiements de maintien de la paix de l’APL, qui comptent environ 2 500 soldats. Le nombre réel d’entrepreneurs chinois en Afrique est sans aucun doute nettement plus élevé. Beijing DeWe Security Service et Huaxin Zhong An Security Group emploient 35 000 sous-traitants dans 50 pays africains, en Asie du Sud, au Moyen-Orient et en Chine. Overseas Security Guardians et China Security Technology Group emploient 62 000 personnes dans les mêmes régions. Au Kenya, DeWe emploie environ 2 000 sous-traitants en sécurité pour protéger à lui seul le chemin de fer Mombasa-Nairobi-Naivasha Standard Gauge de 3,6 milliards de dollars.

La Chine ne veut pas que ses fournisseurs de sécurité soient comparés au louche groupe russe Wagner ou à la société de sécurité américaine dissoute Blackwater. C’est pourtant un vrai danger. De plus, les contrats de sécurité chinois comportent bon nombre des mêmes risques associés à certaines entreprises publiques chinoises, notamment un manque de transparence, des contrôles nationaux faibles, une influence indue sur les élites du régime et des tensions sociales.

La prolifération des entreprises de sécurité étrangères a des implications politiques importantes pour l’Afrique, car elle sape le rôle du gouvernement en tant que principal fournisseur de sécurité dans un pays et augmente le risque de violations des droits humains. Un processus réglementaire plus solide en Afrique sera essentiel pour prioriser et protéger les intérêts des citoyens africains.

Contrats de sécurité aux caractéristiques chinoises

Le terme « entreprise de sécurité privée » est trompeur et inexact dans le contexte chinois. En tant qu’État du parti (dǎng guó, 黨 國), la Chine exige que toutes les « entreprises » obéissent aux directives du parti, d’où le slogan « à mesure que l’État avance, le secteur privé recule » (guo jin, min tui, 进 民 退).

Une entreprise de trois employés ou plus doit établir une organisation de parti au pouvoir au sein de sa structure. Les directeurs généraux des entreprises publiques ne sont pas seulement des membres de confiance du parti, mais aussi des secrétaires de leurs organisations internes respectives. Les sociétés de sécurité doivent appartenir à l’État, ou au moins 51 % de leur capital doit appartenir à l’État.

Dans les environnements encore plus permissifs du Soudan et du Soudan du Sud, les acteurs chinois de la sécurité travaillent avec les forces locales sur le terrain et, dans certains cas, les accompagnent en mission. En 2012, des unités de l’ex-APL, largement soupçonnées d’appartenir au groupe de sécurité VSS, ont aidé l’armée soudanaise à secourir 29 travailleurs pétroliers chinois kidnappés dans la province du Sud Kordofan. En 2016, le service de sécurité DeWe a enrôlé des Sud-Soudanais armés en renfort pour évacuer plus de 300 travailleurs pétroliers chinois après que des combats ont éclaté entre des factions rivales dans la guerre civile au Soudan du Sud. Ces entreprises peuvent compromettre la sécurité des citoyens africains. La China National Petroleum Corporation, par exemple, a secrètement acheminé du carburant, des devises fortes et des véhicules blindés de transport de troupes vers les milices gouvernementales pour protéger ses gisements de pétrole au Soudan du Sud. Certaines de ces forces sud-soudanaises ont été accusées par l’ONU d’avoir commis des atrocités contre des civils.

Certaines entreprises chinoises recrutent des vétérans de l’armée occidentale pour former des groupes chinois gérés par l’Occident mais entièrement détenus qui sont vraisemblablement plus « professionnels ». China Overseas Security Services, basé au Royaume-Uni, se présente comme une entreprise sino-britannique qui « comprend parfaitement les besoins spécifiques des clients chinois ». Cependant, même ces tenues « occidentales » ont suscité la controverse. Le Frontier Services Group, basé à Hong Kong, a attiré l’attention des médias sur des opérations douteuses dans de nombreux pays africains touchés par des conflits, tels que la Somalie, le Soudan du Sud et la République démocratique du Congo. Frontier Services Group, présent dans un certain nombre de pays africains, a été fondé et dirigé par des ex-américains. Le fondateur de Navy Seal et de Blackwater, Erik Prince, est détenu à 100 % par CITIC Group, le plus grand conglomérat public de Chine. En 2021, des observateurs de l’ONU ont accusé Prince d’avoir utilisé une « opération militaire privée bien financée » pour fournir des armes avancées, notamment des drones et des hélicoptères d’attaque, à Khalifa Haftar, commandant d’une faction qui tentait de saper le gouvernement d’unité soutenu par l’ONU en Libye. De tels exemples servent de signes avant-coureurs des relations controversées qui peuvent être anticipées entre les entreprises publiques chinoises et les entreprises de sécurité étrangères désireuses de profiter du besoin de la Chine en sous-traitants de la sécurité.

Un risque pour la sécurité des citoyens et l’intégrité réglementaire

Les sous-traitants chinois en matière de sécurité ont causé leur juste part de problèmes en contournant les restrictions sur les armes. En 2018, deux ressortissants chinois ont été arrêtés à Livingstone, en Zambie, pour avoir dispensé une formation militaire illégale à une société de sécurité locale. Les stagiaires portaient des uniformes similaires à ceux utilisés par la Zambia Wildlife Authority pour éviter d’être détectés et se fondre plus facilement dans la ville touristique populaire. Au Zimbabwe voisin, deux gardes chinois ont été emprisonnés pour avoir tiré et blessé le fils d’un parlementaire. Ils avaient déjà été expulsés pour avoir tiré sur des travailleurs locaux lors d’un conflit salarial dans une mine d’or, mais ils sont restés illégalement dans le pays. Au Kenya et en Ouganda, des entrepreneurs chinois ont été arrêtés respectivement en 2018 et 2019, pour possession d’équipement de qualité militaire à l’usage d’une entreprise locale et d’un système illégal d’interception de communications.

On a l’impression qu’une telle inconduite reste souvent impunie, même lorsque les affaires sont portées devant les tribunaux. En Zambie, deux directeurs de mines chinois ont été libérés après l’abandon de leur accusation de tentative de meurtre, déclenchant un tollé. Ils avaient tiré et blessé 11 mineurs de charbon lors d’un différend sur les conditions de travail. Dans les pays où l’application de la loi est stricte, les entreprises publiques chinoises ont été contraintes d’adhérer à des normes plus strictes, telles que le respect des règles et réglementations locales, l’utilisation des voies diplomatiques pour répondre aux problèmes de sécurité et le respect de l’International Code of Conduct Association (ICOCA) entrepreneurs de sécurité privée.

La Convention de l’Union africaine sur l’élimination des mercenaires est techniquement silencieuse sur les entreprises de sécurité étrangères, car elle est entrée en vigueur en 1985 avant que les acteurs de la sécurité étrangers ne deviennent une caractéristique commune du paysage de la sécurité africaine. Les groupes de la société civile ont poussé les gouvernements africains à mettre à jour la convention étant donné que la sécurité étrangère et les sous-traitants militaires sont devenus omniprésents, en particulier dans les pays instables.

L’agence africaine se développe également, stimulée par des groupes travaillant sur les industries extractives, la justice économique et la dette. Ces organisations ont fait prendre conscience des dimensions sécuritaires des investissements chinois, y compris le recours à des sous-traitants en sécurité. Tout cela vise à renforcer l’examen et la responsabilité des initiatives chinoises.

Perspectives africaines

La pression en faveur d’une transparence et d’une surveillance accrues des entreprises de sécurité chinoises et étrangères en Afrique est largement venue des acteurs de la société civile. Les groupes de la société civile africaine ont concentré une grande partie de leur plaidoyer sur les industries extractives où les investissements des entreprises publiques chinoises et les contrats de sécurité sont particulièrement visibles. Le litige stratégique est rapidement apparu comme un outil puissant pour créer une plus grande sensibilisation et transparence autour de la nature opaque des contrats de sécurité. La Kenya Law Society, par exemple, a contesté la base juridique de l’accord entre le Kenya et la China Roads and Bridges Corporation (CRBC) pour le Standard Gauge Railway, qui couvrait également le contrat de sécurité avec DeWe.

En conséquence, le projet CRBC a été déclaré illégal en juin 2020 par la Cour d’appel du Kenya car il bafouait les règles de passation des marchés. Un responsable de la sécurité chinois du CRBC, par ailleurs, faisait partie des personnes accusées de fraude dans une affaire connexe antérieure. Au Zimbabwe, un litige intenté par la Zimbabwe Environmental Law Association (ZELA) a conduit à l’interdiction en septembre 2020 de toutes les mines de charbon dans le parc national de Hwange, qui étaient menées par des entreprises chinoises.

« Le litige stratégique est rapidement devenu un outil puissant pour créer une plus grande sensibilisation et une plus grande transparence autour de la nature opaque des contrats de sécurité. »

ZELA a également lancé une injonction obligeant le gouvernement à fournir au public des rapports sur l’état de la centrale électrique de Sengwa de 3 milliards de dollars actuellement en construction par le China Gezhouba Group, dont la sécurité est coordonnée par le China Security Technology Group. Des initiatives similaires ont été lancées dans d’autres pays, dont le Ghana et la Guinée. Les plaideurs ont compris que cibler les grandes entreprises publiques peut être un moyen efficace d’attirer l’attention du public sur les activités des entreprises de sécurité qu’ils embauchent.

Il existe une suspicion persistante envers les sociétés de sécurité étrangères au sein des organisations de la société civile africaine en raison de l’implication de mercenaires étrangers dans les guerres civiles les plus meurtrières d’Afrique. Par conséquent, bien que les entreprises de sécurité chinoises soient moins visibles que les autres acteurs externes, elles sont perçues sous un jour tout aussi négatif. Les sentiments envers ces entreprises sont également façonnés par les réactions du public aux controverses entourant les entreprises publiques qui les embauchent. De nombreuses manifestations contre les investissements chinois en Zambie, par exemple, se concentrent sur des conflits de longue durée (et parfois mortels) entre les dirigeants chinois et les travailleurs locaux du secteur minier, qui est dominé par les entreprises publiques chinoises. C’est aussi le cas au Zimbabwe.

Regard sur l’horizon

Compte tenu de la trajectoire actuelle, on peut s’attendre à ce que la présence d’entreprises de sécurité chinoises en Afrique augmente au cours de la prochaine décennie. Ces entreprises feront probablement l’objet d’un examen plus approfondi étant donné que la demande populaire pour une plus grande responsabilité des entreprises publiques chinoises – qui détiennent la bourse des entrepreneurs en sécurité – est également en augmentation. Les plaideurs stratégiques comprennent que l’appel à une transparence accrue autour des entreprises publiques chinoises mettra également en lumière les activités des sous-traitants chinois en matière de sécurité. Les réformateurs africains comprennent aussi que la Chine est sensible à son image, d’autant plus que ses investissements en Afrique sont largement salués. Il est également dans l’intérêt de la Chine d’imposer des normes à ses entreprises d’État et à ses sous-traitants en matière de sécurité ou de risquer de nuire à son influence de soft power en Afrique.

Pourtant, les Africains ordinaires sont également de plus en plus susceptibles de voir les inconvénients de l’empreinte croissante de la Chine, en particulier lorsque les investissements controversés des entreprises d’État et les activités douteuses des entreprises de sécurité chinoises font l’actualité. Tout en restant largement silencieux sur l’expansion des entreprises de sécurité chinoises sur le continent, les gouvernements africains peuvent difficilement se permettre d’ignorer les sentiments suscités par ces entreprises. Du point de vue de la sécurité nationale, les gouvernements africains et l’Union africaine doivent évaluer le rôle et la durabilité des entreprises de sécurité étrangères au sein de l’architecture de sécurité de l’Afrique. Compte tenu de leur taux de croissance, la question des sociétés de sécurité étrangères en Afrique ne s’effacera pas de sitôt. Cela soulève des questions fondamentales sur la surveillance, le rôle et la capacité des secteurs de sécurité africains à protéger les intérêts africains – et les investissements étrangers – sur le continent.

Paul Nantulya

En tant qu’associé de recherche au Centre Afrique, Paul Nantulya effectue des recherches et prépare des analyses écrites sur les problèmes contemporains de sécurité en Afrique. Ses domaines d’expertise comprennent la politique étrangère chinoise, les relations Chine/Afrique, les partenariats africains avec les pays d’Asie du Sud-Est, les processus de médiation et de paix, la région des Grands Lacs et l’Afrique orientale et australe.

Avant de rejoindre l’Africa Center, M. Nantulya a été conseiller technique régional au Soudan du Sud pour Catholic Relief Services (CRS) de 2009 à 2011, où il a soutenu l’atténuation des crises pour le gouvernement du Soudan du Sud, notamment en rédigeant des analyses de politique pour le ministère de Paix et mise en œuvre de l’Accord de paix global. Dans ce rôle, il a travaillé en étroite collaboration avec les partenaires extérieurs du Soudan du Sud, en particulier l’Agence japonaise de coopération internationale, sur la prévention des conflits.

En 2005-09, M. Nantulya était le responsable de la gouvernance de CRS/Soudan à Juba. À ce titre, il a coordonné l’assistance technique pour le bureau du président sur l’établissement de systèmes fonctionnels de gouvernement d’État et local. M. Nantulya a précédemment travaillé pour le Centre africain pour la résolution constructive des différends (ACCORD), basé en Afrique du Sud, coordonnant la participation d’ACCORD à la Conférence internationale de Tokyo sur le développement de l’Afrique, le principal forum pour les relations Japon/Afrique. Il a également travaillé sur le maintien de la paix civil et militaire dans la Communauté de développement de l’Afrique australe. En outre, il a fait partie de l’équipe ACCORD qui a travaillé avec le président Nelson Mandela sur le processus de paix d’Arusha au Burundi (1999-2001), le président Thabo Mbeki et le vice-président Jacob Zuma sur les pourparlers de cessez-le-feu (2001-03), le président Ketumile Masire sur le Dialogue intercongolais (2002) et Dr Nicholas Haysom sur le processus de paix au Soudan (2002-03).

M. Nantulya est titulaire d’un B.A. en relations internationales de l’Université internationale des États-Unis à Nairobi, au Kenya, un certificat d’études supérieures en japonais du Japan Africa Interchange Institute à Nairobi, au Kenya, et un M.S. en défense et études stratégiques de la Missouri State University à Springfield, MO.

Domaines d’expertise

Gouvernance, médiation, processus de paix, maintien de la paix, Afrique de l’Est

Related posts

Leave a Comment